Dans le parc à thème consacré aux extraterrestres antiques

La principale attraction est un simulateur de vol qui suggère que les lignes de Nazca au Pérou sont des pistes d'atterrissage pour vaisseaux extraterrestres.

|
15 May 2019, 8:03am

Photo publiée avec l'aimable autorisation de Erich von Däniken

Imaginez un peu : c'est le milieu des années 2000 et vous êtes un enfant suisse en vacances dans la ville touristique d'Interlaken. C'est magnifique – aussi magnifique qu’une ville peut l’être –, avec de l’air frais, des torrents de montagne et une architecture européenne pittoresque. Mais vous êtes un enfant. Tout cela vous laisse de marbre et vous vous ennuyez à mourir.

Puis vous tombez sur une publicité pour un parc à thème appelé Mystery Park, dans laquelle une petite fille court joyeusement autour de structures thématiques dignes de Disney World. Ensuite, elle cherche de l'or et saute à l'élastique. Il y a des vaisseaux spatiaux, des pyramides et des requins. Comme son nom l'indique, le contenu du parc est assez obscur, mais il a l'air excitant.

Après avoir supplié vos parents, vous arrivez à Mystery Park. La première attraction est en forme de pyramide et promet d'expliquer les mystères de l'Égypte ancienne. Votre imagination est débordante de possibilités. Aussitôt, le terme de « montagnes russes » vous vient à l'esprit alors que vous pensez déjà à l'expérience passionnante qui vous attend à l'intérieur.

Mais une fois à l'intérieur, vous arrivez dans une exposition qui vous explique que TOUT CE QUE VOUS PENSEZ SAVOIR SUR l'ÉGYPTE ANCIENNE EST UN MENSONGE. Contrairement à ce que vos parents, vos professeurs et Microsoft Encarta vous ont dit, les Égyptiens n'ont pas construit les pyramides à l’aide d’un système complexe de chariots et de rampes ou de je ne sais quoi d’autre. Non, ils disposaient d'outils et d'éclairages électriques – une technologie qui leur a été offerte par des visiteurs venus de l'espace.

Erich von Daniken, in a blue jacket, in front of the Mystery Park theme park
Erich von Däniken devant une image de Mystery Park. Photo publiée avec l’aimable autorisation de Erich von Däniken

Cette exposition, comme la plupart des expositions du parc, est basée sur le livre Présence des extraterrestres écrit à la fin des années 1960 par l’ufologue suisse Erich von Däniken. Le livre avance la théorie selon laquelle certaines de nos structures ou artefacts auraient été créées par des extraterrestres ou des humains ayant appris d’eux, et ce à l’aide d’une technologie supérieure. Comme Stonehenge au Royaume-Uni, les lignes de Nazca au Pérou ou encore les moaï de l’Île de Pâques en Polynésie. Les preuves présentées par von Däniken pour appuyer ses propos sont grosso modo les suivantes : cette chose ancienne ressemble à de la science-fiction, et les historiens ne savent pas à 100 pour cent comment ou pourquoi elle a été construite… Peut-être par des extraterrestres ?

Le livre s'est vendu à plus de sept millions d'exemplaires. Son adaptation documentaire est devenue le neuvième film le plus lucratif de 1970 et a reçu une nomination aux Oscars pour le prix du meilleur long-métrage documentaire. Il a inspiré d’autres films comme Prometheus, Stargate et cet Indiana Jones où Cate Blanchett s'évapore parce qu'elle en sait trop. Il a également fourni le matériel de base pour l'émission Ancient Aliens, qui est diffusée depuis une décennie sur la chaîne History Channel. Enfin, l'AlienCon, une conférence dédiée à Ancient Aliens, attire 10 000 personnes à Los Angeles chaque année.

Même aujourd'hui, un demi-siècle plus tard, von Däniken soutient que son livre est en train de convertir les gens. « Il y a à peine deux semaines, j'étais à un congrès à Pasadena et des centaines de personnes faisaient la queue pour que je dédicace leur exemplaire. Et toutes m’ont dit : "M. von Däniken, votre livre m’a ouvert les yeux" », dit-il.

Sans surprise, les théories de von Däniken ont été rejetées par à peu près quiconque a le pouvoir de rejeter une théorie – des archéologues à South Park en passant par le Southern Poverty Law Center. On l'accuse également d'avoir colporté de fausses informations et d'avoir littéralement tout inventé.

Mais il est indéniable que ses idées sont très, très populaires. Et quand une chose est très, très populaire – Harry Potter, les films de Disney, la Bible, le sexe –, les gens construisent des parcs à thème qui lui sont consacrés. Il est donc logique qu'en 2003, von Däniken se soit associé à un groupe d'entrepreneurs suisses pour ouvrir Mystery Park.

1557846087307-Capture-decran-2019-05-14-a-170018
Maquette d'un squelette à Mystery Park. Von Däniken croit qu'une race de géants aujourd'hui disparue existait sur Terre. Photo via Bloomberg/Getty Images

Mystery Park est divisé en sept « pavillons » thématiques, chacun étant situé autour d'une tour centrale. « Dans chaque pavillon, il y a une attraction principale, dit von Däniken. Et dans chaque pavillon, de petits mystères mènent à l’attraction principale. »

Il y a un pavillon avec un simulateur de vol dédié à l'exploration des mystères des lignes de Nazca au Pérou (qui seraient en fait des pistes d'atterrissage pour vaisseaux extraterrestres). Un autre abrite un modèle géant de Stonehenge qui s'accompagne d’un spectacle de lumière pour révéler les secrets des pierres anciennes (qui serviraient en fait de portail pour les extraterrestres). D'autres expositions explorent le calendrier maya, les textes hindous anciens et la cité perdue de l'Atlantide.

Le parc n'a pas eu le succès que ses fondateurs attendaient. Avant son ouverture, ils avaient prédit qu'il accueillerait 500 000 visiteurs par an. En 2005, trois ans après sa création, il en accueillait 200 000.

Pour von Däniken, les mauvais résultats du parc sont à mettre sur le compte de son emplacement et de l'absence de publicité. « Peut-être que l'endroit aurait dû être plus proche d'une grande ville comme Hambourg ou Berlin », dit-il. Selon les médias locaux, le problème vient des expositions qui sont trop statiques et n'incitent pas à revenir. De plus, le mauvais climat financier qui régnait à l’époque en Suisse aurait nui au parc.

Quoi qu'il en soit, Mystery Park a dû fermer temporairement en 2006, avant de rouvrir ses portes avec des horaires réduits et un nouveau nom (Jungfrau Park). Quelques modifications ont également été apportées à son contenu – certaines des attractions ont été supprimées et remplacées par des choses qui ne mentionnent pas les extraterrestres. « Dans la Bible, nous avons un prophète du nom d'Ezéchiel, qui raconte sa vision du "chariot de Dieu", explique von Däniken. Il décrit le bruit, les ailes et les roues dans les moindres détails. Nous avons retranscrit sa vision de manière très réaliste dans un pavillon. Mais nous avons dû le fermer à cause des critiques religieuses. » Les nouveaux ajouts comprennent une aire de jeux d'aventure et la location de Segway.

« J'étais bien sûr très déçu, mais je suis heureux que le parc soit encore ouvert d'une manière ou d'une autre », poursuit von Däniken.

A building in the shape of an Egyptian pyramid
Le pavillon égyptien de Mystery Park. Photo publiée avec l’aimable autorisation de Erich von Däniken

Les récents avis Tripadvisor sur le parc dépeignent un endroit trop cher, délabré et dépourvu de visiteurs. Seuls les fans de von Däniken semblent en être satisfaits. Vous serez peut-être surpris d'apprendre que, malgré cet échec, un autre parc à thème basé sur les travaux de von Däniken est en cours de développement.

La construction du parc d’attractions Chariots of the Gods devrait commencer l'année prochaine à Blackpool, une ville balnéaire du nord de l'Angleterre. Le parc est développé par une société appelée Media Investment Entertainment, qui contrôle les droits d'auteur de l'œuvre de von Däniken. Le parc thématique fera partie d'un projet d'aménagement polyvalent à 395 millions de dollars qui comprendra également un hôtel, des boutiques et des restaurants.

A rendering showing riders on a
Rendu du « théâtre volant » de Chariots of the Gods. Image publiée avec l’aimable autorisation de Media Investment Entertainment

Selon Norbert Reichart, PDG de Media Investment Entertainment, le parc comprendra un restaurant, un parcours d’accrobranche, une attraction en VR et plusieurs manèges. Tout sera centré sur un aspect de l'œuvre de von Däniken. La plus grande attraction sera un « théâtre volant », semblable au simulateur de vol Soarin' que l'on trouve dans les parcs Disney. « Le parc accueillera également la première exposition multimédia interactive au monde de Présence des extraterrestres d'Erich von Däniken », ajoute Reichart.

Mais Reichart explique que son parc d'attractions sera différent de celui de la Suisse. « Le Mystery Park d'Interlaken, pour être honnête – et c’est mon avis personnel – n'est pas un véritable parc d'attractions, explique-t-il. C'était un concept génial, mais il a été ouvert au mauvais endroit, et il lui manquait aussi l'aspect ludique… Ma société n'a rien à voir avec ce parc. »

En termes de développement, le parc Chariots of the Gods semble être une bonne chose. Blackpool a un taux élevé de pauvreté et de chômage – un rapport publié en 2013 par le Center for Social Justice en Grande-Bretagne qualifie la ville de « décharge pour les personnes confrontées à des problèmes tels que le chômage, l'exclusion sociale et la toxicomanie. » Mais les habitants de la région ne préféreraient-ils pas que ces 395 millions de dollars soient investis dans autre chose qu’un parc dédié à un type qui pense que les royaumes de Sodome et Gomorrhe ont été détruits par des aliens à l'aide de bombes atomiques ?

Reichart m'assure que non. « Pas du tout, étonnamment, dit-il. Nous nous attendions à des critiques, mais il n’y en a eu aucune. Je pense que les gens sont un peu lassés de toutes ces histoires de super-héros et d'Hollywood, qui ont sursaturé le marché des parcs d'attractions. Les gens cherchent quelque chose de nouveau et d'unique. »

« Nous croyons fermement que notre offre est unique et n'existe nulle part ailleurs dans le monde », conclut-il.

Ne ratez plus jamais rien : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez VICE Belgique sur Instagram.

Cet article a été initialement publié sur VICE US.