Weed

Les pays les plus susceptibles d’être les prochains à légaliser le cannabis

Le Mexique? L’Espagne? L’Italie? L’Inde?

par David Hillier
24 avril 2019, 3:41pm

Photo via Wikimedia Commons

L’article original a été publié sur VICE États-Unis.

En octobre 2018, le Canada est devenu le deuxième pays après l'Uruguay, et le premier du G7, à légaliser la consommation récréative de cannabis.

Qui seront les prochains? Pour faire des prévisions éclairées, nous avons parlé à des experts de la légalisation du cannabis dans le monde. Voici les résultats.

Amérique centrale et du Sud

« Le Mexique légalisera presque certainement le cannabis en 2019 », dit Tom Blickman, chargé de projet principal au Transnational Institute, un think tank d’Amsterdam, aux Pays-Bas. La Cour suprême du pays a l'an dernier affirmé dans une décision que « les effets causés par la marijuana ne justifient pas une interdiction absolue de sa consommation ». Le mois dernier, le Forum sur la réglementation de la marijuana s'est réuni pour discuter de la suite pour le Mexique, où sévissent de violents cartels de drogue.

« On a bon espoir que le projet de loi soit adopté d’ici la fin de l’année », dit Hannah Hetzer, directrice principale des politiques internationales et agente de liaison avec l’Amérique latine à la Drug Policy Alliance, une ONG américaine qui s’oppose à la guerre de la drogue. À son avis, la situation n'est pas aussi claire dans les autres pays de la région – en dehors de l'Uruguay, qui a légalisé la consommation récréative de cannabis l'an dernier (quoiqu’il y a des règles strictes sur la vente dans les dispensaires qui ont rendu le cannabis inaccessible dans une grande partie du pays).

La Colombie, le Pérou, l'Argentine, l'Équateur et le Venezuela ont légalisé l’usage médical ou décriminalisé l’utilisation personnelle à des degrés variables. Au Brésil, où a récemment été élu Jair Bolsonaro, qui a déjà écrit sur Twitter que la légalisation profiterait aux « trafiquants, violeurs et preneurs d'otages », l’usage du cannabis médical et la consommation personnelle sont autorisés, mais il semble peu probable que l’on aille plus loin.

Plusieurs pays du continent sont politiquement instables, mais ont récemment connu des réformes progressistes, rappelle Steve Rolles, analyste politique principal à la Transform Drug Policy Foundation. « Les actions des États-Unis seront cruciales. Une réforme américaine forcera l'ONU à effectuer des réformes, et les ondulations vont parcourir le monde entier. »

PRÉDICTION : Légalisation au Mexique en 2019; en Colombie, en Argentine, au Pérou, en Équateur et au Chili en 2025; et au Venezuela en 2029.

Océanie

En décembre dernier, la Nouvelle-Zélande a adopté une loi autorisant l’usage médical du cannabis. Parallèlement, le gouvernement a annoncé la tenue d’un référendum sur la légalisation et la réglementation à l’occasion des élections générales en 2020.

« La réforme de la loi sur le cannabis est soutenue par environ 60 % de la population, selon les sondages, sans avoir encore le moindre détail sur une éventuelle réforme. Pour cette raison, beaucoup de gens pensent que c’est gagné d’avance, mais la population est plus également divisée que les sondages le laissent croire », dit Sandra Murray, responsable de la campagne #MakeItLegal en Nouvelle-Zélande. « L’appui est d’environ 72 % chez les moins de 45 ans, mais beaucoup de jeunes ne vont pas voter. »

Dans le pays voisin, l’Australie, l’usage médical du cannabis est légalisé, et un sondage du National Drug Strategy Household mené en 2016 indique que 74 % de la population est en faveur de la décriminalisation. Est-ce qu’il y aura un effet domino continental si la Nouvelle-Zélande vote oui en 2020? « Dans certains États australiens, le cannabis est déjà dépénalisé, et des paradis hippys, comme le village de Nimbin, sont pratiquement des mini-Amsterdam australiens, dit Steve Rolles. Ça va dépendre du prochain gouvernement : il y a moins de chances qu’un gouvernement conservateur légalise, mais l'opinion publique évolue, alors ça semble inévitable, même si c'est d'abord au niveau des États, car ça forcerait le gouvernement fédéral à aborder la question, contrairement au gouvernement américain. Canberra [le siège du gouvernement australien] est sur le point de légaliser la culture personnelle. L’Australie paraît donc très susceptible de suivre, après la Nouvelle-Zélande. »

PRÉDICTION : Légalisation en Nouvelle-Zélande en 2020; et en Australie en 2023.

Amérique du Nord

Tous les regards sont tournés vers le Canada. Six mois après la légalisation, le ciel ne nous est pas tombé sur la tête, mais ça ne s’est pas passé sans heurts. Le plus évident, c’est la pénurie de cannabis légal. Aux États-Unis, le moral des troupes en faveur de la légalisation reste bon, en dépit du récent échec notoire au New Jersey. « Il y a un grand soutien politique en faveur de la légalisation dans les États de New York, du New Jersey et du Nouveau-Mexique dans les deux prochaines années », dit Jag Davies, directeur de la stratégie de communication de la Drug Policy Alliance. « Et il y a de bonnes chances qu’un projet de réforme passe par le processus législatif au New Hampshire et en Illinois dans les prochaines années. »

Mais l’onde sismique ne sera déclenchée que par une réforme fédérale. La plupart des candidats démocrates aux élections de 2020 sont en faveur de la légalisation, mais George McBride, PDG de Hanway Asssociates, un cabinet d'expertise-conseil, pense que ce ne sera pas automatique. « Malgré le soutien général, je ne pense pas qu'un futur candidat démocrate voudrait que ce soit la première réalisation de son mandat. Donc, réalistement, ça pourrait être après un certain temps dans le premier mandat. »

Alors que dix États légalisent le cannabis (et que 33 autres approuvent son usage médical) et qu’il est probable que d’autres grands États emboîtent bientôt le pas, une réforme fédérale semble assurée, peu importe qui occupera le Bureau ovale. Un récent sondage du Pew Research Center a révélé que 62 % des Américains (74 % des milléniaux) étaient en faveur de la légalisation. « La résistance fédérale est en train de fondre. Ce n’est tout simplement plus possible, même sous une autre administration républicaine, dit Steve Rolles. L’opinion publique, même parmi les républicains, est devenue majoritaire, et c’est le point critique à partir duquel le soutien devient un atout politique plutôt qu’un handicap. »

PRÉDICTION : Légalisation aux États-Unis en 2023.

Europe

En dépit d'une légère brise de réforme qui souffle sur le continent, avec de nombreux pays qui se dirigent vers la décriminalisation (ou une décriminalisation de facto) et l’autorisation de l’usage médical, les progrès des gouvernements nationaux sont lents. Sauf au minuscule Luxembourg, où le gouvernement de coalition s'est déjà engagé à légaliser le cannabis. « Ce sera probablement à la fin du mandat de ce gouvernement, vers 2022 ou 2023 », dit Blickman, ajoutant que « l'annonce du Luxembourg n'a pas suscité la désapprobation publique dans les pays voisins ».

Il faudra que l'un des grands pays d’Europe légalise la consommation récréative de cannabis pour qu’un vrai vent de changement souffle sur le continent. L’Espagne est bien placée pour être cette avant-garde européenne : elle pratique la tolérance depuis les années 70, quand la Cour suprême a statué que la possession de petites quantités de drogue n’était plus un délit. Cette décision a contribué à donner une place dans la culture au cannabis, avec la création de clubs sociaux de cannabis. « La réforme en faveur de la légalisation de l’usage médical et récréatif bénéficie d’un grand soutien, dit George McBride. Mais le gouvernement d’Espagne ne veut pas rien concéder aux régions semi-autonomes et les régions ne veulent rien concéder au gouvernement national. Donc, pour le moment, on est dans une impasse. »

Il ne faut pas exclure l’Italie. « Une grande partie de la population italienne est en faveur de la légalisation, et l’Italie a déjà son propre système appelé Cannabis light Italia, par lequel on peut obtenir du cannabis de très faible puissance », dit Henry Fisher, responsable scientifique de Cannabis Europa, une conférence européenne sur le cannabis.

Les Pays-Bas ont récemment lancé un projet de quatre ans dans le cadre duquel le gouvernement fournit du cannabis à des cafés dans un petit nombre de municipalités. « Mais on pellette par avant, dit Henry Fisher. Une petite avancée comme la légalisation au Luxembourg pourrait les inciter à couper court à ce plan. »

La Suisse a mis en œuvre un projet de santé publique d’une durée de dix ans, dans lequel on suit un groupe de 5000 personnes qui consomment du cannabis. La Belgique et le Portugal ont décriminalisé le cannabis avec succès et pourraient surprendre en légalisant avant tous les autres.

Pour ce qui est des pays d’Europe membres du G7 (l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni), on progresse, mais lentement. Ladbrokes, une société de paris britannique, estime que la légalisation complète du cannabis au Royaume-Uni est plus probable qu'improbable : les chances sont selon elle de six contre quatre d’ici 2024. Par contre, les bookmakers s’y connaissent mieux en chevaux qu’en cannabis. La France devrait rattraper l'Allemagne et le Royaume-Uni en légalisant l’usage médical du cannabis d'ici la fin de l'année. « Une fois qu’un pays sera allé de l’avant, l’effet domino est probable », dit Steve Rolles.

Et la Scandinavie? « Les drogues, en particulier en Suède, l’un des plus anciens partisans de la prohibition punitive dans le monde, sont un sujet à propos duquel les Scandinaves semblent étrangement fermés et à contre-courant, dit Steve Rolles. Cela dit, il y a des signes de progrès. La Norvège étudie la décriminalisation et a mis en place des politiques novatrices de réduction des méfaits, et il y a des mouvements populaires en faveur de réformes qui émergent en Scandinavie, même en Suède. »

PRÉDICTION : Légalisation au Luxembourg, en Espagne, en Belgique et au Portugal en 2023; en Italie en 2024; aux Pays-Bas et en Allemagne en 2025; en France en 2026; au Royaume-Uni en 2027; et en Norvège en 2029.

Les Caraïbes

Dans un rapport de 2018, la Communauté caribéenne (Caricom), qui représente 15 pays membres, a déclaré ce qui suit au sujet du cannabis : « La commission estime que l'objectif de la Caricom devrait être le démantèlement de la prohibition dans sa totalité, de la remplacer par un cadre réglementaire strict semblable à celui sur l’alcool et le tabac, qui sont des substances nocives qui ne sont pas criminalisées ». C’est une déclaration d’intention plutôt tranchée qui, prise au pied de la lettre, donne à penser que la légalisation dans les Caraïbes est imminente.

Mais pas nécessairement, selon Tom Blickman. « La plupart des pays des Caraïbes ne franchiront pas l’étape suivante sans les États-Unis, car ils dépendent de leur aide et des échanges commerciaux avec eux. » Il semble probable, cependant, que la région reproduise dans l’ensemble les modifications législatives qu’a adoptées la Jamaïque en 2018 : la possession d’une petite quantité (jusqu’à deux onces) ou de cinq plants par ménage n’est plus considérée comme une infraction, et l’usage médical est autorisé, tout comme l’usage cérémonial des rastafariens. « Une sorte de politique de la tolérance, telle qu’on la voit depuis des décennies aux Pays-Bas, serait le compromis le plus probable à court terme », ajoute-t-il. Après? La légalisation dans toute la région.

PRÉDICTION : Légalisation en Jamaïque, à Cuba et à la Barbade en 2026.

Afrique

Il est possible que l’Afrique soit le continent où la légalisation du cannabis sera généralisée le plus rapidement. L'année dernière, la Cour constitutionnelle d’Afrique du Sud a décidé qu'en privé, la consommation et la culture du cannabis, appelé localement dagga, ne devaient pas être sanctionnées. Le projet de loi n’a pas encore été officiellement adopté et les détails de la décision doivent être déterminés au cours des 18 prochains mois, mais c’est une avancée cruciale sur le continent.

« Des pays se préparent à tirer parti des occasions économiques, plutôt que d’en rester aux enjeux d'accès pour les patients ou de droits civils, dit George McBride. L’évolution sera très différente de celle en Amérique du Nord ou en Europe. Si le facteur fondamental est l'avantage économique, plus vite on peut atteindre un vaste marché, plus vite on en voit les bénéfices. Un grand nombre de réformes visent à tirer profit des pays développés et à vendre des produits en Europe. »

Il donne en exemple la Sierra Leone, le Ghana et le Zimbabwe, où des négociations sont en cours, et ajoute que « le Lesotho a déjà autorisé certaines grandes entreprises à exporter du cannabis ». On ne connaît pas l’effet sur la consommation locale. « Beaucoup de ces pays, par exemple le Ghana, n’avaient de la prohibition que le nom », dit-il. Il prévoit une ruée verte « avec légalisation et réglementation généralisées » en Afrique au cours de la prochaine décennie.

PRÉDICTION : Légalisation en Afrique du Sud en 2026; à la Sierra Leone, au Ghana, au Zimbabwe et au Lesotho en 2027.

Asie

Pour les gens du coin comme les hippies ou les fils et filles de riches de partout dans le monde, fumer un joint au coucher du soleil sur une plage de Goa est l’expérience culturelle indienne incontournable. Mais il semble peu probable qu’à court ou moyen terme, cette tolérance soit étendue à toute l’Inde. « Le gouvernement a une position très anti-cannabis pour le moment », dit Tom Blickman. George McBride estime que « dans certaines régions de l’Inde, la consommation de cannabis est légalisée de facto » et qu’« il y a beaucoup d’innovations régionales : les autorités refusent ouvertement de porter des accusations contre les clubs sociaux de cannabis. Mais, dans un pays comme l’Inde, il y a tellement de préoccupations pressantes qu’il est difficile de faire de cette question un sujet de débat national. »

Plus à l’est, la Thaïlande a légalisé l’usage médical du cannabis en décembre dernier, et le pays veut se joindre aux exportateurs, car le climat tropical est idéal pour faire pousser du cannabis qui sera expédié dans les pays qui ont du mal à répondre à leur demande croissante. Mais on n’ira pas plus loin pour le moment. « En dehors de l’usage médical, je pense qu’on est encore loin de la légalisation en Thaïlande. Et les choses sont fondamentalement imprévisibles dans le pays et dans la région », dit Steve Rolles.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Si vous avez particulièrement envie de fumer un joint légalement en Asie, une légende veut que la destination soit la Corée du Nord, où le cannabis est en vente libre et pousse au flanc des montagnes, tout comme le gazon et le blé. Malheureusement, cette image du nirvana au cannabis n’est pas tout à fait exacte : « C’est du chanvre industriel, dit George McBride. Et il n’a jamais été illégal. »

PRÉDICTION : Légalisation en Thaïlande en 2029; en Inde en 2030; et en Corée du Nord, jamais.

Antarctique

En 1959, 12 pays ont signé un traité stipulant que « l'Antarctique ne doit être exploité qu'à des fins pacifiques ». Comme il n’y a ni gouvernement ni lois, en théorie, tant que l’on ne joue pas avec l’équipement dans les stations de recherche, on peut fumer du cannabis en visite sur continent de glace. Mais les scientifiques doivent y respecter les lois de leur pays. Donc, toujours en théorie, les Canadiens et les Uruguayens pourraient consommer du cannabis au pôle Sud, tandis que les Mexicains devraient pouvoir y fumer un joint devant les manchots avant la fin de l'année. À condition d’être prêts à fumer un joint à -50 °C. Mais ce qui se passe au pôle Sud reste au pôle Sud.

PRÉDICTION : Champ libre.