techno

Il dit à Siri qu’il veut fusiller une école, Siri lui fournit une liste des écoles à proximité

Le jeune américain de 13 ans a été arrêté et inculpé d’intimidation.

par Tess Owen
08 février 2019, 7:11pm

L'article original a été publié sur VICE États-Unis.

Un élève originaire de l’Indiana, aux États-Unis, a été arrêté et inculpé d’intimidation après avoir menacé, via Siri, l’assistant vocal d’Apple, de fusiller une école.

Le garçon de 13 ans était en visite chez des membres de sa famille à Valparaiso, à environ 20 km au sud de chez lui, quand il aurait dit à Siri : « Je vais lancer une fusillade à l’école », rapporte la police dans un communiqué.

Pour répondre à sa requête, Siri lui a fourni une liste des écoles à proximité, en fonction de son emplacement. Le jeune homme a ensuite pris une capture d’écran de la réponse de Siri et l’a postée sur les réseaux sociaux. Un de ses followers a aussitôt alerté la police de Chesterton, la ville dans laquelle il vit, qui a elle-même contacté la police de Valparaiso.

« Il ne constituait pas une menace directe pour une personne, une école ou un système scolaire spécifique », a déclaré la police de Valparaiso. « Nous avons découvert qu’il n'avait accès à aucune arme et qu’il s’agissait vraisemblablement d’une simple blague. »

Selon la police, la menace n’était pas avérée, mais ce genre de messages est toujours pris très au sérieux. Le garçon a été interpellé et conduit au centre de détention pour mineurs du comté de Porter fin de semaine dernière. Le département de police de Valparaiso n’a pas souhaité répondre à notre demande d'entretien lundi matin.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Les menaces de tuerie en milieu scolaire sont une réalité courante pour les services de police du pays. Selon une étude réalisée par l’organisme Educator’s School Safety Network, plus de 3 380 menaces de fusillades ont été enregistrées entre 2017 et 2018, soit une hausse de 62 % par rapport à l’année précédente. Cette recrudescence des menaces, dont beaucoup étaient des farces, a été particulièrement observée au cours du mois qui a suivi la fusillade dans une école de Parkland.