Quantcast
Voici ce qu’on retrouve dans le guide pour les immigrants de la Ville de Québec

Citons ce curieux passage de six lignes sur l'inceste, simplifiées au possible, qui se trouve au début du guide : « Parent + enfant = illégal ».

Pour favoriser la bonne intégration des migrants et réfugiés dans la capitale, la Ville de Québec a élaboré, « sur la base des besoins exprimés par différents organismes, des intervenants dédiés aux communautés culturelles et des personnes immigrantes elles-mêmes lors de consultations », un guide intitulé Québec, Une ville pour moi.

Or, le secret entoure la publication de ce document. Peu d'informations ont circulé dans les médias à son sujet, et nos multiples demandes d'entrevue à la mairie sont restées lettre morte. La Ville nous a indiqué par courriel que le guide n'était pas encore diffusé dans les 135 organismes auxquels il est destiné. « Des rencontres se dérouleront d'ici quelques semaines », assure-t-on.

Le document nous a été envoyé par une personne qui a refusé de s'identifier, mais la Ville a confirmé l'authenticité des images. Voici donc ce qu'elles contiennent.

Un drôle de guide

Québec, Une ville pour moi se veut tant une boussole des moeurs québécoises qu'un mode d'emploi de la vie dans la Belle Province, et plus précisément sa capitale. On y explique les démarches pour l'obtention du permis de conduire, le fonctionnement du système de santé, du système scolaire, on donne des pistes pour s'alimenter à bas prix, tout en soulignant l'importance du français…

Cependant, on y trouve une série d'indications plus saugrenues, comme l'utilisation de bandes réfléchissantes pour marcher en sécurité le soir, une section complète sur l'utilisation d'un four et le débouchage des toilettes, l'importance de laver ses vêtements, de ne pas battre ses enfants et de ne pas uriner sur la voie publique.

Pour avoir une idée de la manière dont le guide pourrait être perçu par les nouveaux arrivants, nous l'avons fait parvenir à Samir Rahmouni, un kabyle des montagnes de Tizi Ouzou, en Algérie, qui fait présentement des démarches pour émigrer au Québec.

Nuancé, il considère comme bienvenus les passages sur l'insertion professionnelle, le logement, l'apprentissage de la langue et les divertissements et loisirs, puisqu'ils peuvent réellement faciliter l'intégration des immigrants. Il juge cependant certaines portions inutiles, dont celles où l'on traite « de l'hygiène corporelle, de comment se servir de sa cuisine et des prises électriques et des fourneaux. »

« Je pense que la partie sur le bon voisinage, au cours de laquelle le migrant apprend à sa grande stupeur que Québec est une ville disposant de bâtiments (qui l'eut cru!) et surtout que ces bâtiments sont habités par des êtres humain (encore plus fou!) est assez condescendante envers le migrant. Cette partie, je l'ai prise comme un "Fais toi discret mon coco, tu ne vis plus dans ta hutte" ».

« Je ne vois pas ce que ce genre d'informations peuvent apporter à un migrant. Au contraire, je pense qu'elles peuvent avoir sur lui un aspect négatif, où il peut se sentir jugé comme une personne négligée, surtout au vu du vocabulaire hautin que prend cette partie, en s'adressant au migrant comme à un enfant, critique l'Algérien. Ceux qui ont rédigé et approuvé ce guide, ils donnent l'impression d'avoir une mentalité assez étroite, avec plein d'idées préconçues sur les migrants. »

Certaines parties du guide semblent en effet présumer que les migrants n'ont aucune connaissance de la vie en société, ou encore du code criminel canadien. Citons ce curieux passage de six lignes sur l'inceste, simplifiées au possible, qui se trouve au début du guide : « Parent + enfant = illégal ».

Par contre, on s'assure de fournir au migrant une section de 6 pages complètes sur la météo au Québec, de lui dire que les mitaines sont plus chaudes que les gants, de lui expliquer qu'au printemps, « la sève des érables coule et permet la production de sirop d'érable », de détailler exhaustivement la manière de décoder un bulletin météo, et de dédier un paragraphe entier aux rayons UV.

Comme quoi on peut expliquer avec précision les probabilités de précipitations, mais pour une relation incestueuse, on préfère en rester à une équation mathématique de base. (D'ailleurs, quelqu'un s'est-il demandé si les migrants comprennent réellement les équations mathématiques? N'aurait-il pas été plus avenant de faire un schéma sur un boulier, ou encore de le graver en écriture cunéiforme sur une plaque d'argile? Les réfugiés mésopotamiens seraient ravis.)

Pour Samir, le guide « rate son objectif premier, qui est d'informer le migrant sur la ville de Québec et le mode de vie au sein de cette cité. Là où il devient clairement hors de propos, c'est quand il aborde les sujets que j'ai mentionnés, qui à mon sens ne sont pas les affaires de la ville de Québec et non rien à faire sur un guide qui promeut l'intégration. »

Que se passe-t-il à la Ville?

Du côté de l'opposition, on se pose beaucoup de questions par rapport au guide. La chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, ne l'a jamais eu entre les mains.

« C'est un dossier qui a été décidé entre quatre murs, directement dans le bureau du maire ou par le comité exécutif. Ce que je sais, je l'ai appris dans journal, comme tout le monde », indique-t-elle, faisant référence à un article du Journal de Québec, qui cite le guide. Fin décembre, elle avait jugé « insultants » certains passages relayés par ce média.

Anne Guérette ignore ce qu'il advient du dossier, mais se questionne sur un possible revers de la mairie, depuis l'attentat de Québec. « Est-ce qu'on se rend compte que ce guide, ce n'était pas une bonne idée? Est-ce qu'on cherche à l'étouffer, à le faire disparaître? Du moins on n'en fait aucune promotion », remarque-t-elle.

La Ville assure cependant que le guide n'a pas été modifié, malgré les critiques de la cheffe de l'opposition municipale.

« Le guide rassemble des fiches amovibles. Les fiches appropriées seront remises selon les besoins de la personne immigrante (Les enfants, Les loisirs, Trouver un logement, etc.). Il y aura toujours un accompagnement lors de la remise des fiches pour s'assurer de sa bonne compréhension », indique-t-on par courriel.

*Cet article a été modifié afin d'y ajouter les commentaires de la Ville de Québec.