Publicité
drogues

Au Japon, un professeur apprenait à ses étudiants à fabriquer de l’ecstasy

L’homme de 61 ans risque jusqu’à dix ans de prison.

par Gavin Butler; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
29 avril 2019, 8:07pm

Image via Wikipedia (à gauche) and capture d'écran via YouTube (à droite)

Cet article a été traduit par VICE France.

Un professeur d'université japonais risque jusqu'à dix ans de prison pour avoir appris à ses étudiants à fabriquer de la MDMA. Tatsunori Iwamura, 61 ans, professeur à la faculté des sciences pharmaceutiques de l'université d'Ehime, au Japon, a admis avoir montré à sa classe comment fabriquer de l'ecstasy alors même qu'il savait que c'était illégal, rapporte Kyodo News. Il a dit aux enquêteurs qu'il l'avait fait pour aider ses élèves dans leur « éducation ».

Selon des sources de l'enquête, Tatsunori aurait demandé à des étudiants de sa classe de sciences pharmaceutiques de fabriquer de la MDMA, ainsi que la drogue de synthèse 5F-QUPIC, en 2013. Les autorités antidrogue estiment que 11 étudiants ont produit de l'ecstasy sous l'instruction du professeur, dont quatre ont été référés à des procureurs en même temps qu'un professeur adjoint. L'université a déclaré qu'elle prendra des mesures disciplinaires contre Tatsunori et le professeur adjoint une fois l'enquête terminée, rapporte The Guardian.

La fabrication de stupéfiants à des fins académiques n'est en fait pas illégale au Japon, à condition que les chercheurs obtiennent au préalable une licence du gouvernement préfectoral. Tatsunori était titulaire d'une licence délivrée par une préfecture en dehors d'Ehime, selon des sources anonymes, mais elle était arrivée à expiration au moment où il a appris à ses étudiants à faire de la MDMA. Ces sources ont également expliqué que le professeur avait mené des recherches sur ce que l'on appelle dans le pays les « drogues dangereuses », c'est-à-dire celles qui contiennent des agents chimiques qui provoquent des hallucinations ou ont un effet stimulant.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

« Nous nous excusons sincèrement d'avoir causé autant d’inquiétude aux étudiants et à leurs parents », a déclaré Tatsuya Mizogami, présidente de l'Université d’Ehime.

Les agents de la lutte antidrogue, qui interrogent Tatsunori depuis janvier, ont fouillé son domicile et son laboratoire, mais n’ont pas réussi à mettre la main sur l'ecstasy en question. Un fonctionnaire du ministère de la santé local a déclaré qu'elle avait « probablement été jetée ».

Ils ont cependant trouvé des traces de 5F-QUPIC. Cette drogue apparentée au cannabis a été interdite au Japon en 2014 car elle était soupçonnée d'avoir causé des accidents de la circulation, rapporte le Japan Times. S'il est inculpé et condamné, Tatsunori risque jusqu'à 10 ans de prison.

Gavin est sur Twitter et Instagram.