FYI.

This story is over 5 years old.

Een Van De Vele Mogelijke Kunstissues Die We Hadden Kunnen Maken

Les ratons tailleurs

Malgré ce que veut nous faire croire l'industrie de la mode, se faire tailler un costard en ratons laveurs sauvages n'est pas si compliqué.
18.1.12

Photos : Kara-Lis Coverdale et Rose Athena Se faire encercler par des ratons laveurs entreprenants qui viennent manger les baguettes que vous avez scotchées à vos jambes, c’est presque comme si vous étiez la princesse de votre propre film de Walt Disney. PRESQUE… Malgré ce que veut nous faire croire l’industrie de la mode, se faire tailler un costard en ratons laveurs sauvages n’est pas si compliqué. En rassemblant un peu de nourriture avariée, du scotch, et avec un plan bien ficelé, n’importe qui peut attirer assez d’animaux sauvages infestés de maladies et en recouvrir sa personne pendant des heures. C’est facile, c’est drôle et, au final, les risques d’attraper une terrible infection pathogène ne sont pas tellement plus élevés que d’habitude ! 1 Procurez-vous d’abord des fringues assez solides et épaisses pour vous protéger contre les griffes et les crocs des ratons. Ils sont aiguisés comme des lames de rasoir et pourraient vous refiler la rage en vous transperçant la peau. La sécurité avant tout ! À partir de là, vous êtes en mesure de vous demander : « Pourquoi est-ce que je suis en train de me foutre de la bouffe avariée sur le corps ? Pourquoi chercher à me faire grimper dessus par une bande de rongeurs louches ? » Ce à quoi je vous réponds : Parce qu’ils sont adorables (si vous arrivez à passer outre leur odeur infernale). Et, franchement, qui n’aurait pas envie de porter un costume fait de grosses peluches vivantes (avec les maladies infectieuses en plus) ? 2 Premièrement, la meilleure façon de voir des ratons ramper sur son corps est de se mettre dans la peau d’un raton. Et comme la bouffe occupe environ 80 % de leurs pensées (les 20 % restants étant divisés entre la reproduction et aller aux chiottes), quel meilleur moyen pour les appâter que de se servir de leur petit faible pour la nourriture ? La bonne nouvelle, c’est que les ratons ne sont pas fins gourmets. Et leur régime est extrêmement diversifié : noix, graines, fruits, œufs, insectes, grenouilles, écrevisses… Tout ce qui leur passe sous le nez, en fait. Bien sûr, les ratons des villes sont très friands des restes en décomposition que les humains laissent derrière eux. Alors, ouvrez vos frigos et cherchez une vieille tranche de pizza qui traîne, des fruits et légumes pourris, et tout ce que votre putain de coloc autiste n’a pas été foutu de jeter depuis trois mois. Mettez tous ces trucs ignobles dans un sac bien fermé et dirigez-vous dans le quartier de la ville où vous serez susceptible de dégoter des ratons laveurs. 3 Avant d’entrer dans le QG des ratons, scotchez-vous les victuailles décomposées tout autour du corps. L’amour de ces rongeurs pour les snacks poubelles, de même que leur inner-rattitude et leur masque naturel autour des yeux en font les punks du règne animal (sans les problèmes d’héroïne et les goûts musicaux déplorables). Et, tout comme les punks, ils ont la fâcheuse habitude d’approcher sans bruit et de vous arracher votre jambon-beurre des mains. 4 Aussi, les ratons laveurs ne semblent pas apprécier les brocolis. Utilisez cette information à votre avantage pour protéger vos zones sensibles en les recouvrant d’une portion appropriée de ce légume. 5 Avant de vous atteler à la tâche, il est prudent de faire quelques recherches. Trouvez un spot où vous serez certain de trouver des ratons – une aire de pique-nique par exemple, ou un coin isolé et mal éclairé du parc –, le genre d’endroit où les clochards se rendent pour mourir. J’ai choisi le mont Royal de Montréal, une zone investie par une bonne communauté de ratons 6 Il est tout à fait normal d’avoir un peu les boules quand le premier voleur d’ordures pointe son nez pour choper un amuse-bouche. Si vous avez peur de contracter une terrible maladie, parlez-en à un médecin spécialisé dans ce genre d’infections animalières. Vous verrez que la plupart des professionnels de la médecine vous diront que vous avez peu de chance de choper la rage. Ça devrait vous aider à vous calmer. En revanche, il serait irresponsable de ma part de vous faire croire que les costumes de ratons sont compris dans les statistiques de ces médecins. Mais bon, tout va bien se passer. Espèce de chialeuse. 7 Si vous êtes à fond dans le raton et que vous voulez mettre toutes les chances de votre côté pour appâter votre nouveau meilleur ami, trouvez un poissonnier qui accepte de vous vendre un sac de poissons avariés dans leur jus putride (l’équivalent d’un foie gras tartiné de caviar pour des ratons affamés). Voilà ! Dans quelques secondes, vous aurez des ratons jusqu’aux couilles. 8 Pendant que vous y êtes, pourquoi ne pas chercher à vous montrer un peu plus créatif et épanoui en convainquant un raton de vous faire une petite gâterie ? Si vous en trouvez un que les brocolis ne rebutent pas, essayez d’en faire votre animal de compagnie 9 C’est du bon boulot. Maintenant que vous avez trouvé votre nouveau look pour l’automne, il est temps de célébrer tout ça ! 10 Détail important : gardez à l’esprit que nourrir des animaux sauvages est illégal dans certains endroits, et que prendre part à des activités telles que celle susmentionnée peut vous valoir une bonne prune. Mais, franchement, combien seriez-vous prêt à payer pour un costume de ces petites boules de poils ? Ça n’a pas de prix.