Publicité
musique

Spotify retire de ses playlists la musique d’artistes accusés de crime violent

R. Kelly et XXXTentacion, entre autres, prennent la porte.

par Billy Eff
10 mai 2018, 8:53pm

Photo de gauche via Wikicommons/ Département correctionnel de la Floride

Photo de droite: Earl Gibson/BET/Getty Images pour BET

En août dernier, le service de streaming musical Spotify a retiré de son catalogue des œuvres d’artistes suprémacistes blancs. Interrogée à savoir si elle comptait faire de même avec la musique d’artistes accusés de crimes violents, la compagnie avait répondu que non.

Mais Spotify a annoncé ce matin avoir mis à jour ses conditions d’utilisation, en y ajoutant une règle : les chansons produites par des artistes accusés de comportement violent ne seront plus incluses dans les playlists officielles de Spotify.

Dans un communiqué envoyé à Billboard, Spotify a annoncé que la musique de ces artistes sera toujours accessible sur le service, mais qu’elle n’en fera pas la promotion activement. « Nous ne censurons pas du contenu à cause du comportement d’un artiste, mais nous voulons que nos décisions concernant le contenu et ce que nous choisissons de programmer reflètent nos valeurs. »

Pitchfork rapporte que le chanteur R&B R. Kelly et le rappeur XXXTentacion sont parmi les artistes dont la musique ne fera plus partie des playlists.

R. Kelly a été accusé par plusieurs femmes d’inconduite sexuelle à différents degrés. Alors qu’il était âgé de 23 ans, il avait marié la défunte chanteuse Aaliyah, qui n’avait que 15 ans à l’époque. Il a par la suite été accusé de s’être filmé en train d’uriner sur une mineure. Plus récemment, il a été accusé d’exploitation sexuelle et de séquestration.

XXXTentacion a lui aussi été accusé de crimes violents envers plusieurs femmes. Entre autres, il aurait séquestré et torturé son ex-copine.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Spotify n’a pas donné de liste complète des artistes touchés par la nouvelle mesure. Dans un courriel envoyé au New York Times, l’équipe de XXXTentation a demandé si le même sort attendait d’autres artistes d’envergure, comme Miles Davis, qui a avoué avoir battu des femmes, ou Gene Simmons, qui est accusé d’agression sexuelle. Le service de streaming a de son côté répondu que le processus est « complexe » et que les décisions seront prises « au cas par cas ».

Spotify met toutefois en garde ses utilisateurs en leur rappelant que ce qui est considéré comme offensant ou acceptable peut très facilement différer d’un contexte à un autre. Le géant du streaming affirme que ses décisions seront prises en considérant « le contexte dans son entièreté ».

Billy Eff est sur internet ici et .