Dans l’intimité d’une cheerleader

On a confié un appareil photo jetable à Rani, cheerleader et danseuse professionnelle. Avec l’aide de son entourage, elle nous invite dans sa vie sur le terrain et ailleurs.

|
nov. 9 2018, 5:58pm

Les Alouettes de Montréal ont invité VICE à passer la saison 2018 au sein de l’équipe. Notre dossier spécial sur la culture du football est disponible ici.

« Quand l’équipe a une saison difficile comme cette année, notre travail est encore plus important. Il faut vraiment se donner pour motiver une foule quand ça perd sur le terrain. C’est pour ça aussi je pense qu’on a des bons rapports avec les fans, ils sont très positifs avec nous parce qu’on présente toujours un show de qualité et stable. »

Cheerleaders Alouettes

« Sur le terrain, on est tous des athlètes. C’est important de le dire encore et encore. Généralement, ceux qui pensent qu’on agite juste des pompons ne sont jamais venus nous voir faire en show. C’est énormément de travail, un travail de préparation, de précision. Les fans qui sont dans le stade se rendent bien compte qu’on est des athlètes professionnelles et qu’on propose un show de haut niveau, mais des clichés persistent malheureusement. J’espère vraiment qu’ils vont bientôt disparaître. »

Cheerleaders Alouettes

« Je fais 40 heures à ma job de jour, et j’ai autour de 20 heures de travail en plus pour la danse et le cheer, dépendamment des semaines. Comme j’ai ce planning très serré, je fais l’épicerie la fin de semaine et je prépare tous mes lunchs pour la semaine qui suit. L’alimentation intelligente, c’est vraiment important pour moi. Avec ce rythme, il faut que je puisse garder mon énergie en permanence. Je suis pas une nonne non plus! Je bois du vin, je profite de la vie mais côté nourriture, je suis en maîtrise. »

Cheerleaders Alouettes

« Je fais parfois des contrats de danse dans la communauté drag, qui font des supers shows. C’est ce que je préfère de mon métier : la performance, et les drag sont des performeuses au top de leur art. Et souvent très perfectionnistes, comme moi! »

« Un des aspects que j'affectionne le plus de ma vie de danseuse c'est de partager ma passion en donnant des cours de danse en talons hauts. Et c’est important de dire que c’est pas sexuel, c’est empowering. J'ai un background très diversifié en danse mais sur des talons hauts, je me sens en contrôle de ce que je fais, puissante. D’ailleurs, ça m’a énormément aidée à développer ma confiance en moi. C’est aussi un excellent workout, et ça prend beaucoup de technique pour danser en talons. Encore une activité qui paraît simple jusqu’à ce qu’on la pratique! »

Cheerleaders Alouettes

« Le but de mes cours, c’est de développer la féminité et l'assurance de ceux et celles qui viennent danser. C’est beaucoup de renforcement positif pour la femme et les hommes (c'est inclusif!), pour que mes élèves se sentent mieux dans leur peau et plus à l'aise dans leur corps. Je le vois régulièrement avec des élèves, elles arrivent toutes gênées, toutes pognées et au fur et à mesure, je les vois prendre confiance en elles. »

Pour plus d’articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

« Le féminisme c’est choisir ce que tu as envie de faire et l’assumer. Je me considère comme féministe et j’ai remarqué que les critiques viennent souvent des gens qui s’arrêtent sur le look, nos tenues, mais qui n’ont pas une vision périphérique. Ils ne voient pas tout le travail derrière. On n’est pas des mannequins qui bougent! La danse, c’est un sport, on est des athlètes. À ceux qui pensent que les cheerleaders sont là juste pour bouger leurs fesses, je dis ‘Viens passer une semaine avec nous’ Les pratiques, les shows, le niveau... À la fin de la semaine, tu ne diras plus la même chose. »

Rani est sur Instagram.

Plus de VICE
Chaînes de VICE