Publicité
Weed

Les Canadiens ont dépensé 1,6 milliard de dollars en cannabis légal en 2018

C'est plus du double du total des ventes de cannabis médical de 2017.

par Manisha Krishnan
17 janvier 2019, 4:20pm

Photo via VICE

Cet article a d'abord été publié sur VICE Canada.

Les Canadiens ont dépensé 1,6 milliard de dollars en cannabis légal en 2018, soit plus du double du total des ventes de cannabis médical de 2017, selon un récent rapport. On y apprend aussi que le taux d’adultes ayant consommé du cannabis au moins une fois au cours d’une période de six mois est passé de 21 % à 25 % au Canada en 2018.

Dans L’État du marché légal de la marijuana, publié mardi par Arcview Market Research et BDS Analytics, on révèle que, même si la légalisation prévue pour l’été n’a finalement eu lieu qu’en octobre, les Canadiens ont quand même réussi à augmenter leurs dépenses en cannabis légal : elles ont été de 755 millions de dollars en 2017 et de 1,6 milliard en 2018, ce qui en fait le troisième marché légal de cannabis dans le monde. Selon Statistique Canada, les Canadiens avaient en tout dépensé 5,7 milliards de dollars en cannabis en 2017, mais en grande majorité sur le marché noir.

Dans le nouveau rapport, on prédit que les ventes de cannabis dans le marché légal atteindront 7,8 milliards de dollars au pays en 2022, année où le Canada devrait détrôner la Californie, actuel numéro un mondial. Les ventes de cannabis à des fins récréatives devraient alors dépasser de loin celles du cannabis médical, mais le rapport indique que ce dernier générera tout de même des ventes de 1,4 milliard de dollars.

À l’échelle mondiale, le marché du cannabis devrait atteindre une valeur de 41,9 milliards de dollars en 2022, dont environ les deux tiers pour la consommation récréative. À titre de comparaison, on indique que le marché noir en Amérique du Nord seulement équivaut déjà à peu près au double de ces quelque 40 milliards.

En entrevue avec VICE, Tom Adams, directeur général de BDS Analytics, a dit que ce qu’il faut principalement surveiller au Canada en 2019, c’est la suite du déploiement du réseau de points de vente au détail.

Selon lui, les strictes restrictions sur la commercialisation et l’emballage du cannabis imposées par le Canada, interdisant pratiquement tout ce qui pourrait attirer l’attention des jeunes, plombent les ventes. Et les tests exigés pour les produits à base de cannabis sont « démesurés par rapport à n’importe quoi d’autre que les consommateurs achètent. Il va falloir un certain temps pour s’en débarrasser. Mais plus vite le Canada va le faire, plus vite le marché illégal va disparaître. »

Pour sa part, la Californie, qui a légalisé la consommation de cannabis à des fins récréatives l’année dernière, a vu ses dépenses diminuer de 2017 à 2018, passant de 3,9 milliards de dollars à 3,3 milliards. C’est le premier marché légal où il y a eu une diminution des dépenses après la légalisation. C’est en partie parce que l’État a choisi de fixer l’âge légal pour l’achat de cannabis à 21 ans et parce qu’il a autorisé des collectivités publiques à se soustraire du marché, ce que beaucoup d’entre elles ont fait, hors des grandes villes.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Au Canada, Tom Adams estime que les producteurs canadiens autorisés ont actuellement l’occasion de devenir des « sources de cannabis pour la planète ». Selon le rapport, à la fin de 2018, cinq producteurs canadiens cotés en bourse avaient une valeur cumulative de 26,5 milliards de dollars.

Suivez Manisha Krishnan sur Twitter.