Publicité
Santé

Une cigarette par jour est pire pour la santé que ce que croyaient les experts

Le risque reste considérable, conclut l’étude.

par Troy Farah
31 janvier 2018, 12:00pm

Quelle que soit la quantité de fumée de cigarette que vous inhalez, c’est mauvais pour votre santé. Une vaste méta-analysepubliée récemment dans le British Medical Journal a permis de constater que seulement une cigarette par jour pouvait accroître considérablement le risque de maladie du cœur et de crise cardiaque.

On pense généralement qu’une cigarette de temps en temps, dans les soirées arrosées ou d’autres contextes particuliers, représente un faible risque pour la santé, surtout par rapport à une personne qui fume un paquet par jour ou plus. Toutefois, le risque reste considérable, conclut l’étude.

Il s’agit d’une analyse à très grande échelle : les chercheurs ont rassemblé 141 études de cohorte longitudinales publiées dans 21 pays entre 1946 et 2015. Ils ont examiné les données sur 5,6 millions de personnes pour en savoir davantage sur le développement des maladies du cœur, et de 7,3 millions de personnes pour ce qui est des crises cardiaques. Les chercheurs ne se sont intéressés qu’aux personnes par ailleurs en bonne santé. Par exemple, on a exclu celles qui prenaient des médicaments pour soigner des problèmes de santé pouvant toucher le cœur.

Par rapport aux personnes qui n’ont jamais fumé, ils ont observé que les hommes qui fument à peu près une cigarette chaque jour couraient un risque de développer une maladie du cœur de 48 % plus élevé, et un risque de subir une crise cardiaque de 25 % plus élevé. Chez les femmes, les nouvelles sont encore plus mauvaises : 57 % plus élevé pour les maladies du cœur et 31 % plus élevé pour les crises cardiaques.

En contrôlant des variables indépendantes, comme l’âge, ils ont noté que le risque s’accroissait : les hommes courent un risque de 74 % plus élevé de développer une maladie du cœur et 30 % plus élevé de subir une crise cardiaque; chez les femmes, c’est respectivement 119 % et 46 %.

Donc, fumer occasionnellement est pire que le croient un grand nombre de professionnels de la santé et de fumeurs. Les auteurs de l’étude, dont le professeur Allan Hackshaw de Cancer Research UK et UCL Cancer Trials Centre au University College London, ont ainsi évalué les risques relatifs si l’on fume une, cinq et 20 cigarettes (un paquet) par jour.

Ils s’attendaient à ce que le risque de maladie du cœur qu’entraîne une cigarette fumée par jour représente 5 % du risque si l’on fume 20 cigarettes (un divisé par vingt; c’est d’ailleurs le cas pour le risque de cancer du poumon). Mais ils ont constaté qu’il représente en réalité 46 % du risque de développer une maladie du cœur et 41 % du risque de subir une crise de cœur que court une personne qui fume 20 cigarettes par jour.

Les chercheurs ont contrôlé une autre variable : les personnes dont les habitudes peuvent avoir changé au fil du temps, vu que la participation à une étude sur le tabagisme peut encourager à fumer moins. Mais, quand ils ont analysé exclusivement les études avec suivi menées jusqu’en 1995, ils ont noté que les résultats étaient les mêmes.

Au moyen d’une méta-analyse de régression, les chercheurs ont aussi contrôlé les taux de cholestérol, la pression sanguine, l’indice de masse corporelle, l’éducation, le diabète et l’exercice physique. Chaque fois, les résultats étaient les mêmes.

Ils concordent d’ailleurs avec une étude du Journal of the American Medical Association publiée en 2017, pour laquelle on a examiné 290 000 adultes. On a alors observé que le « tabagisme occasionnel à l’échelle d’une vie causait un risque considérablement élevé de mortalité, toutes causes confondues, y compris le cancer du poumon et les maladies cardiovasculaires, par rapport aux personnes qui n’ont jamais fumé ».

Mais la méta-analyse est la première à combiner les données à la fois portant sur les crises cardiaques et les maladies du cœur. Le plus important risque pour la santé associé au tabagisme n’est pas le cancer du poumon : ce sont les maladies du cœur.

Aux États-Unis, environ 370 000 personnes meurent chaque année d’une maladie du cœur et 140 000 d’une crise cardiaque. De 15 % à 33 % de ces décès sont liés à des maladies cardiovasculaires attribuées au tabagisme.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

« Bien que la diminution ait des bénéfices évidents, particulièrement en ce qui a trait au risque de cancer du poumon, la réduction du risque de maladie cardiovasculaire n’est pas aussi importante que les fumeurs pourraient s’y attendre », notent les auteurs. Ils concluent que « les fumeurs doivent cesser complètement de fumer s’ils espèrent éliminer en grande partie le risque de maladie du cœur et de crise cardiaque, deux problèmes de santé majeurs et courants attribuables au tabagisme ».

Et les cigarettes électroniques? À cause de l’exposition accrue aux particules ultrafines et aux toxines, les personnes qui vapotent peuvent aussi courir un risque accru de maladie du cœur et de crise cardiaque. Toutefois, elles produisent moins d’agents cancérogènes. Les auteurs de l’étude estiment qu’elles « sont un important élément de la réduction des méfaits qui peut aider les gens à cesser de fumer complètement ».

Suivez Troy Farah sur Twitter.