Les affaires sont florissantes pour les restaurants qui ont banni les enfants

Laissez vos petits et leur iPad à la maison.

|
avr. 7 2017, 8:42pm

Jun Seita via Flickr

Dans l'industrie concurrentielle et financièrement risquée de la restauration, on tente d'attirer la clientèle par tous les moyens : prix réduits à l'heure du 5 à 7, deux entrées pour le prix d'une ou la paix promise dans un établissement qu'aucun enfant ne trouble. En Caroline du Nord, cette dernière idée a produit une grande hausse des revenus accompagnée d'une part de polémique.

Chez Caruso, un restaurant italien de Moorseville, où selon le site web on exige une tenue adéquate pour entrer dans ce lieu « traditionnel, élégant et intime », le refus de laisser entrer les enfants depuis janvier dernier a entraîné une hausse de l'achalandage. Beaucoup de clients souhaitaient des repas calmes exempts de pleurs et de cris.

Selon le gérant, Yoshi Nunez, une fois que les enfants de moins de cinq ans ont été bannis du restaurant, le nombre de clients par jour est passé de 50 à 80. Voyant que la politique avait eu du succès dans d'autres établissements, dont un restaurant australien qui a connu le meilleur week-end de son histoire après avoir mis en place une politique semblable, Caruso a adopté l'approche pour en finir avec les nombreuses plaintes à propos du braillage et du chialage d'enfants équipés d'un iPad.

« Beaucoup de clients se sont plaints, se sont levés et sont partis à cause des enfants qui les dérangeaient. Leurs parents ne faisaient rien », a expliqué à un journaliste local Pasquale Caruso, propriétaire du restaurant et lui-même père de deux enfants. Selon lui, ce chahut donnait l'impression aux clients d'être à la pizzéria du coin plutôt que de vivre l'expérience gastronomique qu'on leur avait promise.

Le restaurateur affirme qu'il commençait à perdre des clients et de l'argent. « De jeunes enfants lançaient de la nourriture, couraient, criaient. » Quand la nouvelle s'est répandue, beaucoup ont commenté la politique sur la page Facebook de son restaurant. Certains s'offusquaient de cette décision, comme Glen Peterson, qui n'y est pas allé de main morte : « Maintenant que vous avez banni les jeunes enfants, qui seront les prochains, les Noirs, les autochtones, les juifs? Honte à vous! »

Toutefois, la majorité des commentaires étaient en faveur de la décision de Caruso. « Quand je vais au restaurant avec mon mari, on ne veut pas entendre des enfants crier », écrit Nancy Shroudy, une maman qui suggère de hausser le seuil de l'âge minimal à dix ans.

La plupart sont d'avis que les parents qui ignorent quand et où sortir leurs enfants sont à blâmer. Notamment, Betsy Bennett Weaver a écrit : « J'ai cinq enfants. On ne peut emmener des tout-petits dans un beau restaurant et penser qu'ils vont s'asseoir sans bouger pendant une heure. Ils NE PEUVENT PAS LE FAIRE. »

Les enfants de Caroline du Nord devront aller ailleurs s'ils veulent pasta alla carbonara ou un spaghetti à la bolognaise — par exemple là où il y a des crayons de cire à la table et une mascotte.

Plus de VICE
Chaînes de VICE