Sexe

Le guide VICE de l’anal pour les novices

Espérez le meilleur, préparez-vous au pire.
26 May 2020, 9:02am
abricot
Image : Charles Deluvio/Unsplash 

Les gens aiment le sexe anal pour diverses raisons, mais malgré sa popularité croissante et des études qui montrent que les femmes qui le pratiquent atteignent plus facilement l’orgasme, il reste un tabou.

Pour certain·es, ce tabou vient de l'idée que le sexe anal est sale parce que, vous savez, la merde et tout ça. Pour d'autres, c'est lié à des questions d'identité sexuelle. Selon Justin Lehmiller, spécialiste du sexe, la majorité des gens qui pratiquent le sexe anal ne sont pas des hommes homosexuels, comme le veut la croyance populaire. Et la récente hausse de sa popularité dans pratiquement toutes ses variantes est tout à fait logique. Même si les humains ont toujours eu des anus, ce n’est que depuis peu qu’iels ont la possibilité de choisir en ligne un certain nombre d’accessoires pouvant leur être discrètement livrés dans le confort de leur foyer dès le lendemain. Mais avant de se lancer, il y a quelques points à considérer.

Commencez par en discuter

Si vous souhaitez explorer le jeu anal avec votre partenaire, entamez la conversation en lui posant quelques questions sur ce qu’il en pense. A-t-iel déjà essayé ? A-t-iel aimé ? L'idée, en elle-même, lui plaît-elle ?

Familiarisez-vous avec l'anatomie de l’anus

L’anus est le même chez tout le monde. « Il est entouré de deux ensembles de muscles qui ouvrent et ferment deux sphincters, l’un externe et l’autre interne », explique le coach sexuel Kenneth Play, en précisant que le sphincter externe est facile d'accès et relativement facile à contracter ou à détendre. Le sphincter interne est situé entre 2,5 et 3,5 cm plus loin à l'intérieur. Il est moins facile à contrôler, mais avec un peu d’entraînement, c’est tout à fait possible.

En bref, le rôle de ces muscles est d'empêcher les selles de sortir de vos fesses et de s’étaler partout. Ensuite vient le rectum. Il s'agit d'un sac en forme de tube qui mesure environ 10 à 15 cm de long. Au sommet du rectum, le tube digestif fait un virage à 90 degrés, comme un nœud dans un tuyau. Au-delà de ce virage se trouve le côlon sigmoïde. 99,99 % des gens s’accroupissent pour aller à la selle. C'est une posture qui dénoue le tube digestif inférieur et qui permet de faire sortir tout en même temps. Il est important de s'en souvenir si vous décidez d’expérimenter cette position.

Explorez votre propre anus

La prochaine fois que vous serez sous la douche après avoir été aux toilettes, mettez un peu de gel douche ou de savon sur vos doigts et faites une petite séance d'exploration. Cela vaut aussi bien pour le partenaire actif·ve que pour le partenaire passif·ve. Pourquoi ? Tout simplement parce que vous avez un trou du cul identique à celui de votre partenaire et que vous lui donnerez plus de plaisir si vous savez comment il fonctionne. « Si vous n’avez jamais mis un doigt dans votre propre cul, il est présomptueux de penser que vous avez le droit d’en mettre un dans celui de quelqu’un d’autre », dit Play.

Un rapport anal, quand il est bien fait, ne doit pas faire mal

Le sexe anal implique beaucoup d'informations sensorielles nouvelles et intenses. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il est si populaire. Mais si le sexe anal est susceptible d'être une expérience étonnante et éventuellement stimulante, il ne devrait jamais être douloureux. Si le partenaire receveur est nouveau dans la pratique, allez-y doucement et soyez prudent·e avec son cul afin qu'il ait des associations positives et agréables.

N'ayez pas peur de vous chier dessus

Alors oui. De la merde sort de votre anus. Toutefois, dans des circonstances normales, le rectum devrait être exempt de toute quantité significative de selles.

Au moment où les matières fécales entrent dans le rectum, vous êtes généralement déjà en route pour les toilettes les plus proches. « L'anus et la partie inférieure du rectum contiennent en fait très peu de selles, ce qui signifie qu'ils sont généralement beaucoup moins sales que vous le pensez », explique la sexothérapeute Kat Van Kirk.

Lubrifiez

Les deux éléments les plus importants à prendre en compte dans le choix d'un lubrifiant sont la viscosité et la composition. Les plus épais sont les plus adaptés pour le sexe anal. En effet, les parois anales sont plus fines que les parois vaginales et nécessitent un lubrifiant qui les maintient en bon état et les rend glissantes pour réduire les risques de coupures et de déchirures (ouch !) à l'intérieur du rectum. Préférez un lubrifiant à base de silicone, car il est sans danger pour les préservatifs (contrairement aux lubrifiants à base d'huile), ne s'évapore pas rapidement (contrairement aux lubrifiants à base d'eau) et a la consistance la plus glissante.

Investissez dans un plug anal

N’hésitez pas à ajouter à votre panier en ligne un plug anal de qualité, qui vous permettra de vous habituer à la sensation de pénétration, en plus de favoriser l’excitation. Vous pouvez commencer à l'utiliser lors de vos rapports sexuels habituels. Je vous recommande le modèle Bootie de Fun Factory.

Espérez le meilleur, préparez-vous au pire

Malgré tout ce travail de préparation, il y a encore une petite chance que le sexe anal soit sale, dans le mauvais sens du terme. « Mettez une vieille serviette ou un vieux drap, gardez des lingettes humides à portée de main et, dans le cas relativement peu probable d'une catastrophe fécale, assurez-vous mutuellement de ne pas faire d'histoires et d'avoir un plan d'urgence pour y remédier », prévient Play. Mettez la serviette à laver, sautez sous la douche et tout se passera bien.

Soyez dans de bonnes dispositions psychologiques

Là encore, vous devez être détendu·e avant de vous lancer. Buvez un verre de vin ou une tisane si vous trouvez que cela vous aide à vous relaxer. « Mais attention, vous ne devriez pas expérimenter le sexe anal lorsque vous êtes ivre ou défoncé·e, mettent en garde Emma Taylor et Lorelei Sharkey, auteures de Sex : How To Do Everything. La douleur est le signe que vous faites quelque chose de mal, et si votre état de conscience est altérée, vous ne saurez pas quand vous arrêter. »

Expérimentez différentes positions

Si c'est vous qui pénétrez, il peut être judicieux de vous mettre derrière et de laisser votre partenaire gérer la situation en y allant à son propre rythme. Que la personne en question soit novice en matière de sexe anal ou non, elle peut avoir besoin d'un moment pour s'acclimater à la sensation et peut avoir besoin que vous restiez aussi immobile qu'une statue. Profitez de ce temps pour rajouter un peu de lubrifiant. Il n’y en a jamais trop quand il s'agit de sodomie.

Ne mélangez pas tout

L'anus et le rectum contiennent toujours des bactéries qui n'ont rien à faire dans un vagin. Dans le porno, les langues, les doigts, les jouets et les pénis passent d’un trou à l’autre sans problème, mais dans la vraie vie, de telles pratiques ne vous vaudront qu’une bonne infection.

Sachez que l’anal est une pratique très risquée

Je suis désolé de finir sur une note négative, mais je m'en voudrais de ne pas mentionner que le sexe anal, contrairement à la plupart des autres activités sexuelles, expose davantage les gens au risque de contracter le VIH et d'autres infections sexuellement transmissibles.

En effet, les rapports anaux diffèrent des rapports vaginaux en ce qu'ils impliquent « différents types de tissus, de force musculaire et de lubrification naturelle, ou l’absence de celle-ci ». Pensez donc à mettre un préservatif.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

This article originally appeared on VICE US.