©2016 VICE Media LLC

    The VICE Channels

      Le neknominate est la nouvelle tendance alcoolisée des réseaux sociaux australiens

      Par Nelson Groom

      janvier 23, 2014

      Un neknominateur boit une bière en conduisant sa bécane.

      En Australie, personne ne fait que « prendre un verre ou deux ». En 2008, le Premier ministre Kevin Rudd a mis en place une campagne de 40 millions d'euros pour combattre ce qu'il appelle une « épidémie de biture express » . Mais malgré ses efforts, les vieilles habitudes de beuveries restent toujours d'actualité en Australie. Ces dernières années, une série de tragédies liées à l'alcool qui se sont déroulées à Sydney ont révélé la face macabre de la culture de l'alcool dans le pays. Mais même ces terribles nouvelles n'ont rien changé – les Australiens semblent foncièrement incapables d’arrêter de se bourrer la gueule.

      Il n'est donc pas surprenant que de jeunes Australiens aient trouvé des façons créatives de se saouler et de diffuser leurs exploits sur Internet. Ces initiatives ont donné naissance aux « neknominations ». Dans sa forme la plus simple, la neknomination est l'acte de neckling (boire cul sec) une bière et de choisir quelqu'un pour égaler son exploit. Et avec cette mentalité débile du toujours-plus-loin – qui a engendré, par exemple, les Jeux Olympiques du selfie –, les réseaux sociaux ont donné naissance à des neknominations complètement absurdes et ont encouragé les gens (des jeunes, pour des raisons évidentes) à y participer dans le monde entier. Le centre culturel de la neknomination est la page Facebook The Best Neknominate Videos, qui a amassé près de 190 000 likes depuis le 7 janvier. Les étranges vidéos de cette plateforme sont vite devenues une source d'inspiration pour les individus qui souhaitent boire de façon créative. J'ai eu une discussion avec le créateur de la page, Jay Anthony, pour en savoir plus sur ce phénomène.

      Un neknominateur fait de la plongée.

      VICE : Qui a créé la neknomination ?
      Jay Anthony 
      : Un groupe de potes de l'université de Scotch, en Australie-Occidentale. Un mec a bu sa bière cul sec et a dit à son copain : « C'est ton tour maintenant. » C'est devenu une mode, et ensuite quand j'ai créé ma page, ça a pris plus d’ampleur. Cette mode s'est propagée en Australie, en Nouvelle-Zélande, et maintenant ça touche même l'Europe.

      Qu'est-ce qui vous a amené à créer la page ?
      Ce jeu bénéficiait déjà d’une bonne dynamique dans mon cercle d'amis, donc j'ai voulu créer un espace propice au partage des vidéos les plus innovantes. J'ai beaucoup de contacts sur les réseaux sociaux, ce qui a permis de faire avancer les choses assez rapidement. J'ai été clair sur la page en mentionnant que j'étais contre toutes vidéos mettant en scène la maltraitance des animaux, la conduite en état d'ivresse et la violence. Je voulais créer une plateforme où les neknominateurs pourraient se rassembler.

      Quelles sont les vidéos les plus étranges que vous ayez vues ?
      J'ai vu une vidéo d'un gars qui a bu une binche d'un trait, la tête à l'envers dans la cuvette des chiottes. Et je ne cautionne pas cet acte, mais j'ai aussi vu un Gallois qui a arraché la tête d'un poussin avec ses dents.

      Un neknominateur met enfin à profit sa GoPro.

      D'après ce que j'ai entendu, cette pratique est suivie de près par les autorités.
      C'est vrai. Il y a eu ce mec qui a bu une bière cul sec alors qu'il conduisait. La police locale l’avait déjà dans la ligne de mire, et surprise, il s'est fait arrêter. Il y a aussi une vidéo qui a été mise en ligne la semaine dernière et qui s'est retrouvée dans le journal télévisé local – dans la vidéo il y avait deux mecs, une Ferrari et un hélicoptère. Je crois que les autorités aériennes essaient de suspendre le brevet de pilote d'hélico du mec de la vidéo.

      Le timing ne pouvait pas être mieux trouvé, vu les récentes déclarations du Premier ministre, Tony Abbot, qui considère l’alcool comme une menace nationale. Pensez-vous que le binge drinking représente une menace plus grande pour l'Australie que pour le reste du monde ?
      Non. On a peut-être un pourcentage plus important de buveurs frénétiques, et ce sujet devrait être mieux traité, mais les gens se saoulent à outrance dans le monde entier. C'est un risque qui existe partout. Aussi, il faut dire que la culture de l'alcool en Australie est assez unique dans son genre. Imaginez : les médias ont déclaré que notre ancien Premier ministre Bob Hawke était une légende après qu'il a bu une bière cul sec lors d'une partie de cricket. Alors bien sûr qu'on apprécie un nouveau jeu alcoolisé !

      Que pensez-vous des commentaires négatifs des médias ?
      Je comprends l'approche des médias. Ils ont besoin de vendre des scoops. Mais en fin de compte, on essaie de rester responsable et de ne pas diffuser de contenus dangereux.

      Le planking a tué au moins une personne, et ça consiste juste à se mettre à l'horizontal quelque part.
      On souhaite bien sûr que ce genre de tragédie n'arrive jamais.Je veux mettre en avant la sécurité – les gens qui sont morts en faisant du planking sont allés beaucoup trop haut pour le faire, c'était irresponsable. Je n'ai pas lancé ce mouvement, mais j'encourage les neknominateurs à se montrer responsables. L'innovation doit être la principale, voire l'unique force motrice.

      Où pensez-vous que tout ça peut mener ? Cherchez-vous à avoir des fringues neknom ? Une marque déposée ? Un alcool à ce nom ?
      En temps voulu. Le site officiel sera prêt dans un jour ou deux – il s'appelle bestneknoms.com. On est aussi en train de parler à des sponsors en ce moment pour récompenser les meilleures vidéos par des prix. On espère que ça motivera les gens à poster encore plus de vidéos. 

      Thèmes: Austrálie, neknomination, bestofneknom, binge drinking, cul sec, pour la route, meme, réseaux sociaux, jeu à boire

      Commentaires

      Top Stories