The Gays et la bizarre affaire du salut nazi scout danois

Un groupe montréalais a découvert par hasard qu’une émission au Danemark utilisait sa chanson, grâce à un mème d’une enfant scoute faisant un salut nazi. Et ça devient encore plus weird.

|
06 mars 2019, 10:33pm

Ugen plus det løse med Huxi Bach est une nouvelle émission danoise, diffusée depuis le début de février, qui monte en popularité. Son nom se traduisant à peu près par « la semaine et la solution », l’émission revient avec humour et satire sur les actualités de la semaine et est animée par le populaire humoriste Huxi Bach. Elle est comparable à Last Week Tonight with John Oliver.

Il y a deux semaines, lors du numéro de clôture de l’émission, quelque chose d’étrange s’est passé. Sur scène, une chorale de jeunes filles scoutes chantait une chanson sur un sujet que, je dois l’admettre, je n’ai pas compris, parce que Google Translate ne traduit pas encore les émissions en streaming. Ce que je sais, par contre, c’est qu’à un moment, alors que les enfants et l’animateur font un salut scout à la caméra, une jeune fille semble faire un salut nazi.


Je vous le dis tout de suite, on ne saura probablement jamais si c’était intentionnel ou pas. Tout suggère que c’est un geste accidentel commis par une jeune fille confuse et maladroite qui a manqué son cue, mais on ne sait jamais.

L’internet étant ce qu’il est, il n’en a pas fallu plus pour que, quelques heures plus tard, le GIF de la scoute nazi soit devenu viral sur 4Chan et Reddit.

Près de 6000 km plus loin, à Montréal, Will Riley s’est fait réveiller par des messages d’amis lui disant qu’une des chansons de son groupe, The Gays (dont il est le seul membre actif), avait été utilisée dans une émission danoise. On le savait, car dans le GIF de la petite scoute qui fait son salut, on attribue clairement la musique à The Gays. Le groupe (que l’on appellera ainsi malgré le fait que c’est un projet solo) a profité d’un bon niveau d’attention dans la scène indie pop lorsqu’il a sorti son seul album à ce jour, The Agenda, l’an dernier.

« Lorsque mon ami m’a dit ça, j’ai trouvé ça complètement ridicule, car le fait que The Gays soit mentionné dans la même phrase qu’une petite fille scoute qui fait un salut nazi à la télévision nationale est hilarant », me dit Riley au téléphone, presque incapable de parler tellement il rit. « Mais surtout, je ne comprends pas, puisque je n’ai jamais été averti ou payé pour l’utilisation de ma chanson. Donc, je me suis dit, est-ce qu’en tant que The Gays, je me trouve un avocat pour poursuivre publiquement la télé nationale du Danemark pour avoir utilisé une de mes chansons, fait que j’ai appris par l’entremise d’une bambine qui fait un salut nazi? »

Vu que le mème n’était qu’un GIF, il était dur de trouver quelque information que ce soit.

J’ai donc examiné tous les indices possibles, et j’ai remarqué le watermark de DR1, une chaîne publique danoise, comparable à Radio-Canada. En utilisant Google Translate pour trouver des mots-clés en danois qui me permettraient de savoir de quelle émission il s’agit, je suis tombé sur le site de Ugen plus det løse med Huxi Bach. En faisant le tour des épisodes, j’ai trouvé le bon, celui du 24 février, et l’ai envoyé à Will. Il m’a répondu : « Ah, c’est ma chanson Pretty Boys Make Me Feel Ugly! Je ne m’attendais pas à ça! » Après avoir écouté la chanson, je me suis rendu compte qu’ils ne l’avaient pas utilisée que pour un segment.


En fait, c’est la chanson thème de l’émission.

Will et moi étions, bien entendu, sidérés. Ce qui n’était au début qu’une grosse blague prenait tout à coup des allures beaucoup plus sérieuses. C’était maintenant une affaire qui concernait : un groupe montréalais, des droits d’auteur internationaux potentiellement bafoués, la chaîne publique télévisuelle du Danemark, et une enfant scoute qui fait un salut nazi.

J’ai donc contacté DR1 pour comprendre ce qui se passait. Je voulais savoir 1) si le salut nazi de la petite fille faisait partie du contexte de l’émission et 2) comment ils justifiaient l’utilisation de la chanson de The Gays sans consentement ou compensation.

1551911185427-THE-GAYS-THE-GAYS-THE-GAYS-1
The Gays, par Sarah Bradshaw

« Au Danemark, nous avons un système collectif étendu de licence », m’informe Jesper Diernisse Langsted, un conseiller juridique de la chaîne par courriel. « Cela veut dire qu’une organisation qui représente un groupe de détenteurs de droits peut conclure des ententes pour tous ceux qu’elles représentent, y compris des détenteurs de droits qui ne sont pas membres de l’organisation. » Il affirme aussi qu’il lui semble que le salut nazi de la fillette était une erreur de celle-ci, indépendante de la chaîne.

DR1 avait donc une entente avec Koda, une société danoise qui fait office de représentante de Riley sans même qu’il le sache, et qui a donc donné l’autorisation à la chaîne d’utiliser la chanson comme thème de l’émission. Comme l’écrit M. Langsted, « les détenteurs de droits (le groupe et les compositeurs de la chanson) recevront compensation pour l’utilisation de la chanson par l’entremise des sociétés de perception ».

Comme je suis musicien, ça m’a amené à me poser des questions. Si une émission qui véhiculait des propos avec lesquels je ne suis pas nécessairement d’accord utilisait mes chansons, je serais fucking pissed. Et je serais doublement pissed si les gens découvraient ma musique au moyen du mème d’une enfant qui fait un salut nazi, car cela peut ternir une réputation assez vite. De plus, le principe voulant qu’aucun accord ne soit nécessaire pour l’utilisation de chansons me semble douteux.

Je suis donc entré en contact avec Koda, la société danoise responsable des licences, pour comprendre ce qui se passait. Mads Scheuer, un porte-parole, m’a expliqué qu’« en vertu de la loi au Danemark, une chaîne de télé n’a pas à acquitter les droits pour une chanson thème si le programme produit par la chaîne elle-même a conclu une entente de licence avec Koda. C’est une émission hebdomadaire satirique et il n’y a que très peu de chances pour que les tribunaux danois jugent que l’usage de la chanson enfreint les droits moraux de l’auteur. »

Eric Parazelli, chargé des communications pour le Québec à la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN), assure qu’en principe, tant qu’un artiste est propriétaire exclusif de ses droits d’auteurs sur une oeuvre, il en a le contrôle. « Je ne sais pas spécifiquement comment ça fonctionne au Danemark, [mais] partout dans le monde, les créateurs sont propriétaires de leurs droits d’auteurs sauf s’ils les cèdent volontairement à une entité. »

Après une semaine complète de va-et-vient exacerbé par le décalage horaire et la barrière linguistique, j’ai rappelé Will pour lui expliquer les développements. Heureusement, le seul membre actif de The Gays garde la pêche et est tout aussi cinglant et drôle qu’à son habitude. « Ce n’est pas si mal, t’sais, cette situation. J’ai même réussi à soutirer une coupe de cheveux gratuite si je promettais de dire dans les médias que j’avais reçu des conseils stylistiques de Marco Pollo. Je ne peux pas me permettre de m’appeler The Gays en ayant une coupe de cheveux moche. »

Il m’explique qu’il a aussi tenté de son côté d’obtenir des renseignements (et une compensation financière) auprès de DR et Koda, mais que tout le monde se renvoie la balle. « Ils me disent en premier lieu que je serai payé, mais après, ils disent qu’ils ne paient jamais personne. En réponse de gai dramatique cliché, j’ai décidé de faire une grève de la faim! dit-il à la blague. Tout le monde me donne des infos différentes. Je me suis même fait dire qu’ils avaient trouvé ma chanson sur un site de chansons libres de droits d’auteur, ce qui veut dire que soit ils me mentent, soit quelqu’un a mis ma chanson là sans mon autorisation. »

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

« Ils sont tous prêts à me faire branler jusqu’à ce que j’abandonne, mais ils ne savent pas à qui ils ont affaire : ils devront faire face à l’apocalypse, au nom de The Gays, s’ils ne me donnent pas mon putain d’argent! J’en ferai tout un plat, ça sera hilarant, et ils auront l’air complètement stupides », dit Riley, clairement moqueur.

Pour l’instant, face à cette impasse, Riley parle avec des avocats pour tenter d’obtenir une compensation financière adéquate. Il ne sait pas exactement s’il compte poursuivre la chaîne, la compagnie de licence, ou les scouts du Danemark.

Bien entendu, je vous promets personnellement que VICE suivra le dossier de près et vous tiendra au courant de tout développement dans cette saga épique.

Billy Eff est sur internet ici et .