iris bouw

Comment les serveurs se vengent des clients chiants

Quand on est confronté tous les jours à la haine des clients qui ragent ou font preuve de méchanceté gratuite, on pense forcément aux représailles.

|
juil. 17 2017, 7:05pm

iris bouw

Tous ceux qui travaillent dans la restauration le savent. Pour survivre dans ce milieu, il faut absolument avoir intégré les leçons du genre « Réactions appropriées face à un comportement agressif ». Quand vous atterrissez dans le monde cruel des clients ingrats, c'est le seul truc capable de préserver votre santé mentale.

On peut s'amuser en travaillant comme serveur, mais il suffit d'un client mal luné pour faire dérailler le joyeux train de votre service. Si ça vous arrive, il existe une méthode assez connue pour s'en sortir ; forcez un sourire, foncez vers la cuisine, hurlez, cassez du sucre sur le dos du client avec vos collègues puis retournez en salle. Vous avez repris le contrôle de vous-même. Vous êtes à nouveau capable de jouer votre partition « naturelle et charmante » à la perfection. Vous méritez un Oscar.

Confronté à une explosion délirante de rage pure, le plus gentil des serveurs peut se transformer en horrible Machiavel et fomenter un acte de revanche terrible. J'ai demandé à quatre personnes qui travaillent dans la restauration de me raconter leur pire – ou leur meilleure, ça dépend du point de vue – manière qu'ils ont trouvée de se venger d'un client particulièrement odieux.

La morale de l'histoire ? À moins que vous vouliez que votre verre à pinte ait été nettoyé avec un une brosse à récurer les toilettes ou qu'on crache dans votre cocktail, pensez-y à deux fois avant de faire chier la personne qui s'occupe de vos plats ou de vos boissons.

« Un jour, on a décidé de lui faire un hamburger normal avec de la vraie viande au lieu de la traditionnelle galette végétarienne »

Rick, 27 ans, serveur

On avait une cliente vraiment horrible qui revenait tout le temps au resto. C'était une fille pathétique. Elle se plaignait fréquemment de choses complètement aléatoires. Mais au lieu de nous prévenir et d'accepter qu'on tente d'arranger la situation, elle prenait des photos et les envoyait dans la section « remarques » du site du restaurant. Les courriels remontaient inévitablement jusqu'aux oreilles de notre boss qui, en retour, nous pétait une coche.

Elle se plaignait constamment. Elle disait être intolérante au gluten, mais n'arrêtait pas de commander un burger veggie (bien sûr, elle était aussi végétarienne) avec deux pains à hamburger qui, eux, n'étaient pas du tout gluten free. Quand on le lui disait, elle disait qu'elle n'allait pas manger le pain. Mais à la fin de la soirée, ça ne ratait pas, les pains avaient toujours disparu.

Parce qu'elle n'arrêtait pas de chialer, on a décidé un jour de lui faire un hamburger normal avec de la vraie viande au lieu de la traditionnelle galette végétarienne. On a attendu que le jus de la boulette de viande imprègne bien le pain et, juste avant de lui servir, on a finalement mis la galette végétarienne. Elle n'y a vu que du feu. J'ai beaucoup apprécié ce moment tout en me sentant profondément coupable (parce que ce n'était pas bien de faire ça).

À lire aussi : Est-il temps d'abolir les pourboires?

Photo via Flickr

Sabri, 26 ans, barman

Généralement, j'ai une règle avec les clients chiants : je les ignore. Mon collègue derrière le bar n'y arrive pas. Quand il a quelqu'un qui l'énerve, il va moins bien le servir. Par exemple, il va mettre 3 oz de vodka au lieu des 8 annoncés dans la recette du cocktail.

Par contre, il y a un truc que je faisais assez régulièrement, c'était de me venger sur quelqu'un que je détestais encore plus que les clients chiants : le chef. Ses repas du staff étaient vraiment dégueulasses – super épicé ou super gras, juste pour nous faire chier. En plus, il était vachement arrogant – le stéréotype du mec qui ne peut pas être heureux avant d'avoir humilié au moins une fois l'ensemble de ses subalternes. Je ne supportais tellement pas ce genre de comportement que les choses ont plusieurs fois tourné au vinaigre. Il y a eu des cris et on en est presque venu aux mains. Depuis, j'ai toujours refusé de lui servir des verres, mais les managers n'étaient pas spécialement d'accord avec ce boycott.

On me demandait de servir un verre au staff en cuisine dès la fin de leur service. Ça me faisait vraiment chier mais la goutte d'eau qui a fait déborder le vase c'est quand le chef a foutu exprès du porc dans ma bouffe. Il savait très bien que je n'en mangeais pas. À partir de ce moment, la guerre était déclarée.

J'avais remarqué la présence d'un balai à chiottes dans les cabinets. Il était dégueulasse vu que personne n'avait pensé à le remplacer. J'ai donc décidé de nettoyer le verre du chef avec ce balai. Chaque nuit. C'était le verre qu'il utilisait pour siffler sa première bière de la soirée. J'ai été surpris qu'il ne remarque rien. La bière avait un goût weird mais il buvait ça tellement vite.

La seule autre personne qui était au courant de mon plan, c'était mon busboy. Si je n'avais pas le temps d'aller aux toilettes pour le faire, il le faisait à ma place et me donnait un coup de main. Rétrospectivement, je sais que je n'aurais pas dû faire ça mais ce gars m'a donné de la merde à bouffer, en retour, je lui ai filé de la merde à boire.

Dimi, 30 ans, chef

Je me rappelle qu'un collègue s'était mangé une grosse amende de la part de deux policiers et que, quelques jours plus tard, ces mêmes policiers avaient débarqué au resto pour s'acheter un sandwich à emporter. Il les a reconnus tout de suite et, pour se venger, il a frotté sa bite sur tout le pain avant d'y ajouter la garniture.

Autre acte de vengeance dont j'ai été le témoin privilégié, des cuisiniers qui se faisaient des passes au sol avec la viande des burgers avant de la mettre entre les buns. Comme je crois au karma, je ne participais pas à ce genre d'activités.

Photo via Rafael Poschmann

Laila, 31 ans, ancienne serveuse

Quand j'avais 18 ans, je travaillais dans un salon de thé aux Pays-Bas. Un jour, la nouvelle blonde de mon ex est venue s'asseoir à une des tables. J'ai immédiatement su qui elle était et je me suis sentie merdique parce que je devais aller la servir. On aurait dit qu'elle avait encore plus de pouvoir sur moi. C'était atroce. Je pouvais voir son petit sourire de satisfaction particulièrement barbant alors qu'elle commandait un cocktail vert clair appelé Jungle Juice.

J'ai dit à une de mes collègues au bar que j'avais vraiment envie de cracher dans le verre. Sans hésiter, elle a raclé le fond de sa gorge et lâché un gros crachat dans le blender avec les autres ingrédients. Le bar était au fond de la salle donc les clients ne pouvaient pas voir ce qu'on était en train de manigancer. Elle a brièvement passé le tout au blender avant de le verser dans un verre. Il y avait un peu de mousse blanche qui flottait à la surface.

Je me rappelle avoir agité frénétiquement une paille pour essayer de camoufler le méfait. Une fois le cocktail sur la table, je l'ai vue l'avaler et c'était vraiment trop bon. On en rigole encore. Et puis elle et mon ex se sont séparé il y a quelques mois. Comme quoi.

Plus de VICE
Chaînes de VICE