Vingt ans après sa mort, le mystère Muslimgauze reste entier