Publicité
environnement

Des élèves du secondaire en colère contre leur examen sur les changements climatiques

« Commencez donc par faire vos devoirs avant de nous en donner! »

par Marie Boule
02 mai 2019, 8:48pm

Ce jeudi matin, tous les élèves du secondaire 5 du Québec ont passé leur examen de fin d’études de français, d’une durée de trois heures. La question qui leur a été posée : « Peut-on s’adapter aux changements climatiques ? »

Dès la réception jeudi dernier du dossier préparatoire, des élèves dénonçaient l’angle choisi par le gouvernement, reprochant notamment le fait que l’examen est axé sur l’adaptation aux changements climatiques et qu’il ne parle pas de solutions immédiates et concrètes pour les freiner. Le groupe Facebook Examen du ministère 2019 a été créé spécialement pour discuter de cet examen de français et partager des mèmes. Il compte aujourd’hui près de 34 000 membres. C’est Francis Claude, élève de l’école du Mont-Saint-Anne qui a lancé le groupe : « On est fâchés que le Ministère nous fasse passer un examen sur l’environnement alors qu’ils ne font rien, dit-il. Même si on fait les plus beaux textes, on sait que ça ne changera rien. »

1556829235294-3-meme
Mème soumis par Bruno Lech sur le groupe Examen du ministère 2019

Au début, Francis recevait près de 200 demandes de publication par heure : « C’est normal que ça intéresse les élèves, on fait des mouvements, il n’y a rien qui se passe et on nous fait passer un examen là-dessus! explique-t-il. Le document préparatoire, je le trouvais vide en fait. C’était des opinions de chroniqueurs, c’est le fun de les entendre, mais nous, on veut du concret. »

1556829284598-4-extrait
Extrait du dossier préparatoire de l’examen de fin d’études secondaires

« On est tellement en colère, c’est comme si le gouvernement avait oublié qu’on connaissait les questions de climat, explique Émile, élève de l’école Robert-Gravel. Cette partie du dossier préparatoire qui raconte que la chaleur n’est pas inquiétante, on se dit qu’on rêve! »

Mathilde Pfister, élève du secondaire au collège Regina Assumpta, a été choquée par la question posée ce matin : « J’ai trouvé que c’était un peu cave de demander comment on pouvait s’adapter aux changements climatiques au lieu de demander ce qu’on pouvait faire pour limiter ces changements maintenant, explique-t-elle. Parce que c’est comme s’ils assument qu’il n’y a aucune façon de limiter ça. »

1556829159550-5-meme
Mème soumis sur le groupe Examen du ministère 2019

Sa camarade Mathilde Desruisseaux acquiesce : « En fait, je trouve que c’est assez hypocrite qu’on passe un examen sur les réchauffements climatiques pendant que le gouvernement, qui nous donne l’examen, fait pas vraiment d’actions présentement pour aider la cause, dit-elle. Dire qu’il faut s’adapter à la place d’agir, c’est mal informer tous les jeunes du Québec, ça encourage les gens à baisser les bras! »

Quand elle a appris quel était le thème, Mathilde Desruisseaux raconte qu’elle était excitée, mais, après avoir lu le dossier, elle a eu peur que les jeunes du secondaire cinq pensent que la crise climatique se réduit à l’adaptation : « Il y a tellement d’autres choses qu’on peut faire à la maison, dit Mathilde, être végétarien, magasiner en friperie, faire plein d’actions proactives, mais ça, on n’en a pas parlé parce que le gouvernement ne veut pas se mettre dans la marde et ne veut pas qu’on se retourne contre lui. »

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Bruno Lech, un autre élève du secondaire qui a passé l’examen ce matin aurait aimé lire plus d'exemples concrets : « Dans le dossier préparatoire, il n’y a aucun exemple de pays qui ont fait des actions qui ont changé vraiment les choses, dit-il. J’aurais aimé ça qu’il y ait des choses concrètes : “Tel pays a banni ça, tel pays a passé une loi sur le plastique”, etc. Ça aurait été des choses qui auraient pu nous édifier en tant que personnes. »

Félix Legault-Dignard, élève au collège Reine-Marie, était en colère à la sortie de l’examen. Il veut s’adresser au gouvernement : « Vous nous prenez pour des idiots? dit-il. Vous nous faites travailler sur les conséquences des changements climatiques tandis que vous, vous ne prenez même pas le temps de nous aider à bâtir un avenir vivable. Commencez donc par faire vos devoirs avant de nous en donner! On n’est peut-être pas si différents, au fond, on est peut être tous des enfants, la seule différence, c’est que nous, nos responsabilités, on les prend en main. »

1556829125935-6-Conclusion

À la fin de l’examen, certains élèves ont glissé dans leur copie un cercle vert en feutrine, que les militants du collectif Pour le futur Montréal et les étudiants portent sur les manteaux et leurs sacs depuis le début du mouvement.

Marie Boule est sur Twitter.