Les employés de la Société québécoise du cannabis vous feront la morale

Oubliez tout de suite l’idée qu’ils seront des sommeliers du weed.

|
oct. 11 2018, 5:25pm

Illustrations fournies par la SQDC

À moins d’une semaine de la légalisation du cannabis, les succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC) se préparent à la grande ouverture, le 17 octobre. Fraîchement formés, les employés s’apprêtent à vendre des grammes et des grammes de drogue douce, tout à fait légalement. Toutefois, attendez-vous à vous faire sermonner par ces nouveaux commis, qui, pour la plupart, sont loin d’être des sommeliers du weed.

Éric* se considère comme un passionné du cannabis. Il fume régulièrement et se procure généralement des variétés exotiques produites en Colombie-Britannique auprès de son revendeur.

Il n’a donc pas hésité à postuler pour un poste de commis à la SQDC. Mais lors de son entrevue d’embauche, les recruteurs n’étaient absolument pas intéressés par sa connaissance des cannabinoïdes.

« En 40 minutes, on n’a pas parlé une fois de cannabis. Je crois qu’ils ne cherchent pas de bons vendeurs, mais des conseillers ou des accompagnateurs. La SQDC est prise avec le rôle ingrat de vendre un produit, sans avoir le droit d’en faire la promotion. »

La société d’État n’a pas manqué de candidats, qu’ils soient fumeurs ou non. Au mois de juillet seulement, 5000 personnes ont postulé. « On cherchait principalement des gens intéressés par le commerce de détail, qui veulent travailler avec le public », dit le porte-parole de la SQDC, Mathieu Gaudreault.

Pour l’instant, les employés ont reçu deux formations en ligne et une autre en personne, donnée par une firme externe. Éric admet qu’il a été agréablement surpris des passages sur la botanique, qui étaient très complets, selon lui. « Franchement, je m’attendais à ce que ce soit beaucoup plus en surface. »

Toutefois, le chapitre en classe sur la prévention a fait déchanter plusieurs employés. Ils ont appris que chaque interaction avec un client devra s’accompagner de conseils sur la santé et la sécurité. « Lorsque je vends un joint, je vais systématiquement devoir dire que la fumée, ce n’est pas bon pour la santé et qu’il y a des risques de développer un cancer du poumon, dit Christine*. On doit aussi parler de la conduite en état d’ébriété, des mélanges avec de l’alcool et des risques de développer une dépendance. Les employés de la SAQ ne parlent pas des risques pour le foie quand ils vendent de l’alcool! »

Éric estime d’ailleurs que cette mesure risque de décourager certains clients de franchir les portes de la SQDC. « Si à chaque fois il faut moraliser les gens, ça va mal finir, dit-il. Mais en même temps, je me dis qu’il faut peut-être donner la chance au coureur. Ils vont peut-être se rendre compte que ce n’est pas parce que le pot est légal que tout le monde va se mettre à fumer du crack dans la rue. »

Les employés de la SQDC devront donc poser six questions aux clients. Ils devront s’informer :

  • du niveau de connaissance du cannabis,
  • de l’intensité recherchée,
  • du mode de consommation désiré,
  • des circonstances de consommation anticipées,
  • des arômes souhaités,
  • de la gamme de prix.

Et la SQDC aura un grand parti pris pour les gélules et l’huile de cannabis, moins nocives pour la santé puisqu’elles n’impliquent aucune combustion. « Ils en font une obsession, ajoute Éric. Si une personne vient acheter trois joints et qu’elle repart avec une boîte de 30 gélules, je ne suis pas certain que c’est une bonne chose. Pour une première expérience, ingérer du pot, c’est un trip qui peut être vraiment long et intense. »

En ce qui concerne le service à la clientèle, le porte-parole de la société d’État se veut rassurant. S’il est vrai que toute discussion avec un commis devra s’accompagner de conseils sur la santé et la sécurité, il sera aussi possible d’aller directement au comptoir, sans se faire importuner.

« Il va y avoir un fast track pour ceux qui ne veulent pas échanger, dit Mathieu Gaudreault. Mais il faut rappeler que notre mission n’est pas commerciale, mais bien d’informer et d’éduquer. On ne veut pas créer de nouvelle clientèle. »

Point positif : les clients auront l’embarras du choix. La SQDC proposera quelque 150 produits provenant de six producteurs autorisés. Durant la première année, il sera donc possible de se procurer du cannabis séché en fleur (des cocottes) ou moulu, de l’huile, des gélules ou des vaporisateurs oraux.

Mais pas question d’offrir des prix de gros. Le coût au gramme – environ 6 $, selon le PDG de la SQDC, Alain Brunet – sera le même, peu importe la quantité. Et un client ne pourra acheter plus de 30 grammes par visite. Ce qui laisse croire à Éric que le marché noir risque de garder sa part de tarte. « Pour beaucoup de gens, ce que ça va changer, c’est l’accès à de la variété, estime-t-il. Mais les gens qui veulent faire des économies vont devoir aller voir leur ancien dealer. »

Selon Mathieu Gaudreault, la SQDC veut ainsi éviter de banaliser le produit. « On ne veut pas encourager la consommation et créer de nouveaux clients. En même temps, ce ne sera pas trop cher pour éviter de pousser les clients vers le marché noir. »

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Le porte-parole de la société d’État confirme que 12 succursales seront prêtes pour le 17 octobre. Trois autres devraient ouvrir au courant des semaines suivantes. À Montréal, la boutique de la rue Sainte-Catherine, près de la place Émilie-Gamelin, ne sera pas prête à temps pour la légalisation.

Les commis de la SQDC font donc leur entrée cette semaine dans les succursales, qui seront sans doute prises d’assaut mercredi. Et non, ils n’auront pas droit à des rabais d’employés. D’ailleurs, Éric ne sait toujours pas s’il va arrêter d’appeler son dealer au lendemain de la légalisation.

* Les noms des employés ont été changés parce qu’ils ne sont pas autorisés à parler au nom de la SQDC.

Simon Coutu est sur Twitter .

Plus de VICE
Chaînes de VICE