Une radio de Québec accusée de propagande en faveur d’un candidat à la mairie

Selon la Coalition sortons les radios-poubelles de Québec, Jean-François Gosselin est un « pantin » de Jeff Fillion, le populaire et controversé animateur de Radio X.

|
févr. 26 2018, 10:18pm

Jean-François Gosselin. Crédit photo: Francis Vachon/ La Presse canadienne

La Coalition sortons les radios-poubelles de Québec a déposé en décembre une plainte contre Radio X auprès du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). D’après la Coalition, qui dit vouloir « mobiliser, sensibiliser et informer la population de Québec par rapport aux propos haineux véhiculés » par certaines radios privées, Radio X aurait abusé de son influence afin de faire élire Jean-François Gosselin et son parti Québec 21 à la mairie. Gosselin a terminé deuxième dans la course avec 28 % des appuis, loin derrière les 55 % recueillis par le maire Régis Labeaume.

Dans un article sur son site, la Coalition affirme que la dernière campagne constitue « peut-être la première fois que Radio X crée et contrôle un parti politique de A à Z ». Elle avance que Jean-François Gosselin est un « pantin » de Jeff Fillion, le populaire et controversé animateur de la station. Selon la plainte, Radio X a accordé plus de temps d’antenne à Gosselin qu’aux autres candidats à la mairie dans les semaines avant les élections municipales de l’automne dernier, et lui aurait offert une couverture médiatique disproportionnée. Cela contreviendrait aux directives du CRTC : les détenteurs d’une licence de radiodiffusion ont l’obligation « d'assurer un traitement équitable – soit juste – des questions, des candidats et des partis. »

D’après la Coalition, Gosselin a été interviewé par Radio X huit fois, alors que Mario Hudon et Anne Guerrette n’ont été de passage que deux fois chacun. Labeaume n’est pas passé en entrevue du tout. De plus, en matière de couverture, on note qu’une vaste majorité des commentaires à propos de Labeaume étaient défavorables à son endroit, alors que Gosselin a reçu une couverture extrêmement positive. La Coalition avance que Radio X aurait fait de la propagande afin de discréditer Labeaume et entacher sa réputation, donnant du même coup une meilleure image à Gosselin.

Dans une première réponse fournie au CRTC après avoir pris connaissance de la plainte, RNC Media, le groupe qui détient Radio X, a affirmé avoir invité les autres partis à plusieurs reprises, mais qu’ils ont refusé l’invitation ou n’y ont tout simplement pas répondu. Nous avons tenté de joindre RNC Media, qui n’avait pas répondu au moment de publier.

Le CRTC a pour sa part demandé à RNC Media de fournir des preuves que tous les candidats ont eu droit à une plateforme leur donnant la chance d’exposer leurs idées, que le public a été adéquatement informé des positions de tous les candidats et partis, et que la chaîne a donné une chance égale à tous les partis. Si les preuves sont insuffisantes, cela sera ajouté au dossier de RNC Media et des conditions ou des changements aux conditions de leur licence pourraient être appliqués, m’a expliqué au téléphone Céline Legault, chef d’équipe des services aux secteurs du CRTC.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

De son propre aveu, Jean-François Gosselin concède que Fillion est responsable de son éducation politique. Et on constate aussi que beaucoup de ses idées sont en accord avec celles de l’animateur, que ce soit leur point de vue dans le dossier du « troisième lien » afin de relier Québec et Lévis, leur scepticisme en ce qui a trait aux changements climatiques, leur penchant pro-entreprises ou leur mépris pour les transports en commun.

Radio X n’en est pas à ses premiers démêlés avec le CRTC. En 2004, dans un des cas les plus célèbres dans lesquels a été impliqué l’organisme, le Conseil a tenté de faire fermer la station, notamment à cause de commentaires et propos tenus par Fillion. L’animateur-vedette a aussi été poursuivi en justice de nombreuses fois.

En 2009, Jeff Fillion lui-même s’est présenté contre le maire de Québec, Régis Labeaume, aux élections municipales, récoltant un peu plus de 8 % du vote populaire contre presque 80 % pour Labeaume. Fillion avait alors accusé les médias généralistes d’être responsables de sa défaite.

Billy Eff est sur internet ici et .

Plus de VICE
Chaînes de VICE