FYI.

This story is over 5 years old.

Mode

Les steampunks marchent à voile et à vapeur

Une après-midi avec les mecs les mieux sapés d'il y a 150 ans.
13 februari 2012, 12:00am

Le steampunk rassemble des gens passionnés par l’époque des machines à vapeur. Les steamers (c’est comme ça qu’on les appelle) ont développé cet engouement en se plongeant dans la littérature de l’époque victorienne et la science-fiction rétro futuriste. Typiquement, les œuvres de Jules Verne font partie des bibles du steampunk. Mais là où vous et moi ne faisons qu’apprécier vaguement un bouquin, les steamers, eux, ont emprunté les codes de cette époque pour les appliquer à différents aspects de leur existence – fringues, musique et « danse ». Ils ne font pas que s'habiller comme des tueurs en série sortis de la révolution industrielle, ils vivent comme ça.

En France, la communauté steampunk organise des évènements tous les mois pour que ses membres puissent arborer leurs plus beaux costumes et accessoires. En octobre dernier, plus d’une centaine de steamers se sont retrouvés aux pieds de la Tour Eiffel, le temps d’un après-midi. À Noël, ils étaient 80 à fêter la naissance de Jésus, l’occasion de s’échanger des cadeaux et de faire la tournée des musées (d’Orsay, puis des Arts Forains). Aussi, il leur arrive d’organiser des « murder parties », ces soirées qui ressemblent à un Cluedo grandeur nature où chaque invité incarne un personnage qui a pour objectif de démasquer le meurtrier.

Comme les cosplayers nous ont officiellement déclaré une guerre multimédia suite à notre article « mal renseigné », on a cette fois-ci demandé poliment aux steamers si on pouvait venir à leur Steampunk Tea Party de samedi dernier, au café du musée des arts et métiers de Paris. Là bas, nous avons longuement discuté avec une costumière qui nous a décrit point par point les particularités vestimentaires des steamers, en buvant des litres de thé.

VICE : Pourquoi ces filles sont habillées comme ça ? Je pensais que les steamers étaient censés porter des genres d’armures métalliques.

**Costumière steampunk :**Ça dépend du genre de steampunk que l’on adopte. Ici, ces deux jeunes filles affichent un look victorien « simple » qui consiste à sortir ses plus beaux jupons et à se saucissonner dans un corset qui fait bien ressortir la poitrine.

C'est presque sexy, en fait.

La dentelle noire est de rigueur, un peu à l’image des gothiques lolitas. Pour les chaussures : le mieux, c’est d’avoir des petites bottines noires, de préférence, à lacets.

Lui a particulièrement la classe.

Pas besoin de sortir tout l’attirail pour s’habiller en steamer, surtout si comme lui, on veut être steamer chic.

C'est quoi un steamer chic ?

Ce sont ceux qui portent des couleurs sombres : noir ou marron, sans excentricité. D’ailleurs, les steamers portent rarement des couleurs vives. Les steamers les plus sobres ont toujours la classe parce qu’ils optent généralement pour une veste en queue de pie, une redingote, un gilet, un pantalon à pinces et un chapeau haut de forme.

Qu’est-ce qui différencie les steamers des mecs qui vont à une fête costumée thème « XIXème siècle », en fait ?

Ce qui élève les steamers au rang de professionnels du déguisement, c'est sans doute leurs accessoires. Là, vous pouvez voir un genre de steamer cowboy qui a sorti sa panoplie en cuir : pantalon et bracelets de force.

C’est vrai qu’il fait un peu cowboy du futur, ou du passé, on ne sait pas trop.

Oui il est pas mal dans le rétro futurisme, c’est peut-être la ceinture ventrale avec laquelle il s’est harnaché qui fait ça. Comme vous pouvez le constater, il y a accroché d’autres grigris.

Oui, une jolie montre à l’ancienne et une clé.

Voilà. C’est typiquement le genre d’accessoires de prédilection des steamers : beaucoup de bijoux en cuivre, du cuir et de manière générale, les objets sur lesquels on peut voir les engrenages ou le mécanisme.

Ce sont des bricoleurs en fait.

Oui, parce que les objets métalliques sont très intéressants à travailler. On a tous été fascinés par les mécanismes d’une montre étant gamins. C’est normal, c’est un objet facile à démonter, on se retrouve face à l’engrenage et on essaye de comprendre comment ça marche.

Et pourquoi tout le monde porte des lunettes bizarres ?

C’est un accessoire qui fait partie des incontournables. Généralement, ce sont des lunettes d’aviateur. Les steamers les adorent parce qu’elles leur rappellent celles des conducteurs de locomotives à vapeur de l’époque. Parfois, ils y ajoutent leur touche perso en fixant un engrenage de montre, histoire de montrer encore un peu plus leur amour pour les machines.

OK, mais quel est le lien entre la mallette de docteur, les bagues, la canne, les lunettes et les montres ?

Tous les vieux objets peuvent être réutilisés dans le steampunk. On aime les choses qui ont une histoire, qui ont une vie antérieure, ce qui est tout à fait le cas du vieux sac de docteur par exemple.

J'imagine que ces lunettes ont dû passer par plusieurs vies antérieures avant d'arriver ici.

Sans doute, et c'est la même chose pour les bagues. À la différence du commun des mortels, les steamers ne portent pas n’importe quel anneau. Aussi, elles ont souvent un usage caché : ce sont des bagues-montre ou encore, des bagues poison, vous savez, comme celles que les femmes portaient dans le temps pour mettre un peu de cyanure dans les godets de leur époux.

Scélérates.

Tous ces accessoires permettent aussi aux steamers de se différencier les uns des autres.

Comment ça, se différencier les uns les autres ?

Eh bien, par exemple, le chapeau que vous voyez là appartient à la catégorie « chimistes » des steamers. Les petites fioles accrochées sont censées contenir du poison, des antidotes et des remèdes contre les diverses maladies du XIXème siècle. Son heureuse propriétaire s’était créée un personnage : une ex-espionne russe devenue espionne française la nuit et ethnologue le jour.

Elle a l'air réglo. Comment vous faites pour dégoter toutes ces babioles ?

La mode s’inspire toujours du passé. Du coup, on peut trouver certains accessoires dans les boutiques de prêt-à-porter d'aujourd'hui ; les bottines par exemple. Mais de manière générale, on  préfère bricoler la grande majorité de nos tenues. Du coup, on traîne dans les friperies, les brocantes, et on fouille les greniers ou les annonces sur Ebay, à la recherche de breloques de l’âge des vapeurs ou de vieux objets qu’on pourra démonter et rafistoler pour leur donner une nouvelle vie.

TEXTE : STALINE LEBRETEC

PHOTOS : MELCHIOR FERRADOU-TERSEN