musique

Cette semaine, on écoute : Octo Octa, Kornél Kovács et Potty Mouth

Les nouveautés musicales de cette première semaine de mars, compilées par vos amis chez VICE.

par Billy Eff
08 mars 2019, 10:11pm

La neige fond tranquillement, le soleil se fait plus collaboratif et on est choyés côté musique cette semaine. Il y a de l’expérimental fait pour les amoureux qui nous vient d’Octo Octa, Kornél Kovás revient à la charge avec de la house qui sent le printemps, et les filles de Potty Mouth nous en mettent plein la gueule avec leur punk aux touches sentimentales.

Pour faire le party à deux: Bodies Meld Together, de Octo Octa

La DJ et productrice brooklynoise Octo Octa vient tout juste de faire paraître For Lovers, un EP qui, comme son nom le suggère, est parfait pour se coller entre amoureux. Sur le EP de trois chansons, Bodies Meld Together est vraiment celle qui retient l’attention. Les percussions frappent fort, mais les lignes de synthés discrètes donnent au morceau un côté sensuel, accentué par la voix féminine qui s’exclame en boucle. Octo Octa surfe ici sur la ligne entre l’IDM et la house, avec une conception sonore bien léchée sans pour autant donner un caractère aseptisé à ce EP lascif.

Pour oublier qu’on vieillit : 22, de Potty Mouth

Potty Mouth avait beaucoup fait parler de lui lorsqu’il a sorti Hell Bent, son premier album, en 2013. À l’époque, le son était gouailleur et brut. Sur SNAFU, un nouvel album sorti vendredi dernier, on découvre un tout autre côté du groupe du Massachusetts, plus poli et mature. C’est un peu comme si les filles étaient passées du garage au studio professionnel. Si elles ont dans le passé fait des tournées avec des groupes punks comme Against Me! et LVL UP, elles pourraient bien grâce à ce nouvel opus se retrouver aux côtés de groupes plus mainstream, comme Simple Plan ou Good Charlotte.

Sur 22, le deuxième morceau de SNAFU, les filles sont à mi-chemin entre What’s My Age Again? » et (l’autre) 22, injectant à un hymne à la jeunesse une bonne dose d’autodépréciation typique du pop punk.

Pour célébrer le printemps le printemps qui arrive : Rocks, Kornél Kovács

Il y a toujours une certaine mélancolie qui vient avec le fait de revenir dans la ville où on a grandi. C’est exactement ce qui a poussé le producteur suédois Kornél Kovács à créer son prochain album, Stockhom Marathon. Après son retour dans la « Venise du Nord », le producteur a décidé de collaborer avec ses amis et de faire le plus de musique possible pour combattre l’ennui et le froid. Cet album de huit chansons sortira le 26 avril prochain.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

En attendant, Kornél Kovács nous donne Rocks à nous mettre sous la dent. Ce n’est vraiment pas le genre de morceau à écouter si vous voulez vous morfondre, car dès les premières notes, on sait qu’on a affaire à un hymne printanier enjoué, avec des accents tantôt disco, tantôt baléariques. Pour les voix, Kovács a recruté ses amies DJ et compatriotes suédoises, Rebecca & Fiona.

Billy Eff est sur internet ici et .