Publicité
Photo

Des photos qui immortalisent la beauté du passé kitsch de Miami Beach

Jill Freedman a capturé l'âme du sud de la Floride après avoir été saturée de New York.

par Cameron Cuchulainn; photos Jill Freedman
27 octobre 2017, 3:41pm

L'article original a été traduit par VICE France.

En 1992, la photographe Jill Freedman a eu le sentiment qu'une atmosphère abjecte régnait sur New York. La ville qu'elle aimait tant devenait malveillante, ses personnages excentriques s'évaporaient dans des rues de plus en plus élégantes, et aux valeurs immobilières de plus en plus élevées. Fatiguée de sa lutte contre le cancer du sein, la photographe a décidé d'emménager à Miami Beach. Elle souhaitait trouver, dans les quartiers de la ville, un lieu à la personnalité chaleureuse dans lequel elle pourrait lire et s'évader. Elle a fini par trouver son bonheur pour la décennie à venir.

Son choix s'est porté sur Miami Beach car elle en avait de bons souvenirs d'enfance. À l'époque, son père, vendeur ambulant, souffrait de problèmes d'estomac, si bien que sa mère le rejoignait souvent sur la route. Freedman n'était généralement pas autorisée à l'accompagner, c'est pourquoi ses parents ont pris la décision de l'envoyer dans des pensionnats et des colonies de vacances. Mais un été, alors qu'elle était âgée de dix ans, elle s'est fait retirer l'appendice et n'a pas pu partir en colonie – ses parents l'ont finalement emmenée passer des vacances à Miami Beach, et elle a été marquée à jamais par ce séjour.

La famille a séjourné à l'hôtel Raleigh, où Jill est devenue amie avec Nilda Garcia, une fillette originaire de La Havane. Freedman et Garcia passaient leur temps dans la piscine de l'hôtel. Pour elles, le simple fait de nager toute la journée était le paradis. Son meilleur souvenir reste l'océan. Freedman a été électrisée par l'énergie de l'eau. C'est aussi dans cette ville qu'elle a connu ce qui allait devenir l'un de ses aliments préférés : les noix de pécan de Géorgie.

Quand Freedman est retournée à Miami Beach des années plus tard, elle avait tous ces bons souvenirs en tête. Son nouvel appartement se trouvait juste en face de l'hôtel Raleigh, où elle avait séjourné étant petite. Le complexe ressemblait à un motel des années 1960, un mélange de mauvais goût et de classe qui semblait tout droit venu d'une époque antérieure.

Freedman a rapidement remarqué que la ville s'était faite plus chic, mais aussi plus terre à terre. Son attrait était similaire à celui du West Village de New York dans les années 1970, son ancien chez elle. Richesse astronomique, vulgarité, crasse, personnes âgées, célébrités, sans-abri et différents groupes ethniques se côtoyaient dans un même environnement. Quand elle n'était pas trop occupée à lire des livres à la bibliothèque, Freedman se promenait dans les rues ou se familiarisait avec les églises, les gens qui dormaient sur la plage et les préoccupations des résidents qui assistaient aux défilés et manifestations.

Mais à l'instar de New York, la valeur des propriétés et le coût de la vie ont augmenté et altéré l'ambiance ensoleillée. « Les vieux quartiers ont disparu au fur et à mesure que les personnes âgées ont été expulsées. Les personnes âgées étaient beaucoup plus intéressantes, beaucoup plus amusantes. » À cause des prix élevés des logements, la population ne pouvait plus se permettre de vivre là-bas. La photographe est alors retournée à New York. Mais les photos qu'elle a prises de Miami Beach sont le reflet d'une époque antérieure, d'un havre de soleil idyllique.

Tagged:
vintage
Miami Beach
kitsch
photoreportage