Elections 2018

Ma mère est membre du parti d'extrême droite élu à Ninove

« Maman est carrément d'extrême droite. » - « Tu ne peux pas dire ça, je peux aussi m'accommoder des mulâtres ou des nègres. »

par Hinda Bluekens; photos Sanne Moonemans
19 October 2018, 8:24pm

Lisez nos meilleures histoires de 2018 sur cette page avec un titre super original.

Quand Julie (29 ans) pénètre dans le café De Beurs à Ninove, quelqu'un lui l'apostrophe pour lui demander si elle est de gauche ou de droite. Elle ignore le commentaire et se dirige vers le comptoir où elle claque la bise aux habitués. À côté du bar se trouve un grand drapeau de Forza Ninove, la liste avec laquelle le Flamand du Vlaams Belang, Guy D'haeseleer, a remporté les élections municipales de la semaine dernière. De Beurs est son café, mais c'est aussi le café de la mère de Julie, Stania (52 ans), conseillère de Forza Ninove. Alors que Julie, qui vit elle-même à Gand, boit un verre, elle nous confie qu'aux yeux des habitués, elle est perçue comme une hippie gauchiste. Bien que son berceau était tout sauf de gauche. En Flandre, Ninove est actuellement sous le feu des projecteurs car Guy D'haeseleer pourrait bien être le premier membre du Vlaams Belang (parti d'extrême droite) à devenir bourgmestre. C'est une explosion médiatique. Après les élections, un de ses anciens posts Facebook a été supprimé, message dans lequel il écrivait sous une photo d’enfants africains en train de nager qu’il s’était levé tôt pour faire de la mousse au chocolat. À cette époque, une autre photo de partisans de Forza Ninove célébrant leur victoire avec un prétendu salut Hitlérien était déjà devenue virale. Le lieu de cette petite fête ? La terrasse du café De Beurs.

Je me suis rendue à Ninove pour parler à Julie et à sa mère Stania de la victoire de Forza Ninove, mais aussi de distribution de flyers pour Groen (parti écologiste), de marchés de Noël et du petit ami plus foncé de peau qu'on ramène à la maison.

1539958556932-ninove-cafe
Julie et sa mère Stania.

VICE : Salut Stania, vous avez gagné dimanche. Êtes-vous satisfaite du résultat ?
Stania : Je suis très contente du résultat. Il y a six ans, je me suis présentée pour la première fois, mais j'avais déjà récolté sept cents voix. Aujourd'hui, j'en ai mille de plus.

À quel point votre conviction politique est-elle importante pour vous ?
Stania
: J'en suis très satisfaite. Je viens d'un foyer socialiste, nous sommes issus de la classe ouvrière. Mais au fil des ans, je me suis de plus en plus tournée vers la droite.
Ma voiture a été volée il y a six ans. J'étais partie faire des courses à Anderlecht et quand je suis sortie du magasin, elle avait disparu. Quand elle a été retrouvée, c'était un Marocain qui la conduisait. Et il y a huit ans, j'ai été réveillé par l'alarme du café. Par chance la police était dans le quartier et a pu arrêter les deux cambrioleurs. Pendant tout un temps, je ne me sentais plus du tout en sécurité et je me promenais avec du pepperspray, mais ce n'était pas vivable. Je ne suis pas raciste, mais j'entends beaucoup d'histoires. La fille d'un ami a récemment été volée.

« Tu es encore jeune, c'est pour ça que tu as voté Groen, mais il est encore possible que tu te joignes à nous. »

Je respecte tout le monde - il y a aussi des étrangers qui viennent dans mon café - mais les musulmans et l'islam, je suis contre. Ils ne devraient pas nous imposer une mosquée. Ce n'est pas notre culture. Nous ne sommes pas un pays musulman.
Julie : Allez maman, respect pour tout le monde ? C'est faux. Tu ne prends en compte que quelques histoires négatives, alors que j'ai des centaines d'exemples positifs. Moi, j'ai voté pour Groen.
Stania : Je ne sais pas d'où tu sors ton vote pour Groen. Tu es encore jeune, c'est sans doute pour ça que tu as voté pour eux, mais il est encore possible que tu te joignes à nous. Je suis déjà allée en Jamaïque, à Cuba et en République dominicaine. J'ai pris des fournitures scolaires avec moi pour les distribuer aux gens de là-bas.

« On parle de personnes qui ont fui leur pays pour venir ici. Tu as un manque extrême d'empathie. »

Julie : Ça ne fait pas de toi une mère Theresa. On parle des personnes qui ont fui leur pays pour venir ici. Tu as un manque extrême d'empathie.
Maman m'a élevée toute seule. Je pense que c'est une femme forte. Elle a également vaincu le cancer et c'est admirable, mais d'autres personnes ont aussi des problèmes. Personne ne veut risquer sa vie sur bateau pour s'amuser. Beaucoup de ces personnes veulent survivre.
Stania : Je suis sûre que les bonnes personnes sont toujours dans leur propre pays et que les mauvaises personnes viennent ici. D'où vient l'argent donné aux passeurs s'ils ne possèdent rien? Ces gens ont même un téléphone portable dernier cri. Alors que les gens de chez nous sont agressés.
Julie : Je vis à Gand dans un quartier où se côtoient de nombreuses cultures. Chaque fois que je charge ma voiture, quelqu'un vient m'aider. J'oserais même laisser ma porte grande ouverte.
Stania : Et quand ton iPhone a été volé sur la terrasse ? On doit laisser passer tout ça ?
Julie : Ça s'est passé une fois et je ne l'approuve pas, mais ce téléphone volé ne permet pas de catégoriser un groupe ethnique entier.
Stania : Deux des trois téléphones portables de la famille ont été volés et les deux fois, c'était un étranger.

1539954699257-DSC033281335-2

Supposons que Julie vous demande de quitter la politique, que feriez-vous ?
Stania : Je sais qu'elle n'exigerait jamais ça de moi.
Julie : Je n'exigerais pas ça, haha, non, ce serait plutôt extrême. Si j'avais pu choisir, bien sûr que j'aurais préféré qu'elle ne soit pas dans la politique - et certainement pas pour ce parti.

Stania, que pense votre cercle d'amis du fait que vous n'avez pas réussi à garder votre fille sur le droit chemin ?
Stania
: Ils connaissent Julie et ils ne vont pas essayer de l'attaquer personnellement. Je suis très fière de ma fille. Sur ma photo de profil Facebook, on est d'ailleurs à deux.

« Maman est carrément d'extrême droite. » -
« Tu ne peux pas dire ça de ta propre mère, je peux aussi m'accommoder des mulâtres ou des nègres. »

Avez-vous des amis de gauche ou de droite ?
Stania : Il n'y a pas de gauchistes dans mon cercle d'amis.
Julie : Il n'y a pas d'extrémiste de droite parmi les miens. Les gens qui discriminent ne peuvent pas être mes amis. Je fais une exception pour ma mère. Parce que c'est ma mère. Ici à Ninove, il y a un sentiment d'appartenance au groupe lorsqu'on est contre la même chose, mais je préfère un groupe qui lutte pour la même cause.
Stania : Julie ne connaît pas la différence entre la droite et l'extrême droite. Ce n'est pas parce que je vote à droite que je suis une mauvaise personne. S'il y a un enfant qui a faim ici devant ma porte, je lui donnerais à manger.

1539954730431-DSC033451336-2

Stania, vous décririez-vous comme étant d'extrême droite ?
Stania : Je ne suis pas d'extrême droite. Filip Dewinter [le visage du Vlaams Belang pendant des décennies, ndlr] n’est pas mon ami, mais D'Haeseleer ose au moins faire des blagues. Les profiteurs doivent être placés hors du système. Moi aussi, j'en ai chié.
Julie : Maman est carrément d'extrême droite.
Stania : Tu ne peux pas dire ça de ta propre mère. Je peux aussi m'accommoder des mulâtres ou des nègres.
Julie : On ne dit pas nègres, mais noirs. Je vais t'emmener une fois dans une famille musulmane.
Stania : Julieeee bon sang !

« Il n'y que moi qui peut plaisanter à ce sujet, les autres ne peuvent rien dire, car personne ne connaît ma mère comme je la connais. »

Julie pourrait-elle venir à la maison avec un petit ami noir ?
Stania : S'il est musulman, plutôt mourir.
Julie : Malheureusement, je ne suis pas tombée amoureuse d'un musulman.
Stania : On n'a plus le droit d'avoir un marché de Noël à Bruxelles ou de l'appeler comme tel. Les musulmans ne sont pas tolérants envers nous. On doit les éloigner de notre Noël.

1539954767413-DSC033931341

Que pensent vos amis de vos racines de droite, Julie ?
Stania
: Moi je n'ai jamais reçu une remarque déplacée de ses amis.
Julie : J'en ai pourtant déjà entendu des vertes et des pas mûres. Cette semaine, des gens m'ont fait le salut hitlérien parce qu'ils savaient que je venais de Ninove. Parfois, j'en rigole même sur Instagram, comme avec cette photo du salut hitlérien sur la terrasse du café, où ces types de Forza indiquent exactement l'emplacement de ma chambre d'enfant. Mais il n'y a que moi qui peut faire des blagues à ce propos, et j'attends des autres qu'ils se taisent, car personne ne connaît ma mère comme je la connais.
D'une part, je suis fière que ma mère ait quelque chose à dire. Je suis aussi comme ça, nous ne sommes pas muettes et avons des convictions. Heureusement, j'ai hérité de sa personnalité mais pas de ses idéologies.
Stania : Tu vois, Julie n'est pas cent pour cent contre moi !

Aurais-tu voté pour ta mère si tu habitais Ninove ?
Julie : Il n'y a pas un seul cheveu sur ma tête qui pourrait voter pour ma mère, même si ça doit m'en coûter mon héritage. Son parti va à mille pour cent contre mes convictions. Même si elle continue de prétendre qu'elle n'est pas d'extrême droite.

Quelles autres valeurs as-tu reçues lors de ton éducation ?
Julie
: De maman, j'ai appris que tu ne valais pas plus, ni moins, que quelqu'un d'autre. Je l'applique à tout le monde.
Mama : Je ne me sens pas supérieure à un noir, mais pas inférieure non plus.

« Je trouve cette interview plutôt stressante, je ne veux pas qu'on s'attaque à ma mère, j'ai peur de la réaction des autres. »

La Flandre considère Forza Ninove comme des racistes et des néonazis. Ressens-tu le besoin de défendre ta mère ?
Julie
: Ma mère a un bon coeur. Donc ça ne me laisse pas indifférente. C'est un sentiment assez double, mais ça reste ma mère. Si quelqu'un m'attaquait, elle me défendrait aussi. C'est pourquoi je trouve cette interview un peu stressante, je ne veux pas que les gens se liguent contre elle. J'ai peur de la réaction des autres.

Stania, espérez-vous que Forza Ninove prenne le pouvoir pour que vous puissiez prouver que vous êtes un parti décent ?
Stania
: Oui, mais si nous avons la possibilité de faire nos preuves et qu'on se plante, ils nous puniront d'ici six ans.
Julie : Punir ? Envoyer dans un autre pays, sûrement ? J'espère qu'ils n'iront pas au pouvoir. Je trouverais vraiment ça horrible. Je pense que je viendrais moins à Ninove du coup.
Stania : Tu viendrais vraiment moins souvent ? Maintenant que tu le dis, je trouve ça très dur.
Julie : Je te ferais venir plus souvent à Gand.

Comment se passe votre relation mère-fille ?
Stania : Je regrette qu'elle ne me soutienne pas dans mes ambitions politiques. Mais elle m'a quand même appelé dimanche pour me féliciter.
Julie : Pour l'occasion, j'ai bien voulu mettre mes principes de côté pendant un moment.
Stania : Je ne lui demanderais jamais de distribuer des flyers pour moi.
Julie : J'en au distribué pour Groen la dernière fois, quand maman s'est présentée pour la première fois avec Forza Ninove. Alors que moi je conduisais dans Ninove avec une grande affiche Groen sur ma voiture, une voiture que j'avais reçue de maman soit dit en passant.
Stania : C'était une réaction très adolescente. Mais bon, je préfère qu'elle conduise avec un autocollant de Groen plutôt qu'elle se fasse attraper avec des drogues.

Souhaiteriez-vous que votre fille soit davantage sur la même longueur d'onde que vous ?
Stania
: Ce serait plus facile.
Julie : Mais alors on se disputerait à propos d'autre chose, à propos de mes cheveux par exemple.
Stania : Tu es plus jolie avec les cheveux tirés. Ton visage est mieux mis en valeur.

Votre lien en serait meilleur ?
Stania : Elle est qui elle est. Elle m'aide à traverser les périodes les plus difficiles de ma vie. Elle m'aide à tout supporter. [Stania a les larmes aux yeux]
Julie : C'est ce qu'une maman et sa fille doivent faire, s'entraider. [Julie enlace sa mère]
Stania : Je suis heureuse quand elle est heureuse. [Stania perd ses mots, elle prend une cigarette.]
Stania : Je ris si Julie rit.

Suivez VICE Belgique maintenant sur Instagram.

cafe-de-beurs-forza-ninove