sexe

L’histoire du couple qui a fait l’amour dans un tube IRM pour la recherche scientifique

En 1991, des scientifiques ont créé une image interne du corps humain pendant l’amour. Une image plutôt sauvage.

par Julian Morgans
07 November 2019, 11:39am

Ce n’est pas une photo de l’événement. Il n’y en a pas et Sidhant Gandhi a monté celle-ci sur photoshop.

Ne ratez plus jamais rien : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez VICE Belgique sur Instagram.

Ida Sabelis se souvient qu’elle était nerveuse et fébrile mais pas particulièrement excitée. C’était un samedi matin et avec son copain, ils avaient fait trois heures de route depuis Amsterdam jusqu’à Groningue, une ville située au nord des Pays-Bas. Elle était là à faire la causette dans un labo d’IRM d’un hôpital avec trois scientifiques, tous des hommes, lorsqu’une pensée lui a traversé l’esprit.
« J’ai réalisé que j’étais la seule femme dans la pièce, rappelle-t-elle, avec une pointe d’exaspération. La seule femme qui participait à une étude sur le corps des femmes. »

Ida avait accepté de participer au projet parce que c’était une anthropologue passionnée qui avait passé sa jeunesse à lutter pour les droits des femmes. La disproportion des sexes dans la salle l’avait agacée, mais aussi fait réagir. Elle a alors tapé dans le dos de son copain. « Alors », a-t-elle lancé, on y va ? »

À ces mots, les trois scientifiques ont sursauté, y compris son copain Jupp, qui s’est précipité aux toilettes pour uriner. L’un des scientifiques a retiré le plateau en métal rétractable de l’IRM, puis Ida et Jupp se sont déshabillés et ont grimpé dedans nus. À l’origine, Jupp devait se mettre au-dessus d’Ida, en missionnaire, mais Ida s’y est opposée. « C’est une position qui ne m’excite presque pas, a-t-elle expliqué. De toute façon, Jupp aurait été trop lourd dans ce minuscule tube. » Ils se sont mis en position cuillère, les fesses d'Ida contre l’entrejambe de Jupp.

Les trois scientifiques se sont dirigés vers la salle de contrôle de l’IRM pour regarder à travers une épaisse plaque de verre. « Vous nous entendez », a demandé l’un d’eux à travers un interphone branché à l’intérieur de l’appareil IRM. « Oui », a répondu Ida, suivie d’un gloussement de Jupp.
« C’est quand vous voulez. »

1567581159633-IMG_9387
Aujourd’hui, Ida est professeur d’anthropologie organisationnelle à l’Université libre d’Amsterdam. Toutes les photos sont de l’auteur.

Un an plus tôt, à l’automne 1991, Ida avait reçu un appel téléphonique de l’associé de son meilleur ami, un certain Menko Victor « Pek » van Andel. Ida et Pek se sont toujours bien entendus, mais elle le considérait comme un excentrique, c’est pourquoi elle a accueilli son appel avec un haussement de sourcils.

Au téléphone, Pek a expliqué qu’il avait une idée pour une œuvre « d’art corporel » très spéciale et hautement originale. Il voulait créer l’image du système reproductif féminin durant le coït, en utilisant une machine d’imagerie par résonance magnétique, communément appelée IRM. Comme les rayons X, ces machines permettent aux docteurs de voir à l’intérieur des corps humains sans avoir recours à la chirurgie, mais personne, selon Pek, n’en a jamais utilisée pour voir ce qu’il se passe dans le corps de la femme pendant des rapports sexuels. « Cela n’a jamais été fait, répétait-il au bout du fil. Jamais ! »

Ida était sceptique mais intriguée. Pek avait beau être un excentrique, il possédait tout de même un diplôme de recherche médicale et était coinventeur d’une cornée artificielle. Il avait des contacts lui donnant accès à la machine IRM, et surtout, le sérieux académique pour assurer que le projet ne deviendrait pas du porno. Après réflexion, et une longue conversation avec Jupp, elle a accepté.

1567581206733-IMG_9342
Pek dans sa ferme à côté de Groningue.

Pek avait raison en disant que personne n’avait utilisé d’IRM pour examiner les organes sexuels de la femme, mais d’autres avaient certainement essayé avec l’aide de leur imagination. Le premier exemple le plus célèbre était celui de Léonard de Vinci, qui, entre 1492 et 1494, avait fait l’esquisse d’un homme poussant son sexe en érection dans un vagin semi-transparent. Dans le dessin, on ne voyait ni le corps, ni le visage de la femme, seul son système de reproduction, comme un cylindre droit entre les jambes, et la colonne vertébrale.

L’esquisse, réalisée il y a environ 500 ans, est restée la norme depuis. Presque tous les diagrammes trouvés sur les boîtes de tampon et dans les livres d’éducation sexuelle montrent le vagin comme un tunnel droit. Les pénis ne sont pas forcés de se plier autour des coins ou de se conformer à la forme féminine d’une manière ou d’une autre. Ils rentrent et sortent tout droit, comme l’avait supposé de Vinci. Mais personne n’avait vraiment vérifié son esquisse avec un examen IRM, donc personne ne savait s'il avait raison.

1567581310278-IMG_9279
Pek avec une copie de l’esquisse de Léonard de Vinci des années 1490.

Retournons au labo. Les corps d’Ida et de Jupp étaient complètement enveloppés par le tube de l’IRM, seuls leurs pieds dépassaient. Naturellement, Jupp avait peur de ne pas réussir à avoir une érection, mais après quelques mouvements de main d’Ida autour du membre, ils ont réalisé qu’il n’y avait pas de problème. Puis ils se sont tortillés et, comme le décrit Ida : « Cela s’est bien réchauffé dans le tube et on a vraiment réussi à prendre du plaisir l’un avec l’autre de manière tout à fait normale. »

De temps en temps, ils entendaient une instruction crépiter dans l’interphone et ils éclataient de rire. « L’érection est entièrement visible, même la racine, a lancé quelqu’un dans la salle de contrôle. Tenez la pose. » Et, se retenant de rire, Jupp et Ida restaient allongés, essayant de ne plus bouger du tout, Jupp à l’intérieur d’Ida, alors que des cliquetis résonnaient autour d’eux dans la machine IRM.

« Nous avions découvert un domaine inexploré de la recherche et personne ne voulait nous laisser finir le travail parce qu’ils avaient trop peur de l’effet que ça ferait sur leurs CV » – Menko Victor van Andel

Nous n’allons pas faire une description complète du fonctionnement de l’IRM. Mais pour faire court, il y a des grandes boîtes en plastique remplies de pièces de métal. L’ouverture de la machine longe l’axe central des bobines, magnétisées par intermittence par un courant électrique, ce qui fait trembler les bobines avec un bruit sourd. Quand une machine IRM est en marche, c’est comme une boîte pleine de cerceaux sautant et se heurtant bruyamment. Ida et Jupp ont fait l’amour au milieu de tout ce bruit, faisant de temps en temps des pauses pour tenir une position, alors que Jupp essayait de maintenir son érection, jusqu’à ce qu’au bout de 45 minutes, on leur demande de « finir ». Ils se sont alors exécutés. Puis, on les a fait sortir de la machine, tout nus et dégoulinant
« comme des petits pains sortant du four. » Ida et Jupp se sont habillés et ont couru dans la salle de contrôle pour voir les images qu’ils avaient créées.

« Quand je les ai vues, j’ai compris la manière dont on s'emboîte l'un dans l'autre, a dit Ida. C’était beau ! Je pouvais voir mes entrailles et puis on voyait Jupp à un endroit que je connaissais uniquement grâce à mes propres sensations, juste en-dessous du col de l'utérus. Il y avait des images très claires de l’intérieur de nos corps, y compris la frontière entre nos ventres. Ça montrait tellement de détails que ça m’a rendue bouche-bée. »

1567581244161-IMG_9302
L’image IRM. À gauche l’image n’est pas marquée. À droite les différentes parties du corps y sont notées. Le pénis est marqué « P », les testicules « Sc ». L’utérus d’Ida est marqué « U » et sa vessie « B ».

Si c’est quelqu’un dans la salle n’était pas bouche-bée, c’était bien Pek van Andel. En regardant l’image, il a tout de suite remarqué que le pénis de Jupp avait dû se courber, il était en forme de boomerang. Depuis l’intérieur du corps de Jupp, il faisait un angle d’environ 120 degrés, ce que Léonard de Vinci n’avait jamais dessiné. Et à ce moment-là, Pek a su qu’ils avaient atteint quelque chose de bien plus significatif qu’un projet artistique. Ils avaient réécrit pas moins de 500 ans d’hypothèses anatomiques.

Mais Ida et Pek ont dû, sur-le-champ, faire face à l'indignation publique. Pek, avec Ida comme coauteure, a envoyé les premières images IRM à la revue scientifique Nature, qui a tout rejeté sans explication. Puis la presse à scandale hollandaise a appris l’histoire et s’est insurgée. Elle a suggéré que des malades désespérés étaient sur liste d’attente de l’examen salvateur pendant que Pek utilisait ce matériel IRM pour des obscénités. Ce n’était pas vrai parce qu’ils utilisaient le labo en dehors des horaires d'ouverture, mais l’hôpital s’est empressé de se retirer du projet, interdisant à Pek de reproduire l'expérience avec son matériel. Ce qui rendait impossible une étude plus complète et plus scientifique. « C’était vraiment décevant, a expliqué Pek. Nous avions découvert un domaine inexploré de la recherche et personne ne voulait nous laisser finir le travail parce qu’ils avaient trop peur de l’effet que ça ferait sur leurs CV. »

Mais Pek n'était pas découragé pour autant. Après avoir décidé qu’il fallait faire une étude complète avec plusieurs couples, il a passé les mois suivants à harceler la direction de l’hôpital de Groningue jusqu’à ce que les responsables des services de médecine de la femme et de radiologie donnent leur feu vert au projet. L’hôpital a bien voulu du projet à la condition que ce soit fait en secret et qu’il n’y ait pas de publication. Pek a accepté en pensant qu’il trouverait plus tard une solution pour franchir l’obstacle des « publications ».

Entre 1991 et 1999, huit couples et trois femmes célibataires ont eu des ébats dans la machine IRM de l’hôpital, ce qui fait au total 12 examens. Ces expériences successives ont été faites en position missionnaire, avec des volontaires majeurs à qui on avait signifié qu’ils pouvaient arrêter à tout moment. « Aucun, souligne Ida, avec une sorte de suffisance dans la voix, aucun des hommes n’a pu réaliser le test sans viagra. »

« Nous sommes le seul couple à avoir réussi à le faire sans viagra, ajoute-t-elle fièrement. Pour moi, l’expérience était aussi un témoignage de notre bonheur avec Jupp. Cela montre la connexion qu’un couple doit avoir pour pouvoir faire ça dans ce genre de conditions. »

1567581397701-IMG_9325
Pek montre sa création dans un champ devant chez lui.

Finalement, après huit ans de refus, les résultats de leur expérience ont été publiés dans les colonnes du British Medical Journal. « Ça va probablement être mon héritage, admet Ida, actuellement Professeur d’anthropologie organisationnelle à l’Université libre d’Amsterdam. Mais j’ai de la chance. On ne choisit pas son héritage et certains n’en reçoivent jamais. »

Outre les observations sur les pénis courbés, l’article a dévoilé quelque chose d’autre de vraiment inattendu : les effets des relations sexuelles sur la vessie. Comme beaucoup de femmes peuvent en témoigner, il y a quelque chose dans les rapports vaginaux qui remplit rapidement la vessie, comme on l’a observé chez les participantes féminines des 13 expériences. Et à ce jour, les scientifiques n’ont toujours pas compris pourquoi. « Dans chaque image finale [de l’IRM] on voyait une grande vessie pleine, alors que la plupart des femmes étaient allées aux toilettes avant d’entrer dans le tube IRM, a expliqué Pek avec stupéfaction. Peut-être que nos ancêtres ont développé cette fonction pour éviter les infections urinaires, mais ce n’est qu’une hypothèse. »

Aujourd’hui, Pek est à la retraite et vit avec sa compagne dans une immense ferme à la campagne. Il dit qu’il est fier de l’étude, même si elle a révélé par inadvertance une sorte de lâcheté inhérente aux études scientifiques. Il décrit comment, après les éloges de Science magazine pour l’article de 1999, tous ceux qui n’avaient rien voulu avoir avec eux ont soudainement réclamé de la reconnaissance. « Les gens qui ont essayé activement de nous faire taire délivraient ensuite à la presse des citations, ou notaient leur participation sur leurs CV, glousse Pek en secouant la tête. La victoire a beaucoup de pères, apparemment. »

Ida dit qu’elle aussi, a découvert quelque chose de frustrant sur la nature humaine : l'obsession de tout le monde pour le sexe. Même aujourd’hui, ses amis et sa famille rient encore de cet épisode où elle a fait l’amour avec son copain dans un tube IRM, alors que ce sont pour la plupart des adultes diplômés de l’université et approchant la retraite. Elle trouve cette réaction particulièrement bizarre à l’université où ses collègues qui rient bêtement sont des académiciens travaillant en science sociale dans l’une des villes les plus progressistes au monde. « À bien des égards, je pense que nous avançons à reculons, affirme Ida. J’ai grandi à une époque où on ne faisait pas toute une histoire des relations sexuelles, nous allions toujours nous baigner nus et les gens semblaient plus ouverts d’esprit. Maintenant, les gens semblent simplement devenir de plus en plus conservateurs. »

Néanmoins, Ida a dit qu’elle était incroyablement fière de la petite contribution qu’elle avait faite envers l’égalité de genre dans la science de l’excitation sexuelle. En cette matinée de 1991, elle ne pouvait certainement pas imaginer où cela la conduirait, mais elle est incroyablement heureuse d’en être venue à bout. Même si l’expérience était principalement menée par des hommes.

Cet article a été publié sur VICE AU.

Tagged:
Science
bizarre
recherche
Pays-Bas