Photos

Au cœur de la scène skate sicilienne

Le nouveau livre du photographe Claudio Majorana explore le quotidien d’un groupe de skateurs adolescents en Sicile.

par Elena Viale
15 février 2019, 8:24pm

Tutte le foto sono tratte da Head of the LionPhotos : Claudio Majorana et Cesura Publish

L'article original a été publié sur VICE Italie.

Le nouveau livre de photographies de Claudio Majorana est une étude sur l’intimité d’un groupe de jeunes skateurs à Misterbianco, dans la banlieue de Catane, en Sicile. « Je ne pense pas que l'on puisse vraiment comprendre une ville sans connaître sa périphérie, déclare Claudio. Même si une partie seulement de la ville est en pleine expansion, c'est dans les banlieues que se trouve l'avenir de l'urbanisme. »

Le titre du livre, Head of the Lion, fait référence à un gros rocher situé en bord de mer, depuis lequel les enfants aiment sauter en été ; c’est presque considéré comme un rite de passage.

Majorana est médecin. Il voit des similitudes entre son métier et la photographie : « Dans les deux cas, il s'agit d'un échange avec les gens. Il est important de faire preuve d'empathie. Je crois que les médecins et les photographes partagent cette capacité. »

head-of-the-lion-covers

Pendant 15 ans, Claudio a lui-même fait partie de la scène skate sicilienne, et ce n’est pas son premier livre sur le sujet. Dans le passé, il a documenté son émergence sur l’île, ainsi que les premières compétitions internationales qui ont commencé à arriver en 2004.

Mais avec Head of the Lion, Claudio voulait revenir à l’essentiel et comprendre les raisons qui poussent un enfant à monter sur un skateboard pour la première fois. Sur une île comme la Sicile, il faut persévérer pour percer. « Ce qui m’a attiré dans ce projet, c’est la détermination de ces enfants à apprendre à skater, explique-t-il. Quand je les ai rencontrés pour la première fois en 2011, ils ont passé des après-midi entiers à construire des rampes avec des matériaux trouvés sur un site de construction abandonné, principalement des tubes de bois et de métal qu’ils ont collés ensemble avec du scotch. »

« Je me suis naturellement identifié à eux. Moi aussi, je rêvais de devenir un grand skateur. Et moi aussi, j’avais peur de devenir adulte. Ce que j'aime dans l'adolescence, c'est la façon dont les gens découvrent leur besoin croissant d'indépendance, tout en continuant de ressentir un fort besoin de protection. »

Head of the Lion est disponible aux éditions Cesura Publish. Plus de photos tirées du livre ci-dessous :

1543226551034-1-Head-of-the-Lion-Claudio-Majorana
1543226391277-8-Head-of-the-Lion-Claudio-Majorana
1543226268632-14-Head-of-the-Lion-Claudio-Majorana
1544018586770-11-Head-of-the-Lion-Claudio-Majorana-1
1543226592916-head-of-the-lion_blu_0023
1543226692648-5-Head-of-the-Lion-Claudio-Majorana
1543226745049-head-of-the-lion_blu_0020
1543226781838-head-of-the-lion_blu_0019
1543226802051-2-Head-of-the-Lion-Claudio-Majorana
1543226837059-6-Head-of-the-Lion-Claudio-Majorana
1543226868057-7-Head-of-the-Lion-Claudio-Majorana

Questo articolo è apparso originariamente su VICE IT.