Publicité
Commandité

On est allés faire de la moto Flat Track sur terre battue

Les courses Flat Track combinent les virées dans la bouette et les pincées de fesses.

par Ryan Johansen; photos Aaron Wilcox
07 juin 2017, 4:16pm

Pendant près d'un siècle, les gens se sont rassemblés aux foires des villages ainsi qu'en périphérie des grandes villes canadiennes afin de prendre part à des courses de motos sur des circuits en terre battue. Quand on regarde de près une course sur ovale de terre battue et qu'on voit les motos vrombir autour du circuit d'à peine 200 mètres, on voit tout de suite que les coureurs sont des cowboys aux nerfs solides. Ils accélèrent à fond dans la ligne droite et prennent les virages en dérapage contrôlé coude à coude. La chaussure revêtue d'acier qu'ils portent au pied gauche racle le gravier alors qu'ils transfèrent leur poids pour aider à soutenir la moto, penchés au point que le guidon effleure la piste. En dépit de l'impression de chaos que donne la scène au premier abord, la maîtrise qu'ont ces motocyclistes est impressionnante.

Depuis 2014, dans le but de rendre le sport plus accessible, Flat Track Canada a mis sur pied son école Go Flat Track au circuit Paris Speedway de Paris, en Ontario, afin d'enseigner les rudiments de la course à tous ceux qui ont le cœur assez solide pour prendre ces virages à fond de train. Nous sommes allés observer quelques coureurs de classe Expert à l'entraînement au circuit afin d'en apprendre davantage sur l'action qui se passe sur la piste.

Selon Aaron Hesmer, président de Flat Track Canada et instructeur en chef de Go Flat Track, la course sur ovale de terre battue tient ses origines des premières courses de motos sur pistes de bois des années 1920, mais elle a connu une plus grande popularité dans les années 1950, avec la création du Grand National Championship des États-Unis. Et c'est en 1971, que Steve McQueen immortalisera le sport avec le réalisateur Bruce Brown dans le film On Any Sunday, qui attira l'attention du grand public sur la course Flat Track en terre battue. C'est avec des coureurs comme le champion du Grand National Mert Lawwill et sa moto de course Harley-Davidson XR-750 – conçue expressément pour ce type de course et gagnante du plus grand nombre de courses de l'histoire de l'AMA (American Motorcycle Association). Presque 50 ans plus tard, les images de ces courses historiques immortalisées dans ce documentaire sont toujours aussi excitantes, en dépit de la narration ringarde des années soixante-dix.

Au Canada, la course sur ovale de terre battue a connu son apogée dans les années 1970 et 1980, avant de pratiquement sombrer dans l'oubli à la fin des années 2000, éclipsée par les courses de motocross et de superbike. « En 2007, il ne restait au Canada qu'une cinquantaine de coureurs et trois circuits en activité au moment où nous avons fondé Flat Track Canada », explique Hesmer. « Mais aujourd'hui, on dénombre 27 circuits répartis dans six provinces avec environ 600 coureurs. »

Le regain d'intérêt pour la course sur ovale de terre battue au Canada se poursuit au Fooligan Derby du Québec jusqu'au Flat Track Club de Vancouver et semble briller par sa simplicité élémentaire. Contrairement au Supercross, avec ses sauts spectaculaires et ses prouesses acrobatiques, ou aux avancées technologiques mesurables au MotoGP, la course sur ovale de terre battue est accessible autant pour les coureurs que pour les spectateurs. « Vous n'avez pas besoin de dépenser 50 000 $ pour participer à une course », explique le coureur vétéran Chris Evans. Et côté spectateurs, poursuit Hesmer, ils sont ravis de voir la piste au complet et y voir défiler les néophytes qui peuvent accéder et comprendre les nuances de ce sport en un après-midi. « Et il y a toujours la vitesse avec des coureurs qui n'hésitent pas à prendre des courbes à 180 km/h », ajoute-t-il en s'esclaffant.


La journée à l'école a été intense, et faire des tours de piste avec une poignée de débutants est une chose, mais avaler de la poussière derrière de vrais coureurs en est une autre.

C'est le sentiment familial et l'esprit de communauté qui unit ce groupe de coureurs. S'ils sont tous animés par l'esprit de compétition et par le désir de gagner, ils sont quand même toujours prêts à donner un coup de main à un coureur en difficulté en insistant sur l'importance du lien communautaire entre les coureurs. C'est peut-être avec l'absence de faramineux contrats de commandite que le sport a pu conserver sa pureté. Comme Evans nous le faisait remarquer, ce qu'ils peuvent espérer de mieux, c'est de faire leurs frais. Si les quatre coureurs présents à l'entraînement auquel j'ai pris part ont grandi en faisant de la moto et débuté sur les circuits de terre battue à l'adolescence, le profil type du coureur évolue avec la croissance de la popularité de la course sur ovale de terre battue. Comme me l'a confié le septuple champion canadien Don Taylor, « le plus grand facteur de croissance de la course sur terre battue, c'est le fait que les gens peuvent l'essayer. L'école Go Flat Track permet à tous de s'initier, par ce fait rendant le sport beaucoup plus accessible. »

Le sport est tellement accessible que lorsqu'ils ont su que j'avais participé à une journée de formation au printemps dernier, tous les coureurs m'ont encouragé à revêtir mon équipement et à me joindre à eux sur la piste.

Mon premier souci était de ne pas me mettre sur leur chemin. Ces gars-là travaillent la semaine et ont un emploi du temps serré. La dernière chose dont ils ont besoin, c'est d'un touriste qui avance à pas de tortue, créant un bouchon de circulation qui ruine leur séance d'entraînement du week-end. Le circuit muré est très serré et donne presque un sentiment de claustrophobie. Je suis habitué à naviguer autour des tramways et à me faufiler dans la circulation à Toronto, mais quand on lance à fond une puissante moto de course dans l'anneau de vitesse, les courbes arrivent vite et je suis encore loin de la classe Expert quand vient le temps de contrôler les dérapages dans les tournants. Les coureurs, en dépit de leur esprit de compétition, se sont montrés très encourageants et même accueillants, alors que je ne pensais qu'à rouler super vite. Hesmer, qui roulait devant moi, m'a fait signe de le suivre et nous avons accéléré la cadence.

Durant une pause après quelques douzaines de tours, Taylor m'a expliqué que dans ce sport où tout repose sur l'équilibre précaire entre la maîtrise et la catastrophe, la finesse est essentielle. « Ou tu gagnes, ou tu te plantes. Il n'y a qu'un millimètre entre l'équilibre et un décrochage ». Vétéran du sport et membre du Temple de la renommée de la moto du Canada, Chris Evans est bien placé pour savoir que la ligne est mince entre la victoire et la catastrophe.

Il m'a confié qu'il a vécu sa meilleure expérience dans ce sport en 2002 à Lima, en Ohio, fut au guidon d'une XR 750, quand il est devenu le coureur le plus âgé à remporter une première victoire à l'AMA Pro. Toutefois, sa pire journée a commencé par une mauvaise chute à New York le laissant paralysé pendant des semaines. Alors que les médecins hésitaient à établir un pronostic sur son rétablissement, il leur a fait un coup à la Uma Thurman dans Kill Bill Vol. 1. Par un effort de volonté, il est parvenu à faire bouger son gros orteil. « J'ai commencé par le gros orteil de mon pied droit, juste en pensant "tu vas bouger, mon salaud". » Au bout d'une heure, ça y était ! J'ai crié au médecin : « Venez voir ! Regardez ça ! Deux jours plus tard, ça a commencé à revenir. »

J'avais encore fraîchement en tête les histoires de casse du coureur quand nous sommes retournés sur le circuit. J'étais encore hésitant au milieu des coureurs dans les virages, même si Hesmer m'avait rassuré en me disant que tout le monde avait assez d'expérience pour anticiper ma gaucherie et éviter les collisions majeures. Tous les coureurs se voient comme des ambassadeurs de leur sport. Ils ont fait de la moto toute leur vie et veulent partager leur passion. Ils encouragent les petits nouveaux à s'habituer aux chocs et aux coude à coude qui sont monnaie courante dans la course sur ovale de terre battue. Pour m'en faire une démonstration, Hesmer m'a dépassé sur ma droite alors que je dérapais dans un virage. Je ne me suis rendu compte de sa présence que lorsqu'il m'a pincé la fesse droite en me dépassant.

Quelques secondes plus tard, j'ai senti un autre pincement, et c'était alors Brandon Seguin qui signalait sa présence par ce geste qui semble être leur façon de se manifester. Après quelques tours, j'ai commencé à être plus à l'aise pour prendre les virages en épingle avec d'autres motos tout près de moi. Apparemment, l'apprentissage par pinçage de fesse a marché et je suis parvenu, je ne sais trop comment, à ne pas me planter. J'en conclus que, selon le principe de la course sur terre battue de Don Taylor, je suis sur la bonne piste!

Une présentation de Harley-Davidson