Publicité
sexe

Une nouvelle application veut rendre plus sécuritaire le travail du sexe

Gfendr veut faciliter les contacts entre les travailleuses du sexe et leurs clients potentiels.

par Brigitte Noël
16 janvier 2018, 11:19pm

Photo : Mario Antonio Pena Zapatería/Flickr

Alors que les travailleurs du sexe et les défenseurs des droits de la personne continuent de se battre pour changer la loi régissant l'industrie du sexe qui, selon eux, met les travailleurs et travailleuses en danger, un groupe de Québécois a développé une application visant à sécuriser le métier.

Selon ses fondateurs, Gfendr cherche à offrir « une plateforme sûre et discrète aux travailleuses du sexe pour annoncer leurs services, chercher des clients et communiquer en direct avec eux. » Sa version bêta, en ligne depuis la fin du mois de décembre avec peu ou pas de publicité, a déjà attiré plus de 200 utilisateurs de partout au pays.

La cofondatrice Mélissa Desrochers explique que ce modeste succès démontre qu'il existe un réel besoin pour un tel produit. « Je ne pense pas que cette application va tout changer et régler tous les problèmes, mais on espère que ça va mettre en place des étapes pour protéger les travailleuses. »

L’initiative est accueillie avec un mélange d'optimisme et de scepticisme par les travailleurs du sexe et les organisations connexes qui espèrent que sa simple existence montrera le besoin de changements dans la législation relative au travail du sexe.

En 2013, avec l’arrêt Bedford, la Cour suprême a invalidé des lois régissant le travail du sexe. Cependant, les réformes adoptées par le gouvernement conservateur ont criminalisé plutôt que libéralisé plusieurs aspects du travail du sexe, dont l’achat ou la publicité de services sexuels et le fait de vivre des profits du travail du sexe.

La nouvelle loi a été vertement critiquée par les militants et militantes du milieu, qui affirment que les nouvelles dispositions rendent le travail du sexe plus dangereux puisqu’elles confinent les travailleurs à la clandestinité.

Mélissa Desrochers estime que la plateforme Gfendr permet de centraliser les différentes conversations nécessaires au travail du sexe, ce qui aide les femmes à avoir plus d’informations sur leurs clients et à mieux négocier les transactions.

L'idéal, dit-elle, reste la décriminalisation totale du travail du sexe. « Le sexe tarifé entre adultes consentants, ça ne devrait pas être criminalisé, dit-elle. Il y a beaucoup de conséquences néfastes sur les travailleuses du sexe, ça amène une répression et donc elles ont tendance à se cacher davantage, elles ne peuvent pas se protéger. »

L’application Gfendr a été développée au cours des quatre dernières années par Desrochers — une ancienne étudiant au doctorat en sciences sociales — et deux collègues. La compagnie a aussi fait appel aux conseils d’une ancienne travailleuse du sexe devenue travailleuse sociale. « On a contacté une trentaine de chercheurs et une vingtaine d'organisations à travers le Canada, dit-elle. Les intervenants nous disaient que ça répondait vraiment à un besoin, que justement, il n'existe pas beaucoup de choses pour aider à soutenir les travailleuses du sexe. »

Selon le communiqué de presse annonçant le lancement, Gfendr aiderait les travailleuses du sexe à « mieux définir leurs services, à trouver et à échanger par chat avec les clients

et de fixer les termes de la rencontre. » L’appli permet aussi aux travailleuses et aux clients d’évaluer leurs rencontres et d’ajouter des commentaires. « C’est vraiment quelque chose qui peut permettre d’obtenir plus d’infos sur les clients, qui permet de mieux évaluer si c’est un bon client ou non », dit la cofondatrice.

Certaines fonctionnalités de Gfendr sont cependant préoccupantes d’après Sandra Wesley, la directrice de l'organisme de soutien aux travailleurs du sexe STELLA.

« C’est illégal à plusieurs niveaux, dit-elle. C’est illégal de faire de la publicité pour les services sexuels de quelqu’un d’autre, et donc une application ou un site qui héberge ces annonces commet un crime. De faciliter ou d’encourager le travail des travailleuses du sexe, c’est du proxénétisme et c’est donc un charge à laquelle les gens qui gèrent cette application-là s’exposent. »

Kerry Porth, présidente de la Pivot Legal Society à Vancouver et ex-travailleuse du sexe, partage aussi cette appréhension. « Ils vont se heurter à la clause 286.4 [du Code criminel], qui dicte que quiconque publicise le travail sexuel d'une autre personne commet une infraction. »

Mélissa Desrochers insiste pourtant sur le fait que son équipe a fait ses devoirs. « En fonction du jugement Bedford, on rentre dans les exceptions de la loi, on n’est pas des proxénètes dans la mesure ou on ne dit pas aux femmes ce qu’elles devraient faire, explique-t-elle. On est une technologie qui aide les travailleuses à mieux filtrer les clients. Ce sont les travailleuses du sexe qui créent leur contenu, on ne fait pas les photos, on ne crée pas les profils. »

Elle admet que Gfendr joue dans une zone grise. « On est conscients de ça, mais c’est aussi pour ça qu’il n’existe pas beaucoup de trucs du genre. »

Les travailleuses du sexe consultées par VICE ont surtout dit qu'elles trouvaient le concept de l'application intéressant, mais plusieurs ont avoué avoir des inquiétudes.

Olivia Grace, une travailleuse du sexe basée à Toronto, a dit à VICE que bien qu'elle utiliserait probablement la plateforme, elle continuerait à demander des références externes et à faire son propre dépistage de clients. « Une appli ne peut pas remplacer ton instinct », dit-elle.

L’auteure et ex-travailleuse du sexe Mélodie Nelson dit que bien que l’idée est bonne, elle se questionne quant à la réalité de l'espace sécuritaire proposé. « Les clients prêts à passer à travers un screening exigeants sont plutôt rares et sont déjà respectueux et discrets, trouvant leur aise dans le moyen traditionnel de rencontrer une travailleuse du sexe. »

Jelena Vermillion, une travailleuse du sexe trans établie en Ontario, dit que bien qu’elle avait des doutes quant à la confidentialité du service, le concept de Gfendr semble prometteur. « Quand on entend parler de nouveaux services du genre, il y a toujours un peu de scepticisme, dit-elle. Mais ils semblent vraiment se soucier de la santé et de la sécurité des travailleuses du sexe et surtout de leur capacité à prendre des décisions pour elles-mêmes. »

Chez STELLA, Sandra Wesley s'inquiète surtout de l'utilisation de l'application par la police, qui a parfois tendance à utiliser de telles plateformes pour piéger des clients en prétendant être des escortes. « On voit aussi des policiers qui se font passer pour des clients et qui prennent rendez-vous avec des travailleuses du sexe pour aller les voir et les interroger, les déporter si elles sont migrantes ou bien leur faire la morale, » ajoute-t-elle.

Mélissa Desrochers souhaite établir un lien de confiance avec les policiers : si les autorités comprennent bien le mandat de Gfendr et ont l’assurance que l'application est responsable et sûre, elle estime que la répression ne sera pas un problème. « On veut éventuellement travailler de façon conjointe pour intégrer une fonction qui permet de signaler les comportements inappropriés, les utilisateurs qui ont des comportements violents, les fraudes, les faux profils, les profils de mineurs ou de personnes qui pourraient être liées au trafic humain », dit-elle, ajoutant que ces signalements pourront être faits de façon anonyme.

Tagged:
prostitution
techno
actualités
travailleuses du sexe
travail du sexe
gfendr
Mélissa Desrochers