Broadly DK

Ce que ça fait de sortir avec un homme bisexuel quand on est hétérosexuelle

De la jaquette, mais pas seulement – avec celles qui côtoient « les maris de toutes les femmes et les épouses de tous les maris ».

par Jessica Pan
09 mai 2017, 11:00am

ILLUSTRATION PAR BEN THOMSON

Amber Rose, la célèbre mannequin et ex de Kanye West, a récemment déclaré dans une interview que, bien qu'elle soit attirée par les hommes et les femmes, elle ne sortirait jamais avec un homme bisexuel. « Personnellement, et ce n'est que mon avis, je ne serais pas à l'aise, a-t-elle dit. Je ne serais juste pas à l'aise avec la situation, et je ne sais pas pourquoi. » Amber Rose n'est pas la seule : l'année dernière, une enquête réalisée par le magazine Glamour a avancé qu'environ deux tiers des femmes « ne sortiraient pas avec un homme qui a déjà couché avec un autre homme ».

Les témoignages de femmes hétérosexuelles en couple avec des hommes bisexuels n'avaient jamais été vraiment compilés – du moins, avant que ne paraisse le livre Women in Relationships with Bisexual Men. Co-écrit par Maria Pallotta-Chiarolli, enseignante à l'Université de Deakin, et Sara Lubowitz, ce livre se base sur les déclarations de 79 femmes australiennes en couple avec des hommes bisexuels. Je me suis entretenue avec Maria Pallotta-Chiarolli à propos de son livre.

VICE : Bonjour Maria. Pourquoi avez-vous décidé d'étudier les relations entre les femmes hétéros et les hommes bisexuels ?
Maria Pallota-Chiarolli : Je travaille sur la question de la diversité sexuelle et culturelle mais aussi du genre depuis très longtemps, en tant que chercheuse et écrivaine. Ces huit dernières années, je me suis penchée sur la diversité des relations de couple, et je me suis rendu compte qu'il s'agissait d'un sujet dont les femmes avaient très envie de parler, car personne ne l'avait fait avant.

Avez-vous fait des découvertes surprenantes ?
Beaucoup de femmes interrogées nous ont dit (et ça a choqué certaines personnes) que les hommes bisexuels étaient de meilleurs pères, de meilleurs amants et de meilleurs partenaires que les hommes hétéros, surtout au niveau de la négociation et de l'ouverture d'esprit.

Pourquoi, à votre avis, ces femmes pensent-elles que les hommes bi sont de meilleurs amants ?
Elles nous ont dit que leur partenaire bisexuel les encourageait à explorer leur sexualité et à s'amuser : à tenter le bondage, par exemple, ou à avoir un autre partenaire en dehors de leur relation. Ces femmes pensent que c'est lié aux préjugés auxquels ils avaient dû faire face, en raison de leur préférence sexuelle. Ils étaient bien plus enclins à remettre en question les idées dominatrices et misogynes qu'ont parfois les hommes.

Et pourquoi pensent-elles qu'ils sont de meilleurs pères ?
Car leur partenaire est en dehors de la norme, et donc plus susceptible de remettre en question l'image traditionnelle de la famille. Ils sont plus enclins à partager les tâches parentales et sont souvent des pères impliqués et des partenaires bien plus délicats. Certaines femmes nous ont dit des choses comme : « Après avoir été en couple avec un homme bisexuel, je n'ai plus du tout envie de fréquenter des hommes hétérosexuels », tout simplement parce qu'elles trouvent ces hommes bien plus intéressants et ouverts.

Et quels sont les obstacles pour ces couples ?
Les femmes se retrouvent souvent face à des idées préconçues, par exemple : on ne peut pas faire confiance aux bisexuels, ce sont des hommes volages, etc.

Comment ces femmes gèrent-elles le regard d'autrui ?
Ces femmes nous ont dit qu'elles entendaient souvent des questions du type : « Qu'est ce qui ne va pas chez toi pour avoir envie d'être avec un homme bisexuel ? » ; « Tu ne peux pas te trouver un mec normal ? » ; « Tu as été abusée sexuellement dans ton enfance ? » À nouveau, les femmes sont perçues comme étant à l'origine du « problème ».

Comment ces couples se sont-ils intégrés dans la communauté queer ?
Très souvent, les femmes se sentent rejetées par les milieux hétéros et homos. Elles se sentent stigmatisées et leur partenaire a l'impression de ne pas pouvoir s'intégrer. Leur vie de couple est la cible de remarques grossières et méchantes.

C'est particulièrement le cas pour certaines jeunes femmes qui se sont entichées de mecs bisexuels faisant partie de communautés queer. Les membres de ces dernières voient ces femmes comme des voleuses. « Oh, tu nous as piqué un de nos gays », entendent-elles. Lorsqu'elles arrivent à leur boîte gay habituelle avec leur nouveau copain, elles sont interdites d'entrée, par exemple.

Quels sont les éléments qui permettent d'avoir une relation couronnée de succès ?
En général, le bonheur de ces femmes dépend de si elles étaient au courant de la bisexualité de leur partenaire avant de se mettre en couple. Les femmes qui étaient au courant dès le début de la relation s'en sortent mieux. Les hommes qui n'ont pas fait leur coming out dès le début sont malheureusement plus enclins à être violents (sur le plan émotionnel et physique).

Les hommes bi ont-ils plus de mal à faire leur coming out que les gays ?
Le nombre de gays qui se marient avec des femmes avant de faire leur coming out est en forte baisse, car la société est devenue beaucoup plus ouverte sur la question de l'homosexualité. Mais il reste encore du chemin à faire en ce qui concerne la bisexualité. La société a tendance à présenter les hommes bi comme peu fiables. Dans la plupart des films où ils apparaissent, les bisexuels sont des assassins ou des victimes : ils se suicident ou sont tués ; les femmes bisexuelles, elles, sont présentées comme des femmes fatales.

Est-ce que ces femmes avaient des conseils à donner aux autres femmes hétéros ?
Ne pensez pas qu'un homme est hétérosexuel juste parce qu'il flirte ou sort avec vous. Ne vous faites pas d'idées, et posez leur des questions sur leur sexualité sans détour. Presque toutes les personnes interrogées dans cette étude appellent à une plus grande ouverture d'esprit quant à la diversité sexuelle. Il faut que la société se rende compte qu'il y a des gens en dehors des normes imposées, et que ce n'est pas grave.