Publicité
legalisation

Voici ce qui est arrivé dans les trois mois depuis la légalisation

Ç’a été toute une montagne russe…

par Billy Eff et Manisha Krishnan
17 janvier 2019, 11:16pm

Photo de Wesley Gibbs via Unsplash

Lorsque Justin Trudeau a annoncé son plan de légaliser le cannabis en 2016, les célébrations étaient enclenchées. On s’imaginait tous une utopie de stoners, où on aurait accès à une grande variété de produits et on pourrait faire pousser notre propre cannabis à la maison. Mais plus la date fatidique du 17 octobre approchait, plus on se rendait compte qu’en fait, le plan qu’avaient en tête les gouvernements n’était pas si cool que ça.

Aujourd’hui, trois mois jour pour jour après la légalisation du cannabis au Canada, où en est-on rendu, et quels ont été les faits saillants?

Dès le matin du mercredi 17 octobre, les files de gens devant les douze succursales de la SQDC étaient déjà immenses, tout le monde voulant vivre au max ce jour historique. D’entrée de jeu, la SQDC partait déjà avec seulement 60 % de ses stocks potentiels, à cause d’un problème d’approvisionnement du côté des fournisseurs de cannabis légal. Cela a bien sûr donné pas mal de maux de tête aux clients qui patientaient pendant de longues heures au froid, avant d’enfin entrer dans le magasin pour se faire dire qu’il ne restait plus rien.

Les dix premiers jours de la SQDC auront décidément été un crash course illustrant comment ne pas réussir le lancement d’un réseau de boutiques de cannabis. Dès le deuxième jour, on a commencé à remarquer d’autres problèmes, dont le suremballage flagrant des produits vendus, ainsi que des irrégularités dans le poids réel des fleurs séchées par rapport au poids affiché.

De plus, l’élection de la Coalition avenir Québec quelques semaines auparavant a laissé planer beaucoup d’incertitudes quant à l’avenir du marché dans la province, étant donné l’attitude assez conservatrice du parti en matière de cannabis. Les plans de la CAQ comprennent, entre autres, la hausse de l’âge légal pour consommer du cannabis à 21 ans et l’interdiction d’en consommer dans les lieux publics.

Le 26 octobre, il a été annoncé que les succursales de la SQDC ne seraient ouvertes que du jeudi au dimanche, vu les problèmes d’approvisionnement. Cela a causé des problèmes pour des employés, qui se sont retrouvés avec une diminution de leurs heures de travail. Cette situation n’est toujours pas rétablie, près de trois mois plus tard.

D’après un sondage mené par Global, la pénurie de produits dans les succursales de la société d’État a profité aux dealers, car près de 35 % des Canadiens sont retournés voir celui chez qui ils s’approvisionnaient avant le 17 octobre moins de deux semaines après la légalisation.

On a aussi rapporté qu’il y avait au Canada autant de fumeurs de tabac que de consommateurs de cannabis, soit 15 % de la population (environ 4,5 millions de personnes). Le nombre de nouveaux poteux serait à la hausse, depuis la légalisation, un taux qui grimpe constamment depuis 2011.

Même si la légalisation de 2018 ne touchait pas les produits dérivés du cannabis, comme les edibles ou les boissons, plusieurs entreprises ont déjà entrepris des démarches pour avoir le droit d’en produire en vue de la deuxième vague de légalisation, qui devrait avoir lieu en octobre 2019. Pendant tout ce temps, les grandes compagnies de production de cannabis ont été les grandes gagnantes, leurs actions grimpant vite et les plus importantes, comme Aurora et Canopy, menant à terme des acquisitions considérables.

Alors que les pénuries battaient leur plein, le seul fournisseur québécois de la SQDC, HEXO, a admis ses erreurs et reconnaît qu’il aurait pu faire mieux. Il a aussi affirmé à Radio-Canada qu’il comptait augmenter de 500 % sa production au cours des prochains mois.

Une des préoccupations principales des gouvernements était la question de la conduite avec facultés affaiblies sous l’influence du cannabis, une fois la légalisation passée. Heureusement, le nombre de cas serait resté relativement stable partout au pays, et s’établissant au Québec à 252 en date du 17 septembre, comparativement à 319 en 2017 et à 310 en 2016. Même que le vrai risque au volant, pour le Québec, serait la méthamphétamine. Les données définitives de l’année 2018 ne sont cependant toujours pas rendues publiques.

Peu avant le temps des Fêtes, le commissaire à la protection de la vie privée conseillait à la population de payer le cannabis en argent comptant, s’ils comptaient en acheter dans les boutiques (et s’ils arrivaient à mettre la main sur quoi que ce soit). Il rappelait entre autres, dans un mot publié sur le site web de l'institution, que le cannabis demeure illégal dans presque tous les autres pays de la planète et que certains États plus conservateurs pourraient refuser l’entrée aux personnes qui auraient acheté du cannabis, même légalement. Et les comptes bancaires pourraient théoriquement être fouillés par les douaniers.

Nos collègues de chez Tonic ont également appris que vous pouvez en toute quiétude consommer des produits à base de CBD sans craindre d’avoir un résultat positif lors d’un test de dépistage de drogue, d’une part parce que le CBD ne cause pas de high et donc que personne ne pense vraiment à le dépister, et d’autre part parce que, si jamais il devait y avoir une infime trace de THC dans votre produit à base de CBD, ce serait un taux négligeable et assez simple à expliquer à votre employeur, si jamais il le fallait.

De leur côté, nos collègues de chez VICE Canada se sont penchés sur le phénomène du tourisme du weed dans l’Ouest canadien, comprenant des massages à l’huile de chanvre à 155 $, des repas gastronomiques à base de produits dérivés du cannabis à 175 $ et même un mariage sur le thème du cannabis à 3000 $. Le vrai clou reste par contre un voyage en jet privé pour faire une randonnée dans les Rocheuses et y fumer un joint, pour la modique somme de 12 500 $.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Maintenant en janvier, de nouvelles données de Statistique Canada montrent que le prix moyen du weed par gramme au pays a augmenté de 17,4 %. « Avant la légalisation, le prix moyen non pondéré par gramme de cannabis en 2018 était de 6,83 $ », alors qu’il est maintenant « fixé à 8,02 $ », indique-t-on dans le rapport. On y lit aussi que le prix moyen du cannabis légal est supérieur à celui du cannabis acheté illégalement, soit 9,70 $ pour le premier par rapport à 6,51 $ pour le second. Cette nouvelle n’a surpris personne, mais terni tout de même un peu la réputation du gouvernement, qui tentait avec cette légalisation de combattre le marché noir.

Finalement, dans L’État du marché légal de la marijuana, publié mardi par Arcview Market Research et BDS Analytics, on révèle que, même si la légalisation prévue pour l’été n’a finalement eu lieu qu’en octobre, les Canadiens ont quand même réussi à augmenter leurs dépenses en cannabis légal : elles ont été de 755 millions de dollars en 2017 et de 1,6 milliard en 2018, ce qui en fait le troisième marché légal de cannabis dans le monde. Selon Statistique Canada, les Canadiens avaient en tout dépensé 5,7 milliards de dollars en cannabis en 2017, mais en grande partie sur le marché noir.

Billy Eff est sur internet ici et .