Identité

Sortir avec un milliardaire n’est pas aussi amusant qu’on ne le pense

Jill a été la femme du trafiquant d'armes saoudien Adnan Khashoggi, un temps considéré comme l'homme le plus riche du monde.

par Jill Dodd; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
13 May 2020, 9:10am

Toutes les photos sont de Jill Dodd 

En 1980, j'avais 20 ans et je travaillais comme mannequin à Paris. Je ne suis jamais devenue top model, mais j’ai fait ça pendant un an, gravissant lentement les échelons de la célébrité parisienne. C'était un travail difficile, mais j'ai fini par faire les couvertures des magazines, ce qui était en quelque sorte une récompense je suppose, même si je ne me sentais pas tellement différente d'avant. Je ne me sentais ni comblée ni satisfaite. Ce dont j'avais besoin, je le croyais, c'était d'une relation.

Un jour, en été, mon agent m'a demandé de l'accompagner à Monte-Carlo, pour le week-end. Sachant qu'il y a souvent des pièges dans l'industrie du mannequinat, je lui ai demandé le prix du séjour. Elle m'a répondu : « Non, non. Celui-ci est gratuit ! » Ça semblait suspect, mais j'ai décidé d'y aller quand même parce que j'avais besoin de vacances.

1584561378369-1-Boat-Docks-White-skirt
Jill en 1980.

Une fois à l'hôtel, on a passé une journée au bord de la piscine à boire des cocktails sophistiqués, à discuter avec de nouvelles connaissances et à admirer la vue magnifique. Ce soir-là, mon agent m'a emmené en limousine à une fête sur le thème des pirates, avec vue sur la Méditerranée. C'était un grand événement en plein air avec un feu de joie et de la musique tzigane.

Je n'ai pas tardé à remarquer qu'un homme plus âgé me regardait. Il s'est ensuite rapproché de moi et on a commencé à danser sur le sable. On a jeté nos coupes de champagne dans les flammes, ainsi que quelques chaises en bois. Puis, alors que nous étions assis à table côte à côte, il m'a regardé dans les yeux, a remonté la manche de mon haut et a écrit « Je t'aime » sur mon avant-bras. Avec son propre sang. Apparemment, il s'était coupé avec du verre. Je n'avais aucune idée de qui il était, mais je l'aimais beaucoup.

Plus tard, j'ai appris qu’il s'appelait Adnan Khashoggi. C'était un trafiquant d'armes saoudien et l'un des hommes les plus riches de la planète. Il possédait des sociétés, des propriétés et des manoirs dans le monde entier et il était connu pour ses jouets de luxe : il avait le plus grand jet privé du monde et un yacht nommé « Le Nabila ».

N’oubliez pas que nous étions en 1980 et qu'Internet n'existait pas encore. Je ne pouvais pas chercher des infos sur Google, alors j'y suis allé à l'aveuglette et j'ai assemblé les pièces du puzzle au fur et à mesure. Et j'ai découvert que sortir avec un milliardaire n'était pas aussi incroyable qu'on pourrait le croire. Voici les leçons que j’en ai tirées.

L'argent rend bizarre

J'ai revu Adnan le lendemain. Quelques semaines plus tard, il m'a emmenée en Espagne et m'a demandé de devenir l'une de ses épouses. Je lui ai répondu un oui très timide, et c'est ainsi que je suis devenue un pion dans son jeu d’échecs intérieur.

Au début, cette nouvelle vie était étrange et intrigante. Puis elle a commencé à devenir prévisible. Une fois, au Kenya, Adnan a essayé de m’offrir une énorme bague en diamant de 20 carats. J'ai refusé son cadeau parce que c’était beaucoup trop. Mais avec le temps, j'ai vu d'autres femmes porter ce genre de bijoux excessifs et j'ai eu envie d’en porter aussi. Je ne mettais plus que des robes de créateur·ices. Je mangeais des plats délicieux préparés par des grand·es chef·fes. Je me déplaçais en limousines et en jets privés.

Petit à petit, j'ai commencé à avoir envie de ce style de vie, même lorsque j'étais loin d'Adnan. Chez moi, à Los Angeles, où je travaillais comme mannequin, je cherchais des excuses pour aller manger dans des restaurants étoilés. Aucune de mes copines ne pouvait se le permettre, alors j'y allais avec un ami médecin. J'avais besoin de porter de la haute-couture et de dîner à la chandelle dans des salles tamisées sur des nappes en lin blanc.

1584561442480-26-Spain-Helicopter
Jill avec Adnan en Espagne.

L'extrême richesse rend insatisfaite

Environ un an après le début de notre relation, j'ai commencé à ressentir une forte anxiété. Je ressemblais de plus en plus à Adnan, qui courait toujours après quelque chose : le prochain gros jouet, la prochaine jolie femme, la prochaine affaire lucrative ou la prochaine ligne de cocaïne.

Comme lui, ma seule obsession était de combler ce vide à l'intérieur de mon âme. Le problème, c'est que lorsque vous avez des options infinies, vous avez l'impression de ne pas avoir d'options du tout et ça vous emmerde. À quoi ça servait si je pouvais avoir n'importe quoi ? Tous mes anciens objectifs, qui consistaient à travailler dur pour réussir financièrement, n'avaient soudain plus aucun sens.

1584561563168-31-Me-in-Jewelry
Jill lors d'une mission de mannequinat.

Les riches sont entouré·es de gens intéressés

Je n’étais pas jalouse au début. Je savais que j'étais sa femme préférée parce qu'il passait tout son temps libre avec moi. Mais ensuite, j'ai entamé un cursus au très exigeant Fashion Design College de Los Angeles, et ma charge de travail nous a séparé·es pendant de longues périodes.

En mon absence, Adnan a commencé à passer du temps avec d'autres femmes, moins accomplies. Certaines semblaient désespérées, d'autres étaient accros à la cocaïne, et toutes en avaient après son argent. Je me disais que je n'étais pas comme elles.

Mais un soir, alors que nous étions à un concert à Las Vegas, l'une d'entre elles m'a montré une bague qu'Adnan venait de lui offrir. C'était exactement le même genre que la mienne ! Ça m’a fait l’effet d’un coup de poing et j'ai commencé à voir les choses telles qu'elles étaient vraiment. C'était le début de la fin pour nous.

1584561619428-36-Sit-on-Sand

L'argent ne fait pas le bonheur

On a rompu peu de temps après cette nuit à Las Vegas et ce fut surtout un soulagement. Courir après le bonheur lorsqu’on est riche, c'était comme courir après son ombre. J'ai compris que la paix ne se trouve pas dans les objets, le pouvoir, le statut ou la richesse. J'ai appris à mieux accepter mes fautes et mes erreurs. Je m'épanouis grâce à mon art et à l'amour de mes proches. Et j’ai enfin appris à écouter et à respecter ma voix intérieure.

Suivez VICE Belgique sur Instagram.

Cet article a été publié sur VICE AU.

Tagged:
amour
Arabie-Saoudite
couple
argent
Richesse