Sigmund Freud et cocaïne : l’amour à plein nez