©2014 VICE Media LLC

    The VICE Channels

      L'interview de Megan Fox dans Esquire est le pire torchon jamais paru

      January 17, 2013
      Jamie Lee Curtis Taete

      Par Jamie Lee Curtis Taete

      West Coast Editor


      Photos : Celebrity Closeup

      L’article phare du magazine Esquire de ce mois-ci est une interview de Megan Fox par Stephen Marche. Et bien que je n’aie pas lu tous les articles jamais écrits, je peux dire sans douter que c’est la pire chose qui ait jamais été couchée sur papier. De tous les temps.

      C’est hyper LONG, et je sais que vous êtes tous débordés, donc voilà ma sélection du pire de ce torchon.

      LA FAÇON DONT L’AUTEUR DÉCRIT À QUEL POINT MEGAN FOX EST BELLE

      Megan Fox est belle. Y’a plein de photos pour illustrer l’article qui confirment cette théorie. Mais au cas où ça ne serait pas clair, l’auteur décrit sa beauté de façon beaucoup trop détaillée. Notamment :

      « [Sa peau a] la couleur que la Lune hivernale arbore. »

      « Megan Fox est une bombe. Être une bombe en 2013, c’est comme être une antiquité, une relique de l’ancien temps, comme les théâtres somptueux, les stylos-plumes, les muscle cars des années 1970 ou les flippers. Les bombes avaient coutume d’occuper le paysage culturel, tout comme les buffles, mais tout comme les buffles elles sont en voie d’extinction aujourd’hui.

      « La symétrie de son visage, de près, est authentiquement choquante. Sa lèvre, du côté gauche, répond à la même courbe que celle du côté droit. Les yeux sont parfaitement similaires. Ses sourcils sont parfaitement équilibrés, comme un problème logique, un labyrinthe visuel. Ce n’est même pas tant beau que sublime, une force de la nature, le motif d’une vague qui sillonne un lac, une avalanche de neige en montagne, un papillon au camouflage élaboré. Elle n’a aucun défaut. Il n’y a rien qui cloche. »

      La symétrie de son visage est « authentiquement choquante » ? J’imagine l’auteur qui se pointe pour l’interview, qui voit son visage pour la première fois et qui fait un bond en arrière, genre : « Mon Dieu, Megan, je suis terriblement désolé ! C’est ton visage, il est si… si… »

      « Symétrique ? » Et Megan qui répond, mélancolique : « Ça m’arrive souvent… *soupir* »

      LA MÉTAPHORE AZTÈQUE CHELOU QUI N’A AUCUN SENS

      « Megan Fox et moi discutons de sacrifices humains. Je lui parle d’un rituel aztèque pratiqué il y a cinq cents ans au Mexique à l’occasion de la fête de Toxcatl, quand les Aztèques choisissaient un jeune homme incarnant la perfection pour vivre parmi eux, tel un dieu. C’était un parangon, beau, sain, avec des proportions idéales…

      L’année du sacrifice était rythmée par des réjouissances constantes, lui raconté-je. Il dansait le long des rues, vêtu de vêtements luxueux, noyé de fleurs et d’encens, jouant de flûtes magiques censées apporter la prospérité au monde entier. Il avait huit servants et quatre vierges qui accédaient à ses moindres désirs, et pouvait aller là où il lui plaisait. Mais à la fin de l’année, quand les festivités de Toxcatl touchaient à leur fin, ce jeune parfait devait grimper les escaliers du Temple, où les prêtres excisaient son cœur et l’offraient, encore palpitant, au soleil.

      Megan Fox n’est pas une Aztèque. C’est le fond d’écran de l’ordinateur d’un adolescent, le fantasme d’un avocat d’âge moyen sous la douche, un accessoire sexuel utilisé pour vendre des films et des jeans.

      “C’est tellement similaire. Ça l’est vraiment”, dit-elle calmement.

      À la fin de l’année, le magnifique jeune homme devait monter les marches volontairement. Il devait y aller de son plein gré. Ça faisait partie du deal.

      Je la vois secouer la tête. “Peu de gens comprennent que ça fait partie du deal”, dit-elle.

      Megan Fox n’ira pas volontairement se faire exciser le cœur. »

      J'en déduis que ce qui s’est passé pendant l’interview n’était pas très intéressant. J’imagine qu’il était assis en face d’elle, pendant qu’elle parlait du film dont son contrat l’oblige à parler, et ensuite, l’auteur a dû rendre ça intéressant sur cinq pages. EN REVANCHE, n’importe quelle personne rationnelle, en tapant la phrase : « Megan Fox n’est pas une Aztèque », se dirait : « Attends, tu vas un peu loin non ? Peut-être que je devrais faire une pause et réessayer demain. »

      Et oublions une seconde que ce qu’il a écrit n’a aucun putain de sens. Concentrons-nous juste sur la réaction de Megan : elle est D’ACCORD avec lui. Putain.

      MEGAN FOX CROIT QU’ÊTRE CÉLÈBRE EST PIRE QUE D’ÊTRE PERSÉCUTÉ AU LYCÉE

      « “Je ne crois pas que les gens comprennent”, dit-elle. “Ils pensent tous qu’on devrait la fermer et arrêter de se plaindre parce qu’on vit dans une belle maison et qu’on conduit une Bentley. Qu’on a une vie géniale, donc. Ce que les gens ne réalisent pas, c’est que la célébrité, c’est pire que se faire persécuter par dix kids au lycée. La célébrité c’est cela, mais à une échelle globale, quand vous êtes constamment persécuté par des millions de personnes. »

      Quand j’étais au collège, y’avait un gamin que tout le monde emmerdait parce qu’on pensait qu’il était homo. Un jour, un tas de gosses plus vieux que lui l’ont traîné jusqu’aux douches du gymnase et lui ont inséré de force un manche à balai dans le cul. Je suis presque sûr qu’il échangerait bien sa vie avec toi, Megan.

      ELLE CROIT EN TOUT

      « Vous avez déjà vu des documentaires sur des rassemblements de Santeria ou de cérémonies vaudous ? Vous voyez à quel point l’énergie est palpable ? Quoi qu’il se passe, ces manifestations sont réelles. »

      « J’ai assisté à des choses magiques, incroyables. J’ai vu des gens être guéris. Même aujourd’hui, dans l’Église où je me rends, pendant les prières, j’ai parfois l’impression que je peux parler la langue des anges. »

      « Elle préférerait être archéologue, et explorer les ruines antiques d’Israël et d’Égypte. “Je sens qu’il y a des choses enterrées, là-bas, enterrées là où se trouvaient les Mayas”, dit-elle. Des extraterrestres qui ont donné naissance aux civilisations anciennes sur Terre : “J’aimerais découvrir les secrets de l’univers. Dans mes rêves. »

      « J’aime croire. Je crois en tous ces mythes irlandais, comme le Leprechaun. Pas au chaudron d’or ou à l’arc-en-ciel mère. Mais il y a peut-être quelque-chose de vrai là-dedans, dans un sens traditionnel. Je crois que tout cela est issu d’autre chose que l’imagination des gens. »

      « Ne préféreriez-vous pas découvrir que le Yéti existe, plutôt que de regarder un bon film ? Je crois aux extraterrestres. J’ai un esprit très enfantin, et je veux croire aux contes de fées… Le monstre du Loch Ness… La Sorcière des Bell… Le Yéti… C’est ça, mes célébrités qui me divertissent de la réalité. »

      PHOTOSHOP

      Combien de personnes ont vu cette couverture avant qu’elle ne parte à l’impression ? Et personne n’a dit : « Euh, les gars, sa cuisse gauche a une forme chelou, elle a un avant-bras beaucoup trop haut et son vagin a genre 30 centimètres de large. »

      LA MÉTHODE SURPRENANTE DE MEGAN POUR ÉCHAPPER À LA CÉLÉBRITÉ

      À en croire l’article, « Megan Fox n’a pas particulièrement envie de rester célèbre. » De tout évidence, faire la couv d’Esquire en sous-vêtements pour faire la promotion d’un blockbuster n’est pas la meilleure façon d’y arriver. Mais qu’en est-il des autres méthodes qu’elles a essayées ?
      « Elle a essayé d’échapper à son destin de sex symbol. Elle a joué le rôle principal de Jennifer’s Body, une parabole magnifique, délicieuse, honteusement sous-estimée au sujet d’une bombe atomique qui dévore littéralement les hommes. »

      « En décembre, dans le film de Judd Appatow, This is 40, elle joue le rôle d’une femme si belle que les autres personnages n’arrivent pas à y croire. »

      Et rien de tout ça n’a réussi à lui ôter sa célébrité ? Chelou !

      Ah sinon, « honteusement sous-estimée » – hahahahahahahaha.

      L’AUTEUR PENSE QU’AMY ADAMS N’EST PAS BELLE

      « Les femmes n’ont plus besoin d’être belles pour que leur talent soit reconnu. Lena Dunham et Adele, Lady Gaga et Amy Adams sont parfaitement insignifiantes, mais elles sont toutes au plus haut niveau. »

      Plus besoin d’être belles ? Désolé de me la jouer Jézabel, mais j’ose à peine imaginer à quel point votre image de la femme doit être baisée si vous pensez que ces meufs sont « insignifiantes ».

      CE PARAGRAPHE

      Pour dissiper tout doute qui pourrait surgir, l’extrait ci-dessous a vraiment été écrit à propos de Megan Fox. À savoir, la star de Transformers 2et de Jonah Hex :

      « Pas de doute, la transformation a été excellente. Mais on a perdu quelque chose dans le processus. Parce que la créativité est, a été et sera toujours sexuelle. Certaines des premières œuvres d’art qu’on ait retrouvées étaient des sculptures de femmes fécondes, essaimées dans toute l’Europe il y a des dizaines de milliers d’années. Les films américains étaient paradigmatiques de cette fantastique fusion entre le sexe et l’art. Ce sont de magnifiques rêves païens, hautement profanes et glorieux. De tels films ont besoin de bombes. Ils ont besoin de sacrifier de la belle chair. Ils ont besoin de femmes comme Megan Fox. »

      LA CONCLUSION

      Stephen Marche achève son ratage monumental avec ces quelques lignes :

      « En sortant, j’ai remarqué quelque chose que je n’avais pas remarqué avant. Dans le hall était disposé un haut piédestal surmonté d’une icône byzantine rouge et or d’un Christ crucifié et de rangées de bougies blanches. Megan me dit que les bougies sont allumées d’ordinaire, puis me quitte pour aller s’occuper de son nouveau-né, à l’étage.

      Il s’appelle Noé. Dans l’histoire du déluge, Noé et sa famille sont les seuls qui échappent à la destruction d’un monde corrompu. »

      Vous imaginez à quel point les graphistes se sont marrés en faisant rentrer tout ça dans la maquette ? Vous vous souvenez, quand les interviews, dans les magazines américains, ressemblaient à ÇA ? »

       

      Plus de Jamie Lee Curtis Taete :

      LE GUIDE VICE POUR ÊTRE GAY – Des conseils à l’attention des hommes qui en sont

      LOS ANGELES EST UNE VILLE DE MERDE – Toutes les raisons pour lesquelles vous ne devriez jamais y foutre les pieds

      COMME UN HOMME – J’ai arrêté d’être gay pendant un mois de ma vie

      -

      Thèmes: megan fox, interview, esquire, stephen marche

      Commentaires