Publicité
Commandité

Pour ces artisans du virage écologique, le diable est dans les détails

Trois entrepreneurs nous expliquent comment ils ont changé leurs habitudes sans perdre leur chemise

par La rédaction de VICE
19 novembre 2018, 5:41pm
logo Keurig

Des fois, il ne suffit pas de le vouloir pour faire mieux. Il faut une dose de créativité pour y arriver. Et pour les propriétaires de petites entreprises, un virage vert comporte son lot de défis.

Pour Mickey Rizk, le directeur général du bar Le Mal Nécéssaire, prendre un virage vert a voulu dire trouver le moyen d'utiliser toutes les parties des fruits qui ornent ses cocktails plutôt que de les jeter. Pour l’imprimeur Shah Kash, du Letter Bet, il lui a fallu trouver des encres biodégradables pour ses sérigraphies. Et pour Fabien Loszach, de PortFranc, ç’a voulu dire tenter d’importer ses pantoufles d’outre-mer par voilier. « Le bateau, on sait quand il part, raconte-t-il, mais on ne sait pas quand il arrive. »

S’ils conservent tous quelques cicatrices de leurs premiers pas vers une empreinte écologique plus responsable, ils servent désormais d’exemples au sein de leurs industries respectives.

Parce que qui ne tente rien n’a rien.