Une ode à Ali, un cœur trop pur pour l’humanité sombre de « Squid Game »

L'acteur Anupam Tripathi nous parle de son rôle du joueur numéro 199, l'un des personnages les plus appréciés de la série.

13 October 2021, 7:53am

Avec seulement neuf épisodes, le drame de survie sud-coréen Squid Game est en passe de devenir le plus gros succès de l'histoire de Netflix. Le principe est le suivant : à Séoul, des centaines de personnes ruinées et désespérées acceptent de participer à une mystérieuse compétition pour remporter une somme de 45,6 milliards de wons (33 millions d’euros). Les 456 concurrents anonymes s’affrontent à travers une série de jeux enfantins mortels et le dernier qui survit gagne. Parmi eux se trouve l’attachant Ali Abdul, un ouvrier d'usine pakistanais qui va connaître un sort funeste sous le matricule 199. 

Publicité

Nous avons rencontré Anupam Tripathi, l'acteur qui interprète le personnage d'Ali, pour parler de sa carrière, de la série et du manque de représentation des minorités dans les œuvres coréennes. Le public a eu un aperçu de sa nature généreuse et de sa volonté d'aider avant même d'apprendre son nom lorsque, dans le premier épisode, Ali intervient pour sauver la vie du protagoniste Seong Gi-hun lors d'une violente partie de « 1,2, 3, soleil ».                                                                           

« J'ai joué des rôles de travailleurs migrants pendant la majeure partie de ma carrière, mais Ali est différent à bien des égards, assure Tripathi. C'est le premier personnage complet sur lequel je travaille. Son apparence, son comportement, son passé – j'avais tellement de doutes sur la façon de le caractériser. » 

En Corée du Sud, le racisme à l'encontre des travailleurs migrants et saisonniers est particulièrement répandu. Dans la série, sans surprise, Ali est insulté et traité d'« étranger illégal ». En tant que tel, il semble avoir peu de chances d'échapper au massacre, et pourtant il se révèle être un atout formidable pour son équipe, notamment pendant le passage du tir à la corde qui est l'un des plus anxiogènes de la série et que Tripathi considère comme l'un de ses préférés.

Photo publiée avec l’aimable autorisation de Netflix

« Pour me préparer, j'ai rencontré diverses personnes, regardé des documentaires et lu des articles sur les travailleurs migrants en Corée et ailleurs, raconte Tripathi. Je voulais incarner Ali au mieux de mes capacités et, à l'avenir, j'espère pouvoir jouer des rôles éloignés les uns des autres afin d'avoir une plus grande représentation de la diversité, en Corée et dans le monde. »

Dans la série, nous découvrons le passé difficile d'Ali et la raison pour laquelle il participe aux jeux. C'est un ouvrier sans papiers originaire du Pakistan qui est à la merci d'un patron cruel qui refuse de le payer depuis des mois, même après qu'il a perdu des doigts en travaillant à l’usine. « J'ai besoin d'argent », dit Ali à Sang-woo, un autre joueur avec qui il se lie rapidement. Il parle de sa famille et de son désir de subvenir aux besoins de sa femme et de son fils nouveau-né.

Les fans de la série ont établi des parallèles entre l’intrigue de Squid Game et les problèmes actuels de la Corée du Sud, qui fait l'objet de nombreuses critiques pour son exploitation et sa discrimination de quelque 200 000 travailleurs pauvres et vulnérables originaires d'Inde et du Pakistan.

Photo publiée avec l’aimable autorisation de Netflix

« Ali s'est retrouvé dans le jeu parce que son patron ne l'a pas payé pendant six mois, écrit l'auteure Michelle Rennex. Il n'aurait même pas dû y participer en premier lieu. » D'autres ont loué la politesse et le respect dont Ali fait preuve à l'égard de ses rivaux, un comportement qui s'explique par la hiérarchie sociale et l'exploitation dont il a fait l'objet. « Il montre un degré d'empathie et de respect qui fait défaut à la plupart des personnages coréens dans la série, note un téléspectateur. Il parle poliment. Mais cela ne signifie pas qu'il est soumis, il suit simplement les règles de la société dans laquelle il vit. » 

« Nous ne voyons pas le comportement d’Ali pour ce qu'il est réellement : un mécanisme de défense qu'il a probablement développé en tant qu'immigré pauvre à la peau foncée pour faire face à l'oppression à laquelle il est confronté quotidiennement », note un autre

« Il montre un degré d'empathie et de respect qui fait défaut à la plupart des personnages coréens dans la série. »

Comme beaucoup d'autres personnes cherchant fortune à Séoul, Tripathi, qui est originaire de Delhi, a dû affronter et surmonter de nombreuses barrières culturelles et linguistiques pendant plus de dix ans. Mais, tout comme Ali, il est resté optimiste et ne s'est pas laissé abattre, ce qui lui a permis de jouer dans des films comme Ode to My Father et dans la série télévisée Descendants of the Sun, qui a connu un grand succès en 2016. En cours de route, il s'est fait des amis et a beaucoup appris sur la Corée du Sud et sa culture. « Je savais qu'il y aurait des défis, mais je suis un gars très positif, curieux et amical, et j'ai passé onze agréables années en Corée. »

Photo publiée avec l’aimable autorisation de Netflix

La concurrence pour le rôle d'Ali était féroce et Tripathi a dû passer trois auditions différentes avant d'être officiellement sélectionné, mais son travail acharné a payé puisqu’il a su séduire le réalisateur et scénariste Hwang Dong-hyuk

« Il est difficile de trouver de bons acteurs étrangers en Corée, a déclaré Hwang. Tripathi est apparu à l'improviste. Il parlait couramment le coréen et savait jouer la comédie. Sa palette émotionnelle était vraiment étonnante. » 

An error occurred while retrieving the Tweet. It might have been deleted.

Tripathi se souvient de ce coup de fil de Netflix qui a changé sa vie. « Je me suis mis à danser de joie et j'ai immédiatement annoncé la nouvelle à ma famille et à mes amis », dit-il. Mais il se souvient aussi de l’immense pression qu’il a ressentie en apprenant que la série allait être diffusée dans 190 pays.

Il a été époustouflé par le scénario et dit l'avoir lu « d'une traite ». « L’idée de miser sa vie dans des jeux pour enfants m’a laissé une forte impression, dit-il. De plus, chaque personnage doit faire face à son propre conflit personnel. Chaque jour passé sur le plateau a été une expérience vraiment fascinante. »

Photo publiée avec l’aimable autorisation de Netflix

Bien sûr, les amateurs de drames de survie savent que les personnages connaissent généralement une fin tragique. Dans le cas d'Ali, c'est aux mains d'une personne en qui il a confiance, lors d'une scène cruciale du sixième épisode. Sa mort (et ses yeux pleins de larmes lorsqu'il comprend la trahison) est devenue l'une des scènes les plus déchirantes de toute la série.

« Le rôle d'Ali nous enseigne que vous avez beau être gentil, serviable et innocent, certaines personnes en profiteront toujours », écrit un fan au cœur brisé. « Tout ce que j’ai à dire, c’est qu'Ali méritait le monde », écrit un autre

Photo publiée avec l’aimable autorisation de Netflix

« J'aimerais embrasser tous les fans personnellement et leur exprimer ma gratitude pour l’amour qu’ils portent à mon personnage », dit Tripathi, ajoutant qu'il essaie de lire tous les messages qu’il reçoit.

Cet article est donc un hommage à Ali Abdul, dont la bravoure et la gentillesse l’ont distingué de la foule d’individus violents, perfides et meurtriers qui peuplent Squid Game. Et, oui, Tripathi a pu garder le désormais emblématique jogging vert floqué du numéro 199.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:

Netflix, migrants, Corée du Sud, K-Drama, Squid Game

Dans
le même genre
Le « sport qui rassemble » est un mythe
La soif des JO pour les nouveaux sports nuit aux sous-cultures dont ils sont issus
Grandeur et décadence du plus gros empire de la triche dans le jeu vidéo
Le guide VICE de l'Euro 2021
Une femme écope d'une amende record de 60 000 dollars pour avoir nourri des ours
20 ans après, « Xena, la guerrière » est toujours aussi populaire
Être une femme dans l'esport
Selon un chercheur français, l’obésité des politiciens est liée à leur niveau de corruption