société

Ce que m’a appris mon licenciement par L’Oréal pour avoir condamné publiquement le racisme

Munroe Bergdorf était la première mannequin noire trans de L’Oréal. Le géant des produits cosmétiques l’a congédiée après que son message sur Facebook à propos des suprémacistes blancs est devenu viral.
11 septembre 2017, 5:30pm

Tout a commencé il y a quelques mois quand L'Oréal a communiqué avec moi. On m'a dit que la compagnie élargissait sa collection True Match. Ce fond de teint avait beaucoup fait parler et fait l'objet d'articles très favorables dans la presse; il y aurait donc cinq nouvelles nuances. L'Oréal souhaitait que je porte le fond de teint et que je participe à la campagne #YoursTruly True Match avec la nuance 8.5W, qui correspondait à mon teint.

J'étais la première mannequin et activiste transgenre noire avec laquelle L'Oréal collaborait pour une campagne de promotion d'un de ses produits, et l'une des premières mannequins trans au Royaume-Uni. Mon rôle? Commercialiser et promouvoir le fond de teint True Match.

Au moment où L'Oréal m'a approchée, je ne voyais aucune raison d'hésiter à travailler avec cette compagnie. Je croyais même pouvoir participer à ce en quoi je crois très fort : l'importance d'offrir plus de nuances pour correspondre à plus de teints. Depuis longtemps, les femmes noires ont du mal à trouver la bonne nuance. Je me suis dit : C'est cohérent avec ce que je dis, c'est ce pour quoi je me bats. J'étais très heureuse de participer à la campagne et j'ai donné une entrevue à Vogue au sujet du rôle du maquillage dans ma vie.

Malheureusement, je n'avais pas prévu la réaction que les gens de la compagnie ont eue quand ils ont lu mes commentaires sur Facebook. Je donnais mon point de vue sur les suprémacistes blancs après la marche néonazie de Charlottesville : « Honnêtement, je n'ai plus l'énergie de parler de la violence raciale des Blancs. Oui, TOUS les Blancs. Parce que la plupart de vous ne savent pas ou refusent de reconnaître que votre existence, vos privilèges et votre succès en tant que race ont été bâtis sur le dos, le sang et la mort des personnes de couleur. Votre existence entière baigne dans le racisme. »

Un représentant de L'Oréal m'a appelée pour me dire qu'« il semble que quelqu'un a envoyé une capture d'écran de mon commentaire sur le racisme au Daily Mail ». Vendredi dernier, on m'a appris que je ne faisais plus partie de la campagne. J'étais très déçue quand j'ai reçu ce second appel. On n'aurait pas besoin de campagne promotionnelle sur la diversité si le racisme n'existait pas. La raison pour laquelle l'industrie des produits cosmétiques ne montre normalement pas de femme de couleur ou trans, c'est qu'elle juge que nous ne correspondons pas aux normes de beauté.

De plus, le Daily Mail a présenté mon commentaire hors contexte et lui a donné l'apparence d'une prise de position contre les Blancs, alors que c'était contre les suprémacistes blancs. « Mais quelques jours après qu'on annonce qu'elle serait la première mannequin trans de L'Oréal, Munroe Bergdorf a rédigé une diatribe phénoménale dans laquelle elle déclarait que tous les Blancs sont racistes », disait l'article. Le journal a aussi fait en sorte de donner l'impression que j'avais écrit ce commentaire après le lancement de la campagne, alors que c'était le mois dernier en réaction aux atrocités de Charlottesville. Plutôt que de publier mon commentaire en entier, le Mail n'a publié que des passages, donc, bien que je sois renversée par les réactions que j'ai reçues sur internet, je ne suis pas surprise que les gens n'aient pas compris. Si la presse ne prend que des petits bouts d'un texte plus long, bien sûr que des personnes en seront offensées, parce que ce n'est pas la réalité, ce n'est pas ce que j'ai dit.

Quand j'ai écrit que toutes les personnes blanches sont racistes, je parlais du fait que la société occidentale dans son ensemble est un système enraciné dans la suprématie blanche : elle est presque toujours organisée de façon à faire profiter, prioriser et protéger les Blancs aux dépens des communautés de personnes de couleur. J'essayais de comprendre pourquoi des événements tragiques et violents comme ceux de Charlottesville surviennent, puis de démanteler les structures qui les rendent possibles. J'ai donné mon point de vue à propos de Charlottesville parce que je crois que si nous voulons sortir de la situation dans laquelle nous nous trouvons, nous devons parler ouvertement de l'histoire qui nous y a menés, ce qui comprend tout de l'esclavage à la colonisation et à la ségrégation.

Je ne comprends toujours comment montrer du doigt le racisme et les sources du racisme qui persiste aujourd'hui peut mener à ce que le public me colle l'étiquette de raciste et qu'une marque me laisse tomber. En me congédiant pour avoir condamné la suprématie blanche, L'Oréal envoie le message qu'il est pire de traiter quelqu'un de raciste que d'en être un. Mais après tout ça, je crois fermement que ce qui s'est passé en dit long sur le vrai but des marques et des campagnes d'émancipation. Vous ne pouvez pas simplement utiliser des images de personnes de couleur pour exploiter un bassin démographique encore à prendre; vous devez réellement soutenir les personnes que vous montrez. S'il est question d'accroître la diversité, nous devons parler des raisons derrière ce besoin de diversité. Nous devons parler des raisons pour lesquelles l'industrie des produits cosmétiques ne voit pas les femmes noires comme des icônes de beauté ou des modèles inspirants.

Mon commentaire a suscité des réactions négatives démentes qui m'ont donné froid dans le dos; j'ai même reçu des menaces de mort. J'avais fait descommentaires provocants et controversés auparavant, mais je n'avais jamais rien reçu de tel. D'un autre côté, même si c'est horrible d'être dans l'œil de la tempête, je trouve quand même bien qu'on parle de ce sujet important, et à l'échelle de la planète. J'espère que cet épisode fera davantage réfléchir les gens au racisme structurel et provoque plus d'échanges sur les moyens de nous débarrasser de la suprématie blanche, surtout à un moment où on est censuré et pénalisé pour s'être exprimé contre elle.

Je savais que je recevrais de l'attention et des insultes tôt ou tard si je continuais à avoir du succès de quelque façon que ce soit parce que je suis trans et en raison de mes opinions politiques. Je ne savais pas que ça arriverait d'un seul coup, mais je veux rester forte malgré tout. J'ai parlé à la presse des événements à la fois parce que j'ai de fortes convictions et que c'est un moment déterminant dans ma carrière. Je suis allée à l'émission Good Morning Britain avec Piers Morgan, même si je sais qu'il y avait peu de chance que ses téléspectateurs soient d'accord avec moi, pour montrer que je ne suis pas une folle furieuse qui sort de nulle part. Après l'émission, j'ai constaté que j'avais peut-être sous-estimé ses téléspectateurs, car j'ai reçu des messages positifs de personnes qui ont vu l'émission et ont compris ma perspective.

J'ai espoir que le monde pourra voir que je cherche une résolution. Je ne veux pas de la ségrégation, je ne veux pas rester à distance des Blancs (la moitié de ma famille est blanche); je veux que tous ensemble nous parlions du racisme et de ses racines.

Se retrouver dans les nouvelles internationales en l'espace de quatre jours, c'est beaucoup. Je ne peux faire que de mon mieux, et je le fais. La plupart des gens n'ont pas la tribune que j'aie pour dire des choses qui bousculent le statu quo. J'exprime des réalités très difficiles devant des publics blancs et je continuerai à le faire. J'ai d'autres campagnes qui viennent, dont une avec une compagnie qui ne m'a pas laissée tomber, ce qui est fantastique, mais la perception des gens à mon égard a changé. Je ne sais pas si dorénavant, quand j'entrerai quelque part, les gens me verront telle que je suis ou s'ils auront des préjugés basés sur ce qu'ils ont vu dans les médias. Il est très difficile de bien évaluer ma situation en ce moment.

Pour l'instant, je fais mes affaires et j'espère que mon message fera son chemin.

Nous avons demandé à L'Oréal de nous expliquer le choix d'avoir retiré Munroe Bergdorf de sa campagne. La compagnie nous a transmis cette réponse :

« L'Oréal soutient la diversité et la tolérance à l'égard de tous, peu importe la couleur de peau, le passé, le genre ou la religion. La campagne True Match de L'Oréal Paris incarne ces valeurs, et nous sommes fiers de la diversité parmi les ambassadeurs de cette campagne.

Nous croyons que les récents commentaires de Munroe Bergdorf contrastent avec ces valeurs, et pour cette raison nous avons décidé de mettre fin à notre collaboration avec elle. L'Oréal reste engagée à célébrer la diversité et à éliminer les obstacles à la beauté. »