environnement

Une marée de jeunes occupe la rue pour sauver la planète

Ils étaient 150 000 à manifester au Québec le 15 mars, selon le collectif La planète s'invite à l'Université.

par Marie Boule et Sara Barrière-Brunet
15 mars 2019, 8:58pm

Toutes les photos par Lysandre Leduc-Boudreault

Les étudiants de la province s’étaient donné rendez-vous au monument George-Étienne Cartier, au parc du Mont-Royal. Ils étaient venus en nombre impressionnant, maquillés de vert, à brandir leurs pancartes et à scander des slogans afin d’attirer l’attention du gouvernement et d’inciter les autorités à agir pour contrer les changements climatiques.

1552682636617-53730256_1280411218781768_877479384989040640_n

Quand on demande à une jeune fille venue manifester si elle a un message à envoyer au premier ministre François Legault, elle ne mâche pas ses mots : « Réveillez-vous, s’il vous plaît! Parce qu’en ce moment, on est tellement pognés et on a juste une dizaine d’années pour régler ce qu’on a déjà commencé, le mess qu’on a créé, affirme-t-elle. Je trouve que c’est vraiment ridicule que vous vous en rendez pas compte, parce que nous, on est des enfants, des jeunes, on s’en rend compte. On veut faire du changement et vous aussi vous devriez être capable de comprendre ça. Donc, réveillez-vous, vraiment! »

Le premier ministre François Legault était absent de la marche pour le climat, car il était occupé à faire une annonce en Montérégie. Il a quand même souligné son appui dans une publication sur Twitter.

À quelques jours du dépôt du budget, le 21 mars prochain, il reste à voir si des engagements seront pris pour lutter contre les changements climatiques. Le ministère de l’Environnement ne récolte actuellement que 0,2 % du budget provincial.

Manon Massé, co-porte-parole de Québec Solidaire, qui marchait avec les jeunes a donné son appui au mouvement. « Aujourd’hui, le 15 mars, à travers la planète, les jeunes nous disent que c’est terminé, de faire ce qu’on faisait avant, et je pense que le plus important, c’est qu’ils soient solidaires là-dedans. »

Les étudiants croisés ne manquaient pas de phrases-chocs pour illustrer leurs craintes. « Moi, je pense qu’on va tous devenir plus gris que le ciel si ça continue », nous dit une jeune fille lorsqu’on lui demande comment elle s’imagine l’avenir.

1552682811286-IMG-9914-copie

C’est au son des slogans comme « Sauve, sauve, sauve... sauvez la planète! », « On veut quoi? Du changement! On le veut quand? Maintenant! » que la foule a déambulé dans la ville sur l’avenue du Parc, la rue Saint-Denis et la rue Sainte-Catherine.

La marche, qui a réuni environs 25 000 personnes, a culminé à la Place des Arts. Au Québec, ils étaient 150 000 étudiants et étudiantes en grève au Québec selon Louis Couillard, le porte-parole de La planète s'invite à l'Université, en entrevue à ICI RDI.

1552682863350-53796603_683865745380649_5555777704772501504_n
1552682878290-IMG-9899
1552682915677-54210502_2284141041625512_6208273173650079744_n
1552683002353-53796595_2220692761322158_3639034796723666944_n
1552682893294-IMG-9896

Marie Boule est sur Twitter.