J’ai choisi de parler comme les «autres» et je ne suis pas la seule