©2014 VICE Media LLC

    The VICE Channels

      Le clip de Robin Thicke est une insulte à la condition féminine

      June 10, 2013

      Je vous demande pardon à l’avance. Vous l’avez sûrement déjà vu et là, vous devez être soit en train de gerber sur votre clavier au boulot, soit trop excités pour vous lever et déclencher l’alarme incendie. Mais il y a une raison pour laquelle vous devez absolument revoir la version explicite du clip de Robin Thicke, qui est devenu le clip le plus regardé du moment dans presque tous les pays du monde. Et cette raison concerne le futur bien-être de la planète entière. Ou, selon la manière dont on envisage le problème, le futur bien-être de la moitié de la planète entière, parce que ce clip est vraiment, vraiment sexiste. Vraiment.

      Oui, j’en suis bien consciente, je ne suis pas en train de vous faire la révélation du siècle. Oui, cette vidéo est une insulte envers les femmes, et c’est évident pour quiconque a déjà rencontré une femme, parce que le féminisme se bat pour l’égalité ; de ce point de vue, regarder des filles nues danser maladroitement autour de prédateurs masculins habillés qui chantent « fais-le comme si ça faisait mal » ne semble pas vraiment aller dans ce sens.

      Prenez ça comme un truc mathématique hyper simple : si X a <1 vêtement, et Y a >5 vêtements, alors Y est un vieux pervers dégueulasse qui devrait être émasculé sur la place publique.

      Pire encore, Thicke et ses potes pensent probablement qu’ils font quelque chose de génial pour les droits des femmes parce que leur chanson parle d’émanciper une « bonne fille » des velléités patriarcales d’un partenaire autoritaire. « OK, il a failli y arriver, il a voulu te domestiquer / Laisse-moi te libérer / Cet homme n’est pas ton créateur. » Trop mignon, pas vrai ? Tellement Jimmy Dean. Merci, Robin ! De toute évidence, le fait que ta chanson soit numéro un partout dans le monde va libérer toutes les femmes des relations violentes et abusives qui, attendez, j’ai été distraite par le, pourquoi elles… Qu’est-ce qu’elles font avec ça… Pourquoi elles portent pas de … Oh.

      Que les choses soient claires, hein. Je ne crois pas que le corps de la femme soit un truc sacré et je ne suis pas en train de vous tenir un discours type « toute pénétration est un viol ». Mais surtout, je ne suis pas en train de me scandaliser ou de me la jouer cul-bénit sans raison. Sérieux, nous sommes parvenus à une sorte de stade ultime où, si nous laissons faire, nous allons nous faire aspirer par un trou noir avant de nous retrouver coincés dans un enfer brûlant où tous les mecs ressembleraient à Hunter Moore. Vous voulez vraiment passer le reste de votre vie dans un monde avec des hommes qui pensent que c’est OK de péter et roter en public et de porter le même tee-shirt « FBI – Female Body Inspector » trois jours d’affilée ?

      Ci-dessous, j’ai dressé une liste des raisons pour lesquelles nous devrions tous avoir honte que le clip de Thicke soit numéro un, ou juste que la publication de sa version explicite ait été autorisée. Dans un monde parfait, Thicke et Diane Martel, le réalisateur du clip, liraient ce compte rendu, reconnaîtraient qu’ils viennent de brûler métaphoriquement chaque exemplaire de Female Chauvinist Pigs et fondraient en larmes avant de se recroqueviller dans la position du fœtus pour demander pardon. Malheureusement, il y a autant de chances que ça arrive qu’il y en a pour que les hommes en question prennent le temps d’étudier la différence entre l’émancipation des femmes et leur exploitation. Qui veut parier qu’ils gardent le string couleur peau des mannequins dans leur poche ?

      ROBIN THICKE A L’AIR D’UN PRÉDATEUR

      Je ne dis pas qu’il est un prédateur sexuel dans le sens où il passerait ses journées à suivre des femmes dans le rayon lingerie de H&M, la main dans le pantalon. Mais son petit sourire malicieux et sa barbe de trois jours dégagent quelque chose d'une suffisance et d'une prétention extrêmes. Pour des raisons étranges, il était autrefois acceptable de chanceler sur la piste de danse en levant ses sourcils comme Justin Timberlake dans « Señorita ». Mais suivre en silence des mannequins nues tout en portant des Aviator, un costume et avec cette expression d’étonnement et d’excitation qu’ont souvent les pervers, ça vous fait juste passer pour un délinquant sexuel.

      MAIS POURQUOI EST-CE QU’ILS LEUR BROSSENT LES CHEVEUX, PUTAIN ?

      Sérieux, TI ? Tu essayes de nous faire croire que tu sais ce que veut dire le mot « intimité » en brossant les cheveux d’une fille ? Ou c’est une référence aux relations incestueuses père-fille ? L’infantilisation d’une mannequin transformée en objet sexuel, peut-être ? Ou alors une référence à l’entretien des animaux domestiques, parce « t’es animale » ? Peut-être que TI va aussi nettoyer ton enclos après, Emily Ratajkowski. Mais seulement si t’es une bonne fille.

      Je suis désolée, je ne peux pas m’empêcher d’imaginer TI en train de faire l’amour à un animal.

      C’EST QUOI CE BORDEL AVEC LES CHEVILLES À L’AIR ?

      C’est le seul exemple de nudité masculine dans tout le clip, mais il réussit à rendre tout le reste 100 fois plus sinistre. Il n’existe aucune manière acceptable de porter des chaussures de ville luisantes sans chaussettes ; ça créé une sensation envahissante chez le spectateur, qui pense aux ampoules potentielles, à l’odeur et aux couinements. À la longue liste de traits indésirables du masochiste sans chaussettes, s’ajoute l’air du vilain petit écolier qui ne s’est pas habillé correctement ce matin. Sûrement parce qu’il était trop occupé à penser à toutes les mannequins nues à qui il allait payer beaucoup d’argent pour rester debout à côté de lui plus tard dans la journée.

      LE MANQUE TOTAL DE CONSIDÉRATION ESTHÉTIQUE

      Il y a peut-être une chose dans ce clip qui parvient à plus m’énerver que ces abrutis qui se pavanent avec leur air satisfait et qui courent derrière des femmes présentées et agitées devant nos yeux comme des poupées gonflables animatroniques japonaises. La déco ! Ce clip est de loin la vidéo la plus gênante que j’aie vue depuis que la pauvre Victoria Beckham a été forcée de vivre ÇA. Un fond couleur vomi, des hashtags nuls et des tonnes de ballons débiles.

      Oh ! Mais nous sommes presque arrivés à la fin de mon papier à la conclusion sans évoquer une seule fois l’énorme injection qu’administre Robin (peut-être un vaccin ROR ?), les animaux en peluche, les jouets géants, l’amas de chaussures d’écoliers et les moues bouche ouverte à n’en plus finir, qui, en gros, transforment le plateau en crèche. Je n’ai même pas évoqué le « ROBIN THICKE A UNE ÉNORME BITE » écrit en ballons. C’est un chef-d’œuvre de connerie. Mon estomac se révulse quand je pense au niveau de stupidité et d’arrogance nécessaire pour faire une vidéo comme ça. C’est un gros tas de merde dégueulasse, sexiste et dénué d’imagination, qu’on a tenté de déguiser en truc subversif et coquin. C’est pervers, pervers, pervers. Mets des chaussettes, putain.

      Bertie est sur Twitter : @bertiebrandes

       

      Plus de misogynie :


      CETTE FEMME QUI DÉTESTE LES FEMMES QUI DÉTESTENT LES HOMMES A DONNE UN SENS À MA JOURNEE Et a peut-être gâché la vôtre

      DES TEE-SHIRTS POUR MISOGYNES Les tee-shirts à messages ironiques, c’est fini

      ATHÉISME-SEXISME = ATHÉISME+ Des nouvelles d’un peu partout

      -

      Thèmes: Robin Thicke, Pharrell Williams, TI, petites bites

      Commentaires