On discute avec PUP, le groupe torontois qui refuse de mourir