crime

Les dix moments forts du procès d’El Chapo

Une arepa empoisonnée, une évasion à poil et 20 tonnes de cocaïne englouties sous l'eau : voici les histoire les plus folles entendues au tribunal à New York.

par Keegan Hamilton; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
11 February 2019, 9:28am

El Chapo en compagnie d'un homme non-identifié. Date inconnue. Photo : Bureau du procureur du district est de la ville de New York

Le meilleur de VICE Belgique, tous les samedis dans votre boîte mail, c'est par ici.

Brooklyn, New York. 35 jours et 56 témoins plus tard, le procès de Joaquín « El Chapo » Guzmán touche à sa fin. Les procureurs fédéraux ont terminé leurs plaidoiries le lundi 28 janvier, et la défense a emboîté le pas le mardi 29.

Le seul témoin de la défense, un agent du FBI, a été interrogé sur sa prise de notes lors d’un entretien avec un narcotrafiquant colombien qui a témoigné contre El Chapo au début du procès. Quant à El Chapo, malgré des rumeurs selon lesquelles il pourrait lui-même témoigner, il a finalement annoncé au juge Brian Cogan qu'il invoquait son droit de garder le silence.

« Señor le juge, mes avocats et moi-même en avons discuté et je ne me prononcerai pas », a déclaré El Chapo, profitant de la seule occasion où il a été autorisé à s'adresser au tribunal pendant le procès. « Vous ne vous prononcerez pas ? », a demandé Cogan. « C’est ça, je ne témoignerai pas », a répondu El Chapo.

S’il est déclaré coupable, El Chapo devrait être condamné à la prison à perpétuité. Mais le verdict, qui devait être rendu le lundi 4 février, se fait toujours attendre, depuis que de nouveaux documents rendus publics le samedi 2 février accusent le narcotrafiquant de viols sur mineurs. En attendant, voici les 10 histoires les plus folles entendues durant le procès.

1549550605541-Capture-decran-2019-02-06-a-180836
Lucero Guadalupe Sanchez Lopez, ancienne maîtresse d'El Chapo. Photo : bureau du procureur du district Est de la ville de New York

10) L’arepa empoisonnée

Avant de devenir l’un des principaux fournisseurs de cocaïne d’El Chapo, Jorge Cifuentes était un jeune punk incarcéré dans une prison colombienne. Il souhaitait gravir les échelons du cartel de Medellín et a donc accepté d'assassiner un autre détenu qui avait eu une altercation avec José Gonzalo Rodríguez Gacha, alias El Mexicano, l'associé de Pablo Escobar.

Selon Cifuentes, le cartel lui a donné le choix entre trois méthodes pour mener à bien sa mission : un couteau, une grenade et du cyanure. Il a choisi de glisser le poison dans une arepa [pain de maïs colombien, ndlr] qu’il s’est procuré dans la cuisine de la prison avant de la déposer dans l’assiette de sa cible. Le plan a mal tourné lorsque le mec a perdu son appétit. Cifuentes a finalement abandonné après avoir foiré son attaque à la grenade (il n’a jamais tenté avec le couteau). Malgré ses échecs en tant que tueur à gages, Cifuentes a été nommé responsable de l’envoi de centaines de tonnes de cocaïne aux États-Unis via le Mexique.

9) La boîte de Viagra

Afin de corroborer les témoignages des collaborateurs, l’accusation a demandé à plusieurs témoins de décrire leur première rencontre avec El Chapo. La plupart ont commencé de la même manière : ils ont pris place à bord d’un vieux Cessna depuis Culiacán, dans le Sinaloa, jusqu’à une cachette dans la montagne. Ils ont ensuite atterri sur une piste clandestine suffisamment en pente pour ralentir l'avion. Une expérience pénible, mais pour Pedro Flores, la suite l’a été d’autant plus.

Flores et son frère jumeau, Margarito, originaires de Chicago, étaient deux des principaux distributeurs d’El Chapo aux États-Unis. Alors qu’il se rendait à sa première réunion d'affaires avec El Chapo, Pedro a raconté qu’il avait croisé un homme nu et enchaîné à un poteau, probablement torturé pour avoir essayé de doubler El Chapo. Pedro était habillé comme un « gringo » – en short – et se souvient qu’El Chapo l'a reçu en rigolant, lui demandant pourquoi il n’avait pas « acheté le reste du pantalon ». Lors d’une autre rencontre, Pedro a apporté à El Chapo un drôle de cadeau : un short en jean et une grande boîte de Viagra. Flores a ri une fois de plus quand il est devenu informateur pour la DEA et a enregistré El Chapo en train de discuter les clauses d’une transaction d’héroïne.

8) Le crash d’hélicoptère dans une ferme d’autruches

Jorge Cifuentes a été tellement secoué après son vol en montagne à bord du Cessna qu'il a promis à El Chapo de lui acheter un tout nouvel hélicoptère « afin qu’il puisse voler de manière plus civilisée ». Cifuentes a tenu parole en offrant à son partenaire un hélicoptère d'un million de dollars spécialement adapté aux manœuvres dans des espaces restreints. Le frère de Cifuentes, Alex, a encouragé El Chapo à prendre des cours de pilotage pour pouvoir s’échapper à tout moment en cas de raid surprise.

1549550672825-Capture-decran-2019-02-07-a-154058
Un hélicoptère semblable à celui que Jorge Cifuentes a offert à El Chapo. Photo : bureau du procureur du district Est de la ville de New York

Chapo n’a jamais appris à voler, mais peut-être aurait-il dû : un pilote du cartel s’est écrasé avec l’hélicoptère dans une ferme d’autruches dans la banlieue de Culiacán (on ne sait pas bien si des autruches ont été blessées). Cifuentes et Chapo se sont ensuite débrouillés pour pousser l'hélicoptère du haut d'une falaise dans le cadre d'une fraude à l’assurance.

7) Le hacker qui a aidé El Chapo à espionner sa femme et ses maîtresses

Christian Rodriguez n’avait que 21 ans lorsqu’il a été embauché en tant que responsable informatique du cartel de Sinaloa. À ce moment-là, selon la défense, Rodriguez avait déjà utilisé ses compétences en matière de piratage informatique pour « pirater le réseau électrique américain, juste pour le plaisir ». Il a créé un réseau téléphonique crypté pour le cartel, avant de devenir informateur pour le FBI, permettant ainsi au gouvernement fédéral d’accéder à des centaines d’appels incriminants.

Rodriguez a présenté son spyware à El Chapo et l’a installé sur les téléphones de la femme et des maîtresses de ce dernier. Il a utilisé cette technologie pour suivre leurs mouvements, lire leurs messages et activer le microphone à distance pour écouter leurs conversations. Rodriguez avait ses propres déboires amoureux à l’époque, ce qui, cumulé au stress de son travail d'informateur, l'a amené à faire une dépression nerveuse. Il a suivi une « thérapie électroconvulsive » qui a provoqué une perte de mémoire à court terme, mais qui n’a pas suffisamment altéré ses souvenirs pour l’empêcher de témoigner devant le tribunal.

6) Les 20 tonnes de cocaïne englouties

Juan Carlos Ramírez Abadía, surnommé La Chupeta ou Lollipop, a été un témoin inoubliable. Chef de file du cartel colombien de Norte del Valle, La Chupeta a subi tellement d’opérations de chirurgie plastique quand il était fugitif qu’il a maintenant l’air d’un narco-Nosferatu. En dépit de son apparence morbide, c’est un conteur incroyable, surtout lorsqu’il a raconté ce qu’il était advenu des 20 tonnes de cocaïne qui avaient sombré au large des côtes mexicaines.

1549550717609-Capture-decran-2019-02-06-a-180759
Juan Carlos Ramírez Abadía, avant et après la chirurgie. Photo : bureau du procureur du district Est de la ville de New York

La Chupeta a expliqué que le capitaine du navire avait un peu trop goûté à la marchandise et avait « commencé à voir des fantômes » qui ressemblaient à des navires des garde-côtes américains, ce qui l’a poussé à saboter le bateau avec toutes les drogues à bord. Il a toutefois eu la présence d’esprit de noter les coordonnées du naufrage, mais lorsque La Chupeta et un autre membre du cartel ont survolé le site, ils n’ont trouvé « que la mer, seulement la mer ». Les plongeurs du cartel ont finalement repéré le trésor après plus d'un an de recherches et La Chupeta a envoyé un chimiste colombien pour sauver la coke gorgée d'eau. La Chupeta n'a jamais précisé ce qui était arrivé au capitaine, mais il y a de grandes chances qu’il ait fini au milieu des poissons.

5) La poignée de terre

Miguel Angel Martinez a été le bras droit d’El Chapo de la fin des années 1980 jusqu'au milieu des années 1990, c’est-à-dire au bon vieux temps, quand El Chapo possédait une flotte de jets privés, des cabanes de plage partout au Mexique et même son propre zoo avec un train qui emmenait les invités voir les tigres, les lions, les panthères et les cerfs. Puis Martinez, surnommé El Gordo, s'est retrouvé en prison. El Chapo l'a soupçonné de mouchardage et leur amitié a pris fin de manière dramatique.

Après trois tentatives d’assassinat à son encontre, Martinez a été placé en détention préventive dans une prison de Mexico. Un matin, il a entendu une fanfare jouer inlassablement la chanson « Un Puño de Tierra ». En gros, les paroles disent qu’il faut profiter de la vie parce que vous ne pourrez rien emporter avec vous quand vous mourrez, pas même une poignée de terre. Apparemment, c’était l’une des chansons préférées d’El Chapo, et il s’en est servi pour envoyer un message. Dès que le groupe a cessé de jouer, un homme a lancé une grenade dans la cellule de Martinez. Il s’est protégé de l'explosion en se cachant derrière les toilettes. Petite anecdote : l’avocat d’El Chapo a été réprimandé par le juge pour avoir tweeté un lien YouTube vers la chanson juste après le témoignage de Martinez.

4) Le pot-de-vin de 100 millions de dollars

Des histoires loufoques, Alex Cifuentes n’en manque pas. En tant que secrétaire personnel d’El Chapo, il a vécu avec lui à la montagne. Il était présent quand El Chapo a comploté avec les Hell's Angels pour assassiner quelqu’un au Canada, ou quand il a informé un producteur de film que l'armée mexicaine l’avait suspendu à l'envers d'un hélicoptère. Mais sa véritable bombe était l'allégation selon laquelle Chapo aurait versé un pot-de-vin de 100 millions de dollars à l'ancien président mexicain Enrique Peña Nieto en 2012.

Cifuentes a raconté avoir vu des photos de « valises pleines d’argent » dans un avion appartenant à un consultant politique ayant travaillé sur la campagne 2012 de Peña Nieto. Il a également affirmé que le président avait initialement demandé 250 millions de dollars à El Chapo. (Un porte-parole de l'ancien président a nié ces accusations.) Cifuentes a également accusé l'ancien président Felipe Calderon d'être à la solde d'un cartel rival. Et le président actuel, Andrés Manuel López Obrador, a été mis en cause après que des documents judiciaires ont révélé qu’un responsable de sa campagne ratée de 2006 aurait été payé par un cartel.

3) L’évasion en motocross à travers un tunnel

L'évasion d’El Chapo d'une prison de haute sécurité située près de Mexico était déjà légendaire avant le procès, mais le témoin Dámaso López, bras droit d’El Chapo pendant les années 2000, a présenté de nouveaux détails qui rendent l'événement encore plus spectaculaire. Selon lui, ce tunnel a été pensé par les fils d’El Chapo, avec l’aide cruciale de son épouse, Emma Coronel. Elle aurait transmis des messages d’El Chapo après lui avoir rendu visite derrière les barreaux et aurait peut-être passé en contrebande une montre GPS qui, selon López, aurait servi à tracer le chemin du tunnel d'une longueur de 1 600 mètres, reliant une cabane située à l'extérieur de la prison au siphon de la douche située dans la cellule d’El Chapo.

Au moment de l'évasion, vers 21h30, le 11 juillet 2015, Chapo est entré dans le trou et a trouvé son beau-frère qui l’attendait sur une moto, elle-même montée sur des rails. El Chapo a ensuite été transporté dans un entrepôt voisin, où un pilote l'attendait pour l’emmener en avion dans les montagnes. De retour dans sa ville natale, il a organisé une fête avec sa famille et ses collaborateurs une semaine plus tard. López a affirmé que, avant d’être capturé une nouvelle fois en 2016, El Chapo avait versé un pot-de-vin de 2 millions de dollars au responsable du système pénitentiaire mexicain et envisageait de s'évader à nouveau avant d'être extradé à New York pour y être jugé.

2) L’évasion tout nu

Un témoin a déclaré qu'El Chapo disposait d’un réseau d'alerte dans ses cachettes situées dans les montagnes de Sinaloa. Il aurait ainsi ordonné à son garde de l'appeler cinq minutes avant que l'armée n’approche afin qu’il puisse se sauver, et ce, même s’il était nu. Apparemment, il ne rigolait pas, bien que son évasion en tenue d'Adam se soit déroulée en ville, à Culiacán.

La maîtresse de Chapo, une ancienne députée de Sinaloa nommée Lucero Sanchez, a expliqué qu’une porte blindée lui avait laissé le temps de s’échapper lors d'une descente matinale menée par la DEA et l’armée mexicaine. Il a ainsi pu activer un interrupteur caché dans sa salle de bains et relié à des pistons hydrauliques qui ont soulevé la baignoire et révélé un tunnel. Pressé, El Chapo n’a pas eu le temps de s’habiller. Il était complètement nu lorsqu’il s’est enfui dans les égouts.

El Chapo a laissé derrière lui une foule de preuves dans son réseau de refuges, notamment un lance-roquettes, un pistolet avec ses initiales incrustées de diamants, plus de 2 800 paquets de méthamphétamine et un tas de bananes en plastique fourrées à la cocaïne. Il a été capturé quelques jours plus tard dans un hôtel en bord de mer avec sa femme.

1) La torture

La plupart des descriptions de meurtres au cours des deux premiers mois du procès d’El Chapo étaient sans effusion de sang, mais l’accusation a gardé les détails les plus macabres pour la fin. Isaias Valdez Rios, un ancien membre des forces spéciales qui est devenu tueur à gages pour El Chapo, a été le dernier témoin appelé à la barre par le gouvernement. Valdez, surnommé Memín, a décrit le quotidien d'un sicario, en donnant des détails précis sur la façon dont El Chapo avait personnellement torturé et assassiner au moins trois personnes.

Parmi les victimes, un membre du cartel rival de Tijuana a été brûlé sur tout le corps avec un fer à repasser, avant même de tomber entre les mains d’El Chapo. Ce dernier l’a ensuite laissé trois jours attaché dans une sorte de poulailler, jusqu'à ce que l'odeur de sa chair brûlée devienne insupportable. Il a alors ordonné à ses hommes de creuser un trou dans un cimetière voisin. Puis El Chapo a commencé à interroger l'homme, avant de lui tirer dessus et de l’enterrer encore vivant.

1549550790685-Capture-decran-2019-02-07-a-154124
L'arme d'El Chapo. Photo : bureau du procureur du district Est de la ville de New York

Une autre fois, toujours selon Memín, El Chapo aurait passé deux ou trois heures à battre deux membres du cartel rival de Los Zetas avec une branche d'arbre, jusqu'à ce qu'ils « ressemblent à des poupées de chiffon ». Puis il a demandé à ses hommes de creuser un gros trou et d’allumer un feu de joie. Il a crié « fils de pute » et les a abattus à bout portant, avant de faire jeter les corps au feu.

Suivez VICE Belgique à l'instant sur Instagram.

Cet article a été initialement publié sur VICE US.