Culture

13 ans après : qui se cachait derrière « 2 Girls 1 Cup » ?

On ne va pas se mentir : tout le monde a vu la vidéo. Et désormais, on sait ce que sont devenu·es les actrices et le réalisateur du film qui a fait trembler Internet.
08 January 2019, 9:35am
fille mousse de capuccino​

Vous vous souvenez ? C'était en 2007 : une petite vidéo d'une minute, sobrement intitulée 2 Girls 1 Cup, faisait le tour d'Internet, donnant naissance à d'innombrables vidéos de réactions horrifiées de la part de ses malheureux·ses spectateur·ices, tiraillé·es entre curiosité malsaine et effroi. Treize ans après, une question se pose : que sont devenu·es les auteur·es de ce film légendaire, qui a bien plus marqué Internet que le clip de Gangnam Style et ses (presque) 3.7 milliards de vues ? Un journaliste du magazine MEL a mené l'enquête.

Le réalisateur

À la base, Marco Fiorito n'avait pas vraiment prévu de devenir une star du web grâce à une vidéo scatophile. D'après le procès-verbal d'un tribunal américain, il souhaitait seulement s'adresser à une petite communauté de fétichistes brésilien·nes, certainement pas choquer des grands-mères américaines. Fiorito a débuté sa carrière dans le cinéma X en tournant des films axés sur le fétichisme des pieds avec sa femme Letícia en 1996, qu'il vendait ensuite sous le nom de MFX. Son premier succès international portait le doux nom de Hungry Bitches. C'est de ce film qu'est tirée la vidéo 2 Girls 1 Cup. Sauf que la vidéo a très vite échappé au contrôle de Fiorito, en se retrouvant uploadée sur d'innombrables pages pour le simple plaisir de choquer des internautes insouciant·es.

Fiorito n'a jamais vraiment profité du « succès » international de 2 Girls 1 Cup, si l'on en croit l'auteur de l'article. Il n'a jamais réédité sa performance virale, et sa carrière s'est poursuivie tranquillement. Il n'a jamais donné d'interviews, ce qui ne l'a pas empêché de continuer à travailler, MFX devenant ensuite NEWMFX (au slogan aguicheur : « NEWMFX IS THE HOME OF THE BEST SEX, MILF AND BIG BOOBS »), un site proposant des titres aussi alléchants que "New Vomit in Brazil » ou « New Piss in Brazil ». De toute évidence, ni les vidéos de grands-mères choquées, ni les torrents de vomi émis par les étudiant·es voyant pour la première fois son oeuvre la plus célèbre n'ont détourné Fiorito de sa voie.

Le producteur

Marco Fiorito n'a jamais été puni pour avoir révélé le monde merveilleux du porno scatophile au grand public. En revanche, Danilo Croce, un avocat brésilien qui vivait en Floride et gérait plusieurs sites distribuant du porno « de niche », a fini par être rattrapé par la justice. Croce était chargé de vendre les films de Fiorito sur le territoire américain.

Croce était recherché par le FBI, chargé - sous l'administration Bush - de lutter contre la pornographie extrême, et fut arrêté en Floride en 2006. Autant dire qu'il n'a guère apprécié, au final, l'immense succès de la vidéo : pour avoir vendu les films de Fiorito, il a écopé d'une amende de 98.000$ (pour avoir « diffusé du contenu à caractère obscène ») et a été expulsé du territoire américain.

Les actrices

Si vous pensez que les actrices ont été manipulées, qu'elles traversaient juste une phase difficile, ou qu'elles voulaient simplement tester un truc nouveau, désolé de vous décevoir : Karla et Latifa sont toujours dans le game. Et même au top dudit game, puisqu'elles sont carrément présentées comme les « meilleures actrices » du site NEWMFX.

Évidemment, il existe des vidéos bien pires que 2 Girls 1 Cup, comme le sait quiconque s'est aventuré·e un jour un peu trop loin dans les tréfonds du web. Mais elle restera dans l'histoire comme ce moment étrange où Internet sembla décider, un beau jour de 2007, de s'intéresser à ce qu'il se faisait de plus répugnant au Brésil, comme si tout ça était un formidable jeu. Et pour ceux qui ont été marqués - sans doute à vie - par la vidéo, il reste quelques raisons d'espérer : comme l'a affirmé Fiorito lors de son procès contre son ancien associé Croce, Karla et Latifa n'ont peut-être jamais vraiment mangé d'excréments. « Il m'est souvent arrivé, dans mes films, de tourner avec du chocolat plutôt que des excréments. Beaucoup d'acteur·ices jouent dans des films scato, et peuvent demander dans leur contrat d'être certain·es de ne pas devoir manger d'excréments humains. » Hélas, à ce jour, rien n'a jamais permis de prouver que Karla et Latifa avaient simulé quoi que ce soit.

Suivez VICE Belgique sur Instagram.

Cet article a été publié sur VICE US.


Regardez aussi : Le Revenge porn et ses dégâts