Photos

Des photos qui montrent qu’il y a plus à Gaza que le conflit

Quatre photographes basés à Gaza prennent des photos dans leurs endroits préférés pour montrer un autre côté de la région et de ses habitants.

par Rowaida Amer
22 août 2018, 6:14pm

Photo by Abdel Karim Hana

L’article original a été publié sur VICE Arabie

Pour beaucoup, la bande de Gaza est synonyme de conflit et de souffrance. Mais quatre jeunes photographes locaux tentent d’élargir les horizons.

Avec leurs photos, Sanad Abu Latifa, 22 ans, Abdel Karim Hana, 23 ans, Mahmoud Khattab, 26 ans, et Mariam Abu Daqqa, 26 ans, montrent qu’en dépit des nombreux problèmes auxquels font face les deux millions d’habitants de Gaza, leur vie n’est pas que conflit. Individuellement, chacun de ces quatre photographes se concentre sur ses aspects préférés du territoire, et, collectivement, ils aident à voir davantage ce que c’est de vivre, de travailler et de jouer à Gaza.

Photo: Mahmoud Khattab

Selon Mahmoud Khattab, le mieux à Gaza, ce sont les plages. En été, pendant les pannes d’électricité qui durent jusqu’à 16 heures par jour, les gens se rendent souvent à la plage pour échapper à la chaleur et se rafraîchir, me dit-il. C’est une chance pour les adultes de se détendre et d’oublier la réalité quotidienne de Gaza, et, pour les enfants, c’est un espace pour jouer. C’est une scène vraiment magnifique. »

Pour plus d’articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Abdel Karim Hana aime déambuler dans différents quartiers et prendre en photo les détails de la vie quotidienne. « Ce qui me fascine dans ces quartiers, c’est la simplicité et la beauté des résidents, souvent de bonne humeur malgré tout ce qui se passe autour d’eux, dit-il. Quand on se promène, on se rend compte que ce sont les gens qui définissent la région, et non pas l’interminable conflit. »

Photo: Abdel Karim Hana

Pour Sanad Abu Latifa, l’objectif est de montrer les gens qui exercent leur métier. « À la fin de 2017, j’ai pris quelques photos de Rashah al-Hissi, appelé là-bas le “cheikh des pêcheurs”, dont la vie se compose de son bateau et des filets de pêche qu’il fabrique depuis plus de 60 ans, me dit Sanad. Chaque fois que je vais dans le port, j’y vois Rashad. Il a 76 ans maintenant et, après toutes ces années, il me dit qu’il est toujours aussi passionné par son travail. »

Rashash al-Hissi. Photo: Sanad Abu Latifa.

Pour Mariam Abu Daqqa, rien ne vaut la joie de prendre en photo des enfants en train de jouer. « Pour moi, les sourires sur leur visage parlent d’espoir, explique-t-elle. Malgré toutes les difficultés de la vie dans cette région dangereuse, on peut toujours y voir beaucoup de bonheur. Et quand j’en vois, je dois m’arrêter et le photographier. »

Regardez ci-dessous d’autres photos de Mariam, d’Abdel, de Mahmoud et de Sanad.

Photo: Mariam Abu Daqqa
Photo: Mariam Abu Daqqa
Photo: Mariam Abu Daqqa
Photo: Abdel Karim Hana
Photo: Abdel Karim Hana
Photo: Mahmoud Khattab
Photo: Mahmoud Khattab
Photo: Sanad Abu Latifa