techno

La Famille Berenst(e)ain a convaincu Internet de l’existence des univers parallèles

Ce sont en quelque sorte les Neo ursidés de notre matrice.
06 juin 2016, 3:00pm
The bears in action. Screenshot via YouTube

Ah, la Famille Berenstain...

Ces petites bêtes frisées comptent parmi les personnages pour enfants les plus aimés des dernières années. Qui n'a jamais appris de précieuses (et peut-être un peu maladroites) leçons des oursons?

Comme : on doit cesser d'être un petit con égoïste et partager et, si on ronge nos ongles, on est un être dégueulasse qui mérite d'être banni de la famille.

Les ours Berenstain nous aiment tant qu'ils nous enseignent aujourd'hui — maintenant que nous sommes adultes — une ultime leçon : nous vivons dans un univers parallèle et rien de ce que l'on connaît n'est réel.

Ce sont en quelque sorte les Neo ursidés de notre matrice_._

C'est par un message codé dans leur nom qu'ils nous apprennent l'existence de différentes réalités. Jetez un coup d'œil plus haut. Quelque chose cloche? Vous souvenez-vous de Berenstein écrit avec un e plutôt que de Berenstain avec un a?

Si oui, vous n'êtes pas seul. Beaucoup s'en souviennent. Ils sont si nombreux qu'ils y voient la preuve d'une anomalie dans la matrice. Je les appelle les Berensteiniens. Même dans mon entourage, j'ai trouvé pas mal de gens qui se souviennent du nom avec un e.

« Je me suis rendu compte que c'était un a en lisant une histoire au petit il y a environ huit mois, m'a dit un ami. C'est bizarre. »

Pour être franc, je fais aussi partie de ceux qui croient au e. Je me rappelle comme si c'était hier de la famille Berenstein, épelé avec un e, au point d'en être sûr pendant des années. Même dans ce texte, je l'écris chaque fois avec la mauvaise orthographe et je change ensuite chaque Berenstein en Berenstain : il est gravé dans ma mémoire avec le e.

I always figured something would eventually break me mentally and emotionally. I never thought it would be the Berenst(a)ein Bears.
— Mack Lamoureux (@MackLamoureux) August 5, 2015

La théorie du complot de la famille Berenst(e)ain circule depuis quelques années. Mais elle a dernièrement pris des proportions gigantesques, quand le rappeur et producteur américain, sûrement un Berensteinien, EI-P s'est lancé, weed aidant on suppose, dans une série de tweets sur le sujet. La théorie des Berenstein semble aussi gagner en popularité parce qu'on peut choisir son camp : équipe Stein ou équipe Stain.

Parfois, ceux qui notent une différence entre leurs souvenirs et la réalité considèrent cette différence comme une preuve de l'existence d'une réalité différente.

Les théoriciens voient dans cette conspiration de la famille Berenstein une preuve de l'effet Mandela, théorie de Fiona Broome, selon qui plusieurs personnes se souviennent avoir vu mourir Nelson Mandela en prison. Ce qui, dans notre réalité, ne s'est jamais produit. Quand de nombreuses personnes partagent un même faux souvenir, ce phénomène serait généralement causé par les « univers parallèles ».

C'est rempli de bon sens, non?

Comme pour tous les enjeux complexes, on doit d'abord connaître l'histoire pour comprendre la théorie, et quelle histoire merveilleuse que celle des Berensteiniens! La première fois qu'une personne a remarqué que ces ours tentaient de nous avertir, c'était en 2009, dans un forum en ligne. Un utilisateur, Burke, demandait pourquoi le titre de son livre pour enfants préféré avait changé. À l'époque, personne n'a vraiment saisi l'importance et la gravité du message codé de la Famille. Des utilisateurs ont simplement supposé que, Berenstein « sonnant juif », le changement devait résulter de pressions néonazies.

La théorie a disparu des écrans radars avant de réapparaître dans un long billet, publié en 2011 sur le site Web humoristique du Communist Dance Party. Même s'il plaisante, l'auteur redonne vie à la théorie et l'associe à l'effet papillon.

« À un certain moment entre 1986 et 2011, quelqu'un a voyagé dans le temps et a accidentellement modifié le cours de l'histoire et la famille Berenstein est devenue la famille Berenstain, explique-t-il. C'est pourquoi tout le monde se rappelle le nom incorrect : c'était Berenstein quand on était enfants et, pendant qu'on était occupés avec nos vies, quelqu'un est retourné dans le passé et a provoqué une légère variation dans notre réalité. »

Il n'avait pas idée de l'importance que cette théorie allait bientôt avoir.

Elle a ensuite refait surface sous la forme d'un billet d'un utilisateur nommé Reese intitulé Famille Berenstein : Nous vivons dans notre propre univers parallèle. Les quelque 1600 mots constituent le texte sacré du mouvement. C'est le Nouveau Testament des Berensteiniens.

Dans ce texte, l'auteur expose son hypothèse : nous vivons tous dans un univers parallèle. Il affirme qu'il existerait au moins deux univers, l'univers Stein et l'univers Stain. Et il tente de prouver la véracité de sa théorie à l'aide d'explications truffées de termes mathématiques et scientifiques.

En voici un passage :

Je postule que l'univers est une variété complexe en quatre dimensions. Les trois dimensions de l'espace et la dimension du temps sont complexes, c'est-à-dire qu'elles prennent des valeurs selon a + ib, en partie « réelles », en partie « imaginaires ».

Rappelons-nous qu'à la base de tout ça, il y a la famille Berenstain, des personnages pour enfants. Les Berensteiniens ne plaisantent pas.

Après une période de gestation, la théorie est réapparue l'an dernier dans un forum sur Reddit sous le titre tout indiqué Une anomalie dans la matrice. C'est là que la nouvelle a commencé à se propager comme une traînée de poudre. Le forum porte sur « les choses qu'on décide d'oublier parce qu'elles s'éloignent un peu trop de ce que nous considérons par expérience comme réel ». Les Berensteiniens ont ensuite pris le contrôle d'un forum en ligne à partir de la question : « Quelqu'un a déjà vu une photo de Henry VII en train de manger une cuisse de dinde? » C'est depuis leur domicile sur le Web.

Le fervent Berensteinien Roxxorursoxxors présente les plans d'une expérience échelonnée sur 20 ans avec pour cobaye sa fille de deux ans pour vérifier la validité de la théorie.

« Je vais faire de mon mieux pour oublier tout ça, question de ne pas influencer ma fille, et m'assurer qu'elle lise les livres de la famille Berenstain (avec un a) jusqu'à ses dix ans. Ensuite, je vais lui enlever. À ses 25 ans, je vais lui demander de se remémorer leur nom et de l'écrire. »

Pour essayer de comprendre cette théorie, sûrement la plus importante théorie scientifique du 21e siècle, j'ai eu l'idée de consulter un expert. Le Dr Henry L. Roediger est l'un des plus éminents spécialistes des faux souvenirs en Amérique du Nord. Je lui ai écrit pour connaître son opinion au sujet des Berensteiniens. En réponse, il explique que ce qui se passe tient moins de X-Files que du principe de simplicité : les hypothèses suffisantes les plus simples sont les plus vraisemblables.

« Je ne suis pas sûr que le souvenir d'une lettre différente dans un nom assez long soit un faux souvenir majeur, répond-il. Mon hypothèse, c'est qu'on se souvient de la finale stein parce que c'est ainsi que se termine beaucoup de noms : Einstein, Frankenstein, etc. »

Lui, clairement, il est dans l'équipe Stain.

J'ai donc écrit à Random House, l'éditeur des livres de la famille Berenstein depuis 1962, pour en avoir le cœur net. Dans mon courriel, j'ai demandé si le nom avait toujours été écrit avec un a et s'il était impossible qu'un livre ait été imprimé avec le nom Berenstein.

J'ai reçu une réponse de Random House instantanément. Une rapidité surnaturelle. Comme si quelqu'un chez eux me surveillait et avait prévu que j'écrirais.

« Merci d'avoir communiqué avec le service de publicité des livres pour enfants de Random House. Veuillez noter qu'en raison du fort volume de courriels que nous recevons chaque jour, il nous faudra un certain temps avant de pouvoir vous répondre. ».

Évidemment. Random House sait que les Berensteiniens sont à leurs trousses.

Suivez Mack Lamoureux sur Twitter.