Les militants anti-vaccins représentent une menace pour la santé mondiale, dit l’OMS

Un des plus grands dangers pour la santé des humains… ce sont certains autres humains.

17 janvier 2019, 7:30pm

Chaque année, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) liste les dix des plus grands risques pour la santé humaine dans le monde. En 2019, les anti-vaccins s’y trouvent, au même titre que le sida et le virus Ebola.

L’OMS explique que, sans les vaccins, il y aurait de deux à trois millions de morts supplémentaires chaque année. « Malgré cela, une minorité non négligeable de personnes dans le monde refuse les vaccins ou hésite à les accepter, même lorsqu'ils sont facilement disponibles. Cela peut […] atténuer les effets de "l'immunité collective" et éventuellement provoquer des épidémies », explique l’OMS. Entre autres, l’hésitation devant la vaccination est considérée comme un élément pouvant causer une augmentation de 30 % du nombre de cas de rougeole dans le monde.

Au Québec, en février 2015, 119 cas de rougeole avaient été rapportés dans la région de Lanaudière, après qu’un enfant non vacciné est allé à une école de Joliette alors qu’il était contagieux. La présence de familles nombreuses et non vaccinées avait contribué à la propagation du virus et à en faire un enjeu de santé publique dans la région.

Le phénomène anti-vaccin a pris de l'ampleur ces dernières années. Les données des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, principale agence fédérale de santé publique aux États-Unis, montrent que le pourcentage des enfants américains âgés de 19 à 35 mois qui n'ont pas été vaccinés a quadruplé depuis 2001.

Les raisons des militants anti-vaccins sont diverses : certains invoquent des raisons religieuses, d’autres le mythe des vaccins qui causent l’autisme chez les enfants, d’autres encore affirment que les vaccins ont trop d'effets secondaires ou ne servent qu’à enrichir des compagnies pharmaceutiques. N’oublions pas enfin ceux qui se laissent convaincre par une simple publication provenant des nombreux groupes Facebook qui font circuler des mèmes anti-vaccins.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Sur la liste des plus grands dangers de l’année, on trouve également les changements climatiques, les maladies non transmissibles (cancer, diabète, maladies cardiaques…), la grippe, la résistance antimicrobienne, les crises (sécheresses, famines, déplacements de population…) et, ironie du sort, le manque de services de santé dans le monde. Ces derniers enjeux ont privé plus de 1,6 milliard de personnes – 22 % de la population mondiale – d’accès aux soins de base.

1,6 milliard de personnes dans le monde qui changeraient certainement de place avec des militants anti-vaccins qui, eux, ont accès aux soins de santé mais décident volontairement de les refuser.

Tagged:

épidémie, changements climatiques, actualités, vaccins, OMS, anti-vaccins

Dans
le même genre
Aux États-Unis, les anti-masques adoptent le masque pour se protéger des vaccins
Avec ces jeunes qui voteront Marine Le Pen pour la première fois en 2022
Tous les moyens sont bons pour entrer à Sciences Po
Comment le débat autour du vaccin pourrit nos relations
En Inde, la crise sanitaire fait des ravages sur la santé mentale
On a (vraiment) lu le rapport de la CIA sur l'état du monde en 2040
« J’ai saigné pendant trois mois » : un état des lieux des violences obstétricales en France
Des photojournalistes racontent l’horreur du Covid en Inde