Publicité
politique

Confrontation entre militants ultranationalistes et antifas à Montréal

En pleine canicule, les deux groupes se sont regardés en chiens de faïence pendant des heures.

par Simon Coutu
01 juillet 2018, 9:28pm

Les groupes La Meute et Storm Alliance ont manifesté dimanche après-midi, rue Saint-Antoine, contre ce qu’ils considèrent comme de l’immigration illégale au Canada. Ils avaient annoncé une marche silencieuse au centre-ville. Ils ont plutôt été pris en sandwich par deux contingents antiracistes pendant de longues heures.

« Vous êtes pognés ! On a toute la journée, on est en congé! », scandaient les dizaines de militants antifascistes. Du côté des groupes ultranationalistes, ils n’étaient pas beaucoup plus nombreux à chercher l’ombre par cette chaleur accablante.

Le groupe s’est installé dans l’entrée du stationnement du 1000 de la Gauchetière, au pied des bureaux d’Immigration, réfugiés et citoyenneté Canada. La scène n’était pas sans rappeler la manifestation de La Meute du 20 août dernier à Québec, lorsqu’ils sont restés des heures enfermés dans un stationnement.

« Le gouvernement canadien n’a pas reçu le mandat de recevoir des réfugiés de façon illégale, dit le porte-parole de La Meute, Sylvain Brouillette. Quand ils rentrent de la sorte, on n’a aucun contrôle, ce n’est pas nous qui les choisissons. Ça met notre système d’immigration en l’air. »

La Meute et Storm Alliance avaient annoncé la plus grande manifestation de leur histoire. Finalement, ils étaient plus d’une centaine de personnes, sous un soleil de plomb, avec leurs drapeaux du Québec, leurs casquettes et leur service de sécurité.

Photo : Nicolas Gouin

Du côté antifasciste, un nombre similaire de militants masqués scandaient « fait chaud pour les fachos ». Le premier point de rencontre de la « Mobilisation antiraciste contre La Meute et l’extrême droite » avait lieu à la place Simon-Valois, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, à midi. Mais rapidement, le groupe s’est déplacé vers le centre-ville pour accueillir la droite identitaire qui a pris la rue vers 13h.

« Ces groupes nous inquiètent, avance un militant qui a demandé de conserver l’anonymat. Il y a de plus en plus de tolérance pour les idées néo-fascistes et néonazies parmi les membres de La Meute et de Storm Alliance. Sur leurs groupes Facebook, ça fait des blagues racistes. Ils ne peuvent plus cacher qu’ils sont d’extrême droite. Ils sont contre l’immigration et contre l’islam et on ne peut pas permettre ça à Montréal. »

Après quelques heures de manifestation, les groupes de droite nationalistes n’ont finalement pas réussi à marcher dans les rues de Montréal. « Je suis content qu’on ait réussi à bloquer La Meute, affirme une militante antifasciste. C’est une bonne chose, mais j’aurais aimé voir plus de gens sur place pour s’opposer de façon active à ces groupes. »

La droite ultranationaliste n’avait pas affiché une telle unité depuis la manifestation du 25 novembre dernier, à Québec. Après des mois de bisbille, cet hiver, ils semblent avoir enterré la hache de guerre. Au cours de la dernière année, des conflits internes, autant du côté de La Meute que de Storm Alliance, ont forcé des changements de leadership.

Photo : Nicolas Gouin

Durant le mois dernier, les groupes nationalistes ont coordonné leur action auprès du Service de police de la Ville de Montréal pour organiser cette manifestation. D’ailleurs, ils étaient lourdement protégés par l’escouade antiémeute, qui ne laissait même pas passer les journalistes du côté des militants de droite.

Photo : Nicolas Gouin

Cette semaine, Nathalie Goulet, responsable de la sécurité à la Ville de Montréal, a affirmé qu’elle était « très préoccupée par les manifestations d'extrême droite qu'on voit arriver à Montréal ». Le porte-parole de La Meute s’est insurgé de ces propos de la part d’une membre de l’administration de Valérie Plante.

« On nous a traités de néonazis, c’est complètement ridicule, dit Sylvain Brouillette. Tous les citoyens ont les mêmes droits. C’est une déclaration totalement irresponsable qui incite à la violence. Ça ne restera pas là, c’est certain. »

Vers 17h, les membres de La Meute et de Storm Alliance sont partis à bord d’autobus jaunes. D'ailleurs, un de ces véhicules aurait été vandalisé selon le SPVM, qui ne pouvait confirmer aucune arrestation au moment de publier. Tous les manifestants ont quitté le centre-ville en chantant « nanana, hey hey, goodbye! »

Simon Coutu est sur Twitter .