Culture

Les secrets derrière la série « Il était une fois… la Vie »

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le personnage du virus n’a aucun lien officiel avec Nicolas Sarkozy.
22 October 2019, 10:06am
Il était une fois la vie
photo : Sony Video

Vendredi, Netflix a annoncé la sortie de la série éducative culte sur sa plateforme. Peu de dessins animés ont autant fait l’unanimité que « Il était une fois… la Vie » - et que tous les autres « Il était une fois » de manière générale d’ailleurs. Mais plus que les saisons sur l’Espace, la Terre ou les Explorateurs, celle sur la Vie, lancée en 1987, a marqué les esprits ; sans doute parce qu’elle est la plus surréaliste et expérimentale, mettant en scène des personnifications des éléments du corps humain. Ce geste pédagogique nous a permis de nous représenter clairement ce concept abstrait qu’est la santé, et a fait de cette série un modèle réussi de vulgarisation scientifique pour enfants.

Le projet initial du créateur, Albert Barillé, était motivé par une position politique forte et plus actuelle que jamais : « Il m'a semblé nécessaire de mieux faire comprendre aux enfants que chaque geste peut être porteur de conséquences pour leur avenir. Que réchauffement de la planète, pollution, pauvreté, manque d'eau ne sont pas des fatalités. (...) Qu’iels sont les acteurs incontournables d'un développement durable. » L’idée est globale et dépasse le cadre de la science. Si la série sur la Vie est plutôt orientée sur les détails de notre système, elle présente aussi des regards accessibles mais matures sur le cycle de la vie en général ou sur la responsabilité de chacun·e par rapport aux autres.

En attendant de s'y replonger sur Netflix ou en DVD, voici nos cinq trouvailles totalement sensationnelles à propos de « Il était une fois… la Vie ».

Le générique est conçu par des poids-lourds du son (et c’est dispo dans les bacs)

Aujourd’hui has-been, l’artiste liégeoise Sandra Kim est une enfant-star en 1987. Alors âgée de 14 ans, elle vient de remporter l’Eurovision l’année d’avant grâce à son tube « J’aime la vie », décidément un thème récurrent chez elle. Mais le plus gros nom derrière ce générique, c’est Michel Legrand. Auteur des cinq notes de trompettes du jingle de Radio RTL, à l’origine du générique de « Faites entrer l’accusé », le compositeur a aussi chopé trois Oscars et composé pour d’innombrables films, de « Vivre sa vie » de Godard à « Disco » avec Franck Dubosc, en passant par « Le Joli Mai » de Chris Marker ou « Les demoiselles de Rochefort ».

La BO de « Il était une fois... la Vie » est sortie en CD en 2001. Le titre « La respiration » (la dernière piste de l’album) n’a pas grand chose à envier aux meilleurs titres de ce sous-genre trop méconnu qu’est la library music.

Il existe aussi quelque produits dérivés introuvables (ou nuls)

Gros défi pour les collectionneur·euses : des jouets des persos de la série existent, mais peu sont trouvables, mis à part le centre de commande de Maestro. Les autres figurines - dont celle collector du Petit Gros, le chef de la police-globule-blanc qui tabasse un virus -, sont assez difficiles à dénicher et promettent de faire suer les nerds du net et des brocantes.

Via Lulu Berlu

Si vous êtes plutôt porté·es divertissement, il existe aussi un jeu de société dans lequel le but est bien évidemment de répondre à des questions sur chaque différent système du corps humain. La dose de fun n’est pas garantie, et c’est encore plus vrai pour le jeu vidéo éducatif qui a vraiment l’air super chiant - et dont la fiche FNAC, vu le prix, n’a pas dû être actualisée depuis un bail.

La série compte quelques références high-level

Dans l’épisode sur la vaccination, un membre de la brigade des anticorps se bat au sabre contre des toxines et balance une référence à Cyrano de Bergerac : « Je vous préviens qu'à la fin de l’envoi, je touche ! ». S/O aux gosses de huit ans qui auront chopé la réf. Et dans l’épisode sur le système lymphatique, les ennemis des antibiotiques portent des uniformes de la Vieille Garde de Napoléon. Pour l’histoire.

Le doublage est assuré par des légendes du domaine

Marie-Laure Beneston, la voix de Psi et de Pierrette, est aussi la voix féminine de toutes les femmes dans South Park, un tout autre genre de programme éducatif. La voix de Beneston a également été sollicitée pour le doublage de Beverly Hills, Esprits criminels ou Twin Peaks, entre autres.

Perso principal de toute la saga, ce vieux barbu de Maestro est doublé par Roger Carel, voix de Mickey, Astérix, Alf, Winnie l'ourson, Kermit la grenouille ou encore de Fred Pierrafeu.

Le virus n’a aucun lien officiel avec Nicolas Sarkozy

Lorsque la série apparaît à la télé, Nicolas Sarkozy est mi-avocat, mi-politique, et s’apprête à s’engager dans la campagne présidentielle de Jacques Chirac. Il est donc à ce moment-là encore trop jeune et inexpérimenté pour être détesté. Peu de chances donc que sa ressemblance frappante avec Nabot le virus - principal ennemi du corps dans la série - soit volontaire. Surtout que Barillé a vécu à Neuilly du temps où Sarko y était maire, et que ce dernier a publiquement soutenu le retour de la série à la télé.

D'ailleurs, la gueule infâme de ce virus ravive sans doute des émotions fortes chez celleux qui accueillent la nouvelle de Netflix avec moins de nostalgie et de douceur que les autres. Car hélas, il y avait aussi un ensemble d’éléments anxiogènes dans ce dessin animé, comme les tissus du pancréas qui ont pétrifié les plus trypophobes d’entre nous, ou encore ce chef de la police qui évoque notre existence comme un truc « passionnant, bien rempli et qui dure peu ».

Ne ratez plus jamais rien : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez VICE Belgique sur Instagram.