©2014 VICE Media LLC

    The VICE Channels

      Le guide VICE pour être trans

      November 10, 2012

      Par Paris Lee

      On vous a déjà fourni un guide pour être gay ou lesbienne. Pour conclure la saga LGBT, on a fait l'effort de demander à notre amie Paris d'écrire un guide pour être trans. Bisexuels, référez-vous aux guides gay et lesbien et mixez-les dans vos cerveaux. Désolé pour vous.

      La transsexuelle est un homosexuel transposé au niveau XXXL. Je suis devenu gay en 2003 juste pour me différencier des autres, et même si ça a fait chier ma famille, je ne me sentais pas encore assez différent. Du coup, je me suis mise à la chirurgie, etc. pour être vraiment capable de baiser avec tout le monde. La plupart des gens n'ont aucune idée de ce dont ils parlent quand ils évoquent la transsexualité, pourtant ça ne les empêche pas d'en parler. Du coup je me suis dit qu'il fallait que je donne de moi-même et que je fasse mon propre glossaire. Bien sûr, si cet article vient après les guides gay et lesbien de VICE, c'est parce que les transsexuels sont une branche insignifiante et gênante de la communauté LGBT. Ne laissez personne vous dire le contraire.

      Au fait, je suis une trans. Donc ceci est un guide pour devenir UNE trans. Désolée, transbites, vous allez devoir vous faire votre propre guide. Je ne peux pas tout faire non plus.

      A - Androgynie

      Vous voyez ces filles qui portent des chemises clairement fabriquées pour des filles, mais qui sont trop grandes pour elles, et que les trouducs friqués de Vogue qualifient d'« androgyne » ? Eh ben non, c'est pas ça. Il n'y a que les trans, les Teletubbies et environ quatre pop-stars des années 1980 qui savent ce que c'est vraiment. L'androgynie peut être un mélange de marqueurs féminins et masculins, ou justement l'absence de tout indice indiquant le sexe. Des seins et une bite ? Androgynie ! Dire de cette chaudasse de top model transsexuelle, Léa T de chez Givenchy – une femme, désormais – qu'elle est androgyne ? Mais non !

      Voir aussi : April Ashley (Googlez-la) ; acide (la drogue – ça rend la douleur plus acceptable) ; attirer l'attention ; acide (comme celui qu'on nous balance parfois à la gueule)

      B - Bon, maintenant on passe par-derrière

      Franchement, qui a besoin d'un vagin quand on peut laisser la porte de derrière ouverte ?

      Voir aussi : Chaz Bono ; blow-job ; Birdo dansMario

      C - Chatte et bite

      Ce serait un super nom pour un bar. Pourtant, vous ne le nommeriez certainement pas comme ça, votre bar, parce que c'est très malpoli. Tant que j'y pense, c'est malpoli comme la façon dont tous ces gens demandent aux trans des infos sur leur organe génital comme s'il s'était agi d'une cuisine équipée : « Sue, dis-moi, est-ce que tu t'es déjà fait faire la tienne ? » Même si la chirurgie génitale constitue une partie importante de la plupart des transitions, il s'agit en réalité d'un sujet médical privé. Ça ne me viendrait pas à l'esprit de vous demander si vous êtes circoncis, ou si votre vagin est retourné ou pas. Demandez des infos sur ma bite : dans ce cas, c'est vous la bite.

      Voir aussi : changer de fringues vingt fois avant de quitter la maison et deux fois une fois dehors ; camp ; cracottes

      D - Drag

      Les enfants ! Être drag, c'est comme si vous fumiez du shit avant de prendre un trip. Du coup faites gaffe lorsque vous combinez votre prochaine magouille hilarante. Imaginez : vous passez une soirée de malade, vous dansez coiffée d'une perruque de soirée moisie ; la minute d'après, vous reniflez des œstrogènes sur le couvercle d'un chiotte. Je suis sérieuse. Ça m'est arrivé.

      Voir aussi : ding dong ; des problèmes avec papa ; Dana International

      E - Eh ouais, tout est méga difficile, même d'acheter du lait, des Snickers et des chewing-gums

      Regardons les choses en face : la vie est dure. Et encore plus quand on est trans. Oui : TOUT est dur. Les mecs, si vous ne me croyez pas, travestissez-vous et allez au boulot ainsi vêtus. Prenez le métro. Organisez un dîner. Si vous êtes chanceux, on se foutra juste de votre gueule toute la journée. Sinon, peut-être bien que vous vous ferez violer, qu'on vous cassera la gueule, peut-être même que vous vous ferez assassiner. Allez, peut-être même les trois, c'est de toute façon hyper, mais HYPER commun pour ceux d'entre nous qui ont une tête qui ne « revient pas » à certaines personnes. Statistiquement, le peuple trans a beaucoup plus de chance d'être composé de SDF, de travailleurs du sexe, de malades mentaux et de se suicider.

      Il y a une chose pire qu'être transsexuel, c'est d'être une vieille transsexuelle. Évitez ça. Bien des trans ont effectué leur transition à la quarantaine, la cinquantaine, même vers la soixantaine après avoir passé leur vie à essayer de se conformer à la norme. Ces personnes sont des légendes et méritent le prix du S'y Mettre Un Jour. Prix qu'on devrait d'ailleurs créer pour de vrai.

      Voir aussi : éléphant rose

      F - Faire semblant

      Souvent les gens considèrent les transsexuelles comme étant des fakes, tout ça parce que nous usons d'artifices (prothèses qui se glissent dans le soutien-gorge) pour refléter ce qu'on ressent au fond de nous-mêmes. C'est dur, surtout qu'on raconte déjà assez de conneries sur nous. Pour la grande partie des gens qui nous jugent, nous sommes des monstres. Ne souriez pas aux enfants dans les bus ! Il faut bien garder en tête que vous êtes des pervers et que vous n’avez pas le droit d'avoir de super boulots, comme de bosser avec des enfants ou de faire de la prévention contre le viol. En vrai, c'est nous qui devrions être effrayées par vous, non-trans ! Franchement, arrêtez de soulever nos jupes en public, de baisser nos tee-shirts et d'agripper nos culottes pour connaître notre sexe ! On est TRANS.

      Et si ça ne vous plaît pas, si vous avez peur ou je ne sais quoi, les statistiques savent qu'on a bien plus de chances d'être tuées par vous que l'inverse. N'oublions pas la réalité.

      Voir aussi : famille ; fofolles ; foutue vieillesse

      G - Gros ragots

      Vous êtes dans un bar. À un moment, vous êtes en train de déblatérer avec l'homme de vos rêves (Homme A). L'instant d'après, un mec que vous ne connaissez pas (Homme B) est en train de chuchoter à son oreille : « Mec, tu connais cette fille ? Avant, c'était un homme ! » Ayant vécu ce cas de figure, j'ai connu deux réactions : soit A conseille à B d'aller se faire foutre et de se mêler de ce qui le regarde (ça n'arrive pas souvent). Vous vous sentirez légèrement irritée, mais au fond vous aurez gagné. Soit A se répand en remerciements bruyants envers B (même s'il était déjà au courant, la pute), et va prendre un verre avec lui en se payant votre tête de l'autre côté du bar. Là, vous allez vous sentir comme un sac, un gros sac rempli de merde puante. Cette option est pourtant la plus plausible. Désolée.

      Voir aussi : gays ; gays + leurs potes

      H - Harry Benjamin

      La première personne à avoir catalogué le transsexualisme parmi les maladies était un chirurgien du nom de Harry Benjamin. Aujourd'hui, certaines femmes trans aiment à dire qu'elles souffrent du syndrome de Harry Benjamin. Elles se sentent « spéciales », meilleures et plus féminines que les autres trans – en fait, elles se sentent plus féminines que n'importe quelle femme. Si vous essayez de les mettre sur le même plan que vous, elles vous tueront. Un conseil : laissez-les dans leur propre merde.

      Voir aussi : hula-hoop ; hermaphrodites, Honour Blackman ; hormones

      I - Instagram

      Les trans sont dingues d'Instagram, parce que ça nous fait moins ressembler à des trans et mieux, à d'adorables non-trans. C'est bien, parce qu'être trans c'est mal, d'ailleurs on devrait tout de suite arrêter de l'être. Je plaisante (quoique, en êtes-vous bien sûr ?)

      Voir aussi : Isis King ; insécurité ; incontinence

      J - Joie, ô joie

      Je suis un peu négative depuis le début de l'article et j'en suis consciente. En vrai, quand vous sortez la tête de votre tunnel, le monde n'est que joie et n'attend plus que vous ! Vous allez adorer le goût de votre prochain panini, vous allez pleurer de joie en voyant que le ciel est bleu ou quand vous allez apprendre que Pippa Middleton n'a pas gagné le prix du Plus Beau Fessier de l'année au profit de Carol Vorderman. Peut-être n'est-ce que l'effet des hormones. Mais en vrai, se battre pour ses convictions et être honnête envers soi-même, c'est ça le vrai « bien-être », et quand ça vous arrive, le monde devient super doux, un vrai petit nuage, comme l'ecstasy des années 1990 dont parlent les vieux.

      Voir aussi : Jazz ; Julia Serano ; JustinV Bond ; jouir et se sentir coupable quand on se masturbe alors qu'on n'a pas le bon sexe

      K - Kétamine

      Si vous êtes une femme trans, faites ce que vous voulez mais ne vous regardez JAMAIS dans le miroir sous K. Le Man in the Mirror sera présent. Et vous allez le détester.

      Voir aussi : Katie Price ; koala

      L – Lassitude de la solitude

      La solitude, c'est ça qui vous tue. Heureusement il existe quelques types sympas, et les nanas trans sont parfois autorisées à se faire des potes – des clochards, quelquefois. Du coup on n'est pas forcément obligées de devenir timbrées à cause de l'isolation.

      Autre truc important : les femmes trans se réunissent souvent pour mettre en commun leurs ressources (maquillage, fringues, hommes), mais c'est à la fois cool et DANGEREUX, parce que la passion chauffée au rouge de vos potes gay mènera certainement au port de fringues de tapette [allez voir à la lettre T]. C'est à cause de tous les trucs que vous avez dû endurer pendant la période de transition que pas mal de trans sont tout simplement infréquentables.

      Amis à part, nous nous battons les unes contre les autres pour draguer les mecs : c'est certainement la raison pour laquelle nous sommes autant à devenir lesbiennes, ça nous permet de nous tourner vers d’autres lesbiennes trans désespérées, comme nous. C’est comparable à deux obèses qui sortent ensemble.

      Voir aussi : « Lady Marmalade », un personnage aimé de toutes les femmes trans ; lits-cages, détestés par toutes les femmes trans ; les gens qui utilisent les mauvais pronoms en s'adressant à vous ; Amanda Lear

      M - Maman

      Tous les travestis (c.-à-d. ceux qui s'habillent avec des fringues de fille) ont enfermé le cadavre de leur mère dans une armoire qui jouxte celle qui contient leurs jolies robes à fleurs. VRAI. S'ils ne butent pas leur mère, ils finiront par assassiner une femme lambda et se faire une nouvelle garde-robe en peau humaine, comme dansLe Silence des agneaux. Ils mangent aussi des bébés morts, qu'elles volent dans leurs berceaux avec leurs grosses mains d'hommes affublées de griffes de sorcière.

      Voir aussi : Madonna ; Maman est un monstre et j'aime ça ; j'M Maman ; Marylin

      N - Névroses

      Plein de trans détestent le fait que la transsexualité soit classée parmi les maladies mentales. De mon côté je m'en fous et le clame haut et fort : LES TRANS SONT COMPLÈTEMENT TARÉES. Franchement, qui voudrait passer son temps à se coltiner l'intégralité de la lie humaine, à part un fou ?

      Voir aussi : Nanny de Compte Duckula(oui, oui) ; ne pas ressembler aux autres femmes de votre famille

      O - Obsession

      Il est faux de dire que les gens n'en ont rien à foutre des femmes trans, parce que les femmes trans prennent soin les unes des autres. Énormément. Les trans sont totalement obnubilées par leur personne, ma magnifique personne incluse. Je suis amoureuse de moi-même. Souvent, je jouis en regardant des photos de moi ou en me regardant dans la glace, ce qui fait de moi 1. une autogynéphile ou 2. une femme incroyablement sexy. Bref, 98 % des femmes trans sont à fond sur elles-mêmes, ce qui les rend incroyablement glauques.

      Voir aussi : Orifices ; oh mon Dieu, qu'est-ce que je peux être sexy ! ; œstrogènes

      P - Putain de condescendance

      Voilà le topo : vous êtes en soirée chez quelqu'un, une fille qui a des jambes horribles vous dit : « Ooh, tu as de plus belles jambes que MOI ! » Et vous vous dites : « Bah, la majorité des personnes vivant sur cette planète ont de plus belles jambes que TOI », mais vous ne le dites pas à voix haute parce que ça ne se fait vraiment pas et que tout ce que vous voulez c'est de vous envoyer en l'air. Ensuite, vous allez dans la cuisine et une fille fait : « Oh, j'ai entendu TOUTE TON HISTOIRE ! » Et vous vous dites : « Ah ouais, vraiment ? Parce qu'en fait, espèce de petite conne, moi, j'ai jamais rien entendu à ton sujet. D'ailleurs, qu'est ce qu'on a bien pu te raconter ? Que j'ai une licence ? Que je parle trois langues ? Que sur mon terrain, je suis un sex-symbol ? Ou peut-être bien qu'on t'a raconté des histoires glauques à propos d'hôpitaux et de scalpels. » Mais bien sûr, vous n'êtes pas la fille qui va gâcher la soirée, alors une fois de plus vous la fermez. Le jour suivant, votre pote vous appelle et vous dit : « Whaouh ! Les gens t'ont ADORÉE hier ! Ils ne pensaient pas que ce serait si facile de t'approcher ! Tu n'es vraiment pas comme ils t'imaginaient ! » Et vous vous dites (dans votre cerveau, encore) : « La prochaine fois que je te croise, je te chie dans la bouche. »

      Voir aussi : Pat Califia ; pisser dans votre culotte parce que vous n'osez pas utiliser les toilettes publiques ; pisser debout ; prothèses ; pronoms

      Q - La théorie Queer

      Les trans adorent ça ! Le meilleur moment pour utiliser la théorie Queer, c'est pendant les débats ésotériques chiants qu'on a souvent avec d'autres trans. On peut appliquer la théorie à tout, mais seulement si le sujet n'est accessible à personne sauf quatre ou cinq protagonistes (nous). Du coup on se sent supérieures à tous niveaux ! Ça permet également de faire face à la vie quotidienne : quand un connard vous balance un coup en vous traitant de tapette, vous allez citer Judith Butler et le connard va s'effacer comme par magie.

      Voir aussi : Queen ; Questions – allez mater « Les mauvaises questions à poser à une transsexuelle » par Calpernia Addams (c'est sur Youtube et c’est marrant)

      R – Rouages de la paranoïa

      Il est facile de reconnaître une trans : c'est souvent la personne qui a l'air angoissée dans les lieux publics. Tout particulièrement dans les parcs, les toilettes, les bars, bus, trains, supermarchés, lycées, universités, centres d'apprentissage pour adultes, plages, allées, librairies, fontaines à eau, soirées, raves, prisons et crèches. Notre tranquillité – modérée – réside dans notre capacité à nous conformer à une certaine apparence. Si vous ne marquez pas votre appartenance à un sexe, sortir vous acheter des cigarettes sera une torture. Mais tout va bien, car nous sommes de petits animaux intelligents et que nous avons développé un arsenal de réactions face à ça, incluant la prise de drogue jusqu'à l'évanouissement et dépenser des milliers d’euros pour se faire refaire la tronche – ce qui n'est pas sans danger. Sortir est un risque qu'on prend tous les jours. Personnellement, j'ai opté pour la chirurgie, parce que c'est glamour et que les personnes célèbres le font.

      Voir aussi : Ru Paul ; rageuses de féministes extrémistes

      S - Sucer des bites

      Nous, femmes trans, on suce beaucoup. On vous fera d’ailleurs certainement la meilleure pipe de votre vie. Bien sûr, on se fait souvent dédommager, parce qu'on n'est pas très appréciées sur le marché de l'emploi, qu'on est très détachées de notre corps et qu'on a vraiment, vraiment besoin d'argent. Aussi, il y en a parmi nous qui aimons ça, simplement.

      Voir aussi ; « shemale » – franchement, c'est quoi ce bordel ? ; sousous contre sucette

      T - Tapettes

      Soyons clairs : vous n'avez pas le droit d'utiliser ce mot. JE l'utilise, parce que je sais que ça ne caractérise qu'une certaine partie de la population trans : ça inclut des larmes, du drame, des regards désespérés et parfois même des pétages de câble au cours desquels on jette des objets. Les objets jetés ? Du maquillage, des chaussures à talon et des trucs qu'on balance le plus souvent dans un bar : de l'alcool, des verres, et même du verre brisé. Je ne suis pas sûre que cela arrive souvent, parce qu’on a une longue expérience de haine refoulée envers le système etd e contrôle de nos émotions, mais une chose est sûre : personne n'a envie de croiser le chemin d'une trans en colère. C’est pour cette raison qu’il faudrait que j'arrête de draguer les copains des autres en route pour les toilettes.

      Voir aussi : traquenard – vous êtes enfermée dans le mauvais corps ; travesti ; transsexuelle ; transgenre ; testostérone ; tucking

      U - Une impression : la connerie est partout

      Vu que la majorité des gens tirent leurs informations sur les trans des médias et que les médias ne connaissent rien aux trans, la majorité des gens ne disent que de la merde à notre sujet. Même ceux qui pourraient s'y connaître, comme les médecins ou les infirmières. Mon infirmière, par exemple, m'a demandé quelle était la différence entre un travesti et un transsexuel : si vous ne la connaissez pas, vous êtes stupide. Il y a des gens qui sont morts à cause de médecins qui ont refusé de leur prodiguer des soins juste parce qu'ils étaient trans. Voilà, à part les trans eux-mêmes, tout le monde s'en fout.

      Voir aussi : un sous-vêtement qui cache bien votre sexe – merde, ça n'existe pas !

      V - Vamp

      Toutes les femmes trans sont des vamps, ou ont un accès privilégié à la vamp qui sommeille en elles. Lorsqu'on entend une musique de cabaret, une chanson de Cher ou qu'on voit une fille faire un numéro de danse, la vamp se révèle et nous envahit : nos jambes, nos lèvres, même nos cils s'excitent. On commence à s'exhiber, à mimiquer et flirter comme Ryan Gosling quand il est tout seul chez lui et que personne ne peut le voir.

      Voir aussi : voix et modification vocale ; vampirisme

      W - We’re All in it Together

      Lorsque vous êtes arabe, noir ou chinois, vous aussi, la société vous en met plein la gueule. Le truc, c'est que vous pouvez rentrer chez vous ensuite et vous reposer car votre famille ne sera pas raciste envers vous. Si ça se trouve, papa et maman vous auront certainement même préparé au monde de merde dans lequel vous allez grandir. Si vous êtes gay, votre famille sera la cause principale de votre anxiété et vous allez devoir vous trouver une autre famille composée de papas en pantalon de cuir et de tantes lesbiennes. Si vous êtes trans, la société vous a chié dessus, votre famille aussi et même votre nouvelle famille gay. Respecte.

      Voir aussi : women-only

      X – le X

      L'un des seuls domaines – ou quasiment – à mettre en avant les trans, c'est le porno. Parmi nous, quelques-unes ont un joli visage et une petite bite de pourceau. Ça peut à la fois être sexy et provoquer un état de confusion, ça dépend de votre envie de vous branler. Des millions d'entre vous sont attirés par les femmes trans, et pourtant, la plupart d’entre vous n’irez jamais nous adresser la parole. C'est dommage, parce que vous aimeriez ça, de nous rencontrer. La plupart de ce que les gens savent à notre propos vient du porno qui fournit aux trans pléthore de petits surnoms malpropres (shemale, tranny, ladyboy). Ça nous arrive que les gens nous appellent comme ça, et on sait ce que ça veut dire : vous vous êtes déjà branlé sur nous.

      Voir aussi : Chromosome X, xénophobie

      Y - Yep, tu ressembles à…

      Les trans mettent l'ambiance, c'est un fait. On est constamment comparées à des animateurs télé. Nos amis essayent de nous faire entrer dans cette case, parce qu'ils ont vu des animateurs trans à la télé. Du coup, on vous dit souvent que vous ressemblez à Boy George et/ou Pete Burns et/ou Eddie Izzard. Super ! Pour changer, une fois, on m'a même dit que je ressemblais à Vincent McDoom, ce qui est intéressant quand on prend en considération le fait que je suis blanche.

      Voir aussi : Chromosome Y

      Z - Zealous, et ses réaliasateurs

      Chaque trans a été contactée par un réalisateur au moins trois fois dans sa vie. Ils sont complètement obsédés par nous. C'est « novateur », disent-ils, ça va révolutionner le monde. Novateur. Sympathique !Après, ils vous filment pendant six mois, durant lesquels vous faites des trucs intéressants genre, aller à votre première exposition, lancer votre propre mag ou vous faire décorer de l’ordre de l’insigne britannique par la reine Elizabeth. En gros, ils chient la même merde que le monde chie continuellement depuis 35 ans. Vous vous souvenez du documentaire où une trans pose un rouge à lèvres sur une coiffeuse avant d'aller se faire découper le pénis en petits morceaux jusqu’à obtenir une belle petite fouffe toute neuve ? Bientôt, ce sera moi derrière la caméra. Je ferai un documentaire sur ces réalisateurs et je leur poserai des questions type : « Quand avez-vous réalisé que vous vouliez faire des documentaires sur les trans ? » ou « Comment votre famille a-t-elle accueilli la grande nouvelle ? »

      Voir aussi : zapping, la thérapie par électrochocs ; zut, j'ai des chtars à cause des hormones

       

      Vous êtes novice en tout. Pour vous aider, encore plus de guides VICE :

      LE GUIDE VICE POUR ÊTRE GAY

      LE GUIDE VICE POUR ÊTRE LESBIENNE

      GAYS OU MEUFS ? – Un coup de langue pour la science

      LES GENS COMME NOUS NE DEVRAIENT PAS SE REPRODUIRE – On a parlé longtemps avec Amanda Lear

      -

      Thèmes: trans, transsexuel, transsexuelle, amanda lear

      Commentaires