L’étrange disparition des étudiants saoudiens accusés de crimes aux États-Unis

D’après les rumeurs, le gouvernement saoudien aurait aidé ses citoyens à échapper à un procès pour des crimes graves.

|
01 mars 2019, 8:26pm

À gauche : photo de Abdulrahman Sameer Noorah via le bureau du shérif du comté de Multnomah. À droite : Photo de l'ambassade saoudienne par Safvan Allahverdi/Agence Anadolu/Getty

Cet article a été traduit par VICE France.

En juin 2017, Abdulrahman Sameer Noorah, un jeune saoudien qui étudiait au Portland Community College, aux États-Unis, devait être traduit en justice pour avoir prétendument tué une adolescente de 15 ans, Fallon Smart, lors d'un attentat à la bombe. Mais il n'a jamais comparu : environ deux semaines avant le procès, il a été emmené dans un SUV noir, laissant derrière lui le dispositif de localisation précédemment apposé sur sa cheville, selon un article du Oregonian daté du 23 décembre. Les forces de l’ordre estiment que le gouvernement saoudien a aidé et encouragé clandestinement l’évasion de Noorah en lui fournissant un passeport frauduleux et le droit de quitter les États-Unis à bord d’un avion privé.

Et ce n’est pas la première fois que des étudiants saoudiens accusés de crimes horribles en Oregon et ailleurs disparaissent soudainement avant leur procès. Des rapports subséquents de l' Oregonian ont révélé quatre autres cas similaires au sein de l'État depuis 2012 : les honoraires d'avocats et la caution de plusieurs jeunes hommes saoudiens auraient été payés par le gouvernement saoudien. Ces derniers auraient ensuite disparu, alors même qu'ils avaient déjà été destitués de leurs passeports. Parmi les crimes dont on les accuse figurent deux accusations de viol, une accusation de conduite en état d’ivresse avec délit de fuite et plusieurs accusations de pédopornographie.

Après l’assassinat du dissident saoudien et journaliste au Washington Post, Jamal Khashoggi, à l'ambassade saoudienne en Turquie – un acte qui aurait été commandité en grande partie par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman – le contrôle exercé sur l'Arabie saoudite s'est considérablement accru et les politiciens des deux côtés ont commencé à manifester leur mécontentement extrême, la Chambre ayant voté pour mettre fin au soutien américain dans la guerre au Yémen plus tôt ce mois-ci.

Le 29 janvier, Ron Wyden, sénateur de l'Oregon et démocrate au sein du comité du renseignement, a directement lancé un appel au directeur du FBI, Christopher Wray, lors d'une audience. Il a ensuite envoyé une lettre au secrétaire d'État Mike Pompeo à ce sujet. Les deux ont été ignorés, selon Wyden.

« Non seulement c'est très frustrant, mais on voit aussi très bien quelles sont leurs priorités, explique Wyden. Pendant des mois et des mois, nous avons entendu ces personnes parler de « l’Amérique d’abord ». Eh bien, à y regarder de plus près, il semblerait qu’elles accordent la priorité à l’Arabie saoudite. Cela fait six semaines que les forces de l’ordre ont déclaré que les Saoudiens avaient joué un rôle important en chassant ces suspects du pays. Maintenant qu’il s’agit de défendre les familles contre ces crimes brutaux – viol, meurtre – l’administration de Trump va-t-elle passer son tour ? »

Le gouvernement américain n'a pas de dossier sur les ressortissants étrangers qui ont fui les poursuites. Kavanaugh a également découvert que d’autres étudiants saoudiens avaient disparu après avoir été accusés de crimes violents ou sexuels ces dernières années dans le Montana, le Wisconsin, l'Ohio, la Pennsylvanie, l'Oklahoma, l'Utah et l'État de Washington, ainsi que dans la province canadienne de la Nouvelle-Écosse.

Wyden et son collègue, le sénateur de l'Oregon Jeff Merkley, ont proposé une législation comprenant la loi ESCAPE sur les ressortissants saoudiens et la loi sur la préservation de la justice américaine, qui obligerait le gouvernement fédéral à enquêter sur de telles disparitions et à punir le gouvernement saoudien pour son rôle présumé.

« L'idée que le gouvernement saoudien aide activement les citoyens à échapper à la justice après leur implication dans des actes répréhensibles aux États-Unis est complètement erronée »

Certains de ces crimes sont antérieurs à la présidence de Donald Trump, mais Wyden tient le gouvernement actuel pour responsable de ne pas avoir enquêté sur ces disparitions. « Écoutons donc quel est leur argument en faveur du traitement insensé et indifférent de ces familles dont la vie ne sera plus jamais la même, dit-il. Les sénateurs sont en train d’en discuter. C'est ce que nous faisons. Mais j’ai parlé à ces parents et aucun mot ne pourra apaiser leur douleur. Leur vie ne sera plus jamais la même et ils veulent que justice soit faite. »

« Il semble que ce ne soit que la partie émergée de l'iceberg », a déclaré la famille de Fallon Smart dans un communiqué fourni par son avocat, Christopher Larsen. « Ce n’est pas simplement un mépris pour nos lois et notre système de justice. Il semble que la politique et la pratique saoudiennes consistent à aider leurs citoyens à fuir la justice et tous les crimes graves pour lesquels ils devraient être tenus pour responsables. Chaque nouveau rapport est aussi dévastateur que honteux. »

De son côté, le gouvernement saoudien a complètement nié tout acte répréhensible. « L’ambassade du Royaume d’Arabie saoudite et tous ses responsables se conforment strictement aux lois américaines au sein des États-Unis », a écrit l’ambassade saoudienne dans un communiqué, dans lequel il était indiqué que le gouvernement saoudien fournissait une assistance juridique à tous ses citoyens qui ne sont pas incarcérés. « Les missions diplomatiques saoudiennes aux États-Unis ne délivrent pas de titres de voyage aux citoyens engagés dans des procédures judiciaires. L'idée que le gouvernement saoudien aide activement les citoyens à échapper à la justice après leur implication dans des actes répréhensibles aux États-Unis est complètement erronée. »

Le 13 février, plus de six semaines après que Wyden a exhorté le gouvernement à prendre des mesures, le commissaire aux douanes et à la protection des frontières, Kevin McAleenan, a déclaré lors d'une réunion dans le bureau du sénateur qu'une enquête multi-organisationnelle sur ces disparitions avait commencé et que l’administration prenait ces cas très au sérieux.

En ce qui concerne le déni saoudien, Wyden n’en croit pas un mot. Quand on lui a demandé ce que pouvait encourir un pays qui n'avait pas de traité d'extradition avec les États-Unis, Wyden a déclaré qu'il souhaitait utiliser sa position de démocrate au sommet de la commission des finances pour tenter d'imposer des sanctions à l'Arabie saoudite et de créer de sérieuses pénalités fiscales jusqu'à ce que le royaume coopère avec l'enquête. Wyden aimerait également que Mike Pompeo [le directeur de la CIA, ndlr] convoque l'ambassadeur d'Arabie saoudite, afin de lui demander des réponses et une assistance pour ramener les hommes recherchés aux États-Unis, et que toute personne impliquée dans ces crimes devienne persona non grata.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

« Évidemment, le président Trump évoque toujours les opportunités commerciales avec les Saoudiens et leurs investissements en vue de créer des emplois, etc., poursuit Wyden. Mais d’après moi, il s’agit d’un régime médiéval qui essaie de faire fi des normes diplomatiques modernes. L'administration Trump va-t-elle être complice ? Le secrétaire Pompeo devrait immédiatement convoquer l'ambassadeur saoudien dans son bureau. Chez nous comme à Washington, tout le monde a conscience que c’est une injustice. Et tant que l’administration Trump ne comprendra pas le message, cette injustice ne sera pas réparée. »