Publicité
Nouvelles

Les conducteurs gelés s’exposent désormais aux mêmes sanctions que les conducteurs ivres en Ontario

Au minimum, les Ontariens pris au volant sous l'influence seront passibles d'une amende de 180 $ et d'un retrait immédiat de leur permis de conduire pendant trois jours.

par Sarah Berman
05 octobre 2016, 12:46pm

Peut-être pas une bonne idée? Photo : Flickr

À compter d'aujourd'hui, le 2 octobre, les conducteurs sous l'influence de la drogue s'exposeront aux mêmes sanctions que les conducteurs en état d'ébriété en Ontario. Les règles sont maintenant applicables pour toutes les substances, selon une annonce qu'a faite le ministère des Transports cette semaine.

Au minimum, les Ontariens pris au volant sous l'influence seront passibles d'une amende de 180 $ et d'un retrait immédiat de leur permis de conduire pendant trois jours. D'autres sanctions, des programmes d'éducation ou de traitement obligatoires, des accusations criminelles et des peines d'emprisonnement sont également possibles.

Le problème, du moins dans le cas du cannabis, c'est que les policiers n'ont pas encore de moyen fiable pour mesurer la quantité de drogue que les conducteurs ont fumée ni pour savoir à quel point la drogue affaiblit les facultés au volant. Le chef de la Police provinciale de l'Ontario Chuck Cox a déclaré que ses agents étaient « hautement formés » pour connaître une foule d'acronymes qui semblent représenter des tests de bord de route typiques du genre « touche à ton nez et récite l'alphabet à l'envers ». Il n'y a pas d'équivalent à l'alcootest.

Des chercheurs canadiens étudient toujours les effets du cannabis sur le temps de réaction, la capacité d'attention et la capacité de juger du temps et des distances d'un conducteur. Le Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto effectue actuellement la plus grande étude clinique à ce jour à l'aide d'un simulateur de conduite massif dont VICE a fait l'essai plus tôt cette année.

Pendant ce temps, plusieurs prototypes d'analyseurs d'haleine semblent faire leur apparition. Des policiers en Californie ont mis à l'essai le modèle d'une compagnie et ont publié les résultats en septembre. Une chercheuse à l'UBC affirme qu'elle a mis au point une option à 15 $. Des ingénieurs à l'Université Stanford font également des essais avec des prélèvements de salive, mais ces tests ne sont pas encore offerts sur le marché.

Tandis que la légalisation de la marijuana est près de devenir une réalité, les policiers se préparent à une hausse de la conduite sous l'influence. Dans des endroits comme l'état de Washington et le Colorado, où l'usage récréatif du cannabis est déjà légal, on constate une augmentation des accidents mortels impliquant cette drogue. Si l'état de Washington a mis en place une limite de cinq nanogrammes de THC par litre de sang, il reste à voir si le Canada adoptera aussi une limite légale sur la consommation de marijuana.

Suivez Sarah Berman sur Twitter.