Dans l'Internet des flics haineux

Appels au meurtre et insultes racistes : bienvenue sur le 18-25 de la Police Nationale.

|
15 Novembre 2018, 11:40am

© Chlorophylle Adobe Stock

Sur le cliché, le jeune homme a le visage ensanglanté mais reste parfaitement reconnaissable. La légende le présente comme un « apprenti black bloc » interpellé lors de la manifestation du 9 octobre car il aurait « jeté des projectiles » de la taille d’un paquet de cigarette. Bravant le secret de l’instruction, l’auteur stipule également le lieu d’habitation approximatif du suspect hébété et écrit : « Nous nous considérons [qu’il est] une vermine au même titre que bien d’autres ». L’un des proches du blessé photographié, avec qui VICE a discuté, dit : « On a eu peur que des keufs aillent devant chez lui pour se venger ». Car l’image a été publiée le soir du 11 octobre par une page Facebook publique intitulée « Collectif autonome de policiers d’Île-de-France » (CAP IDF), qui réunit plus de 7 000 utilisateurs.

La suppression du post la nuit-même par les modérateurs de Facebook leur donne du grain conspirationniste à moudre. « Nos ennemis planqués ou officiels seraient-ils tentés de nous museler ? », interroge l’animateur du groupe avant de suggérer qu’il s’agit peut-être d’un coup du ministère de l’Intérieur « qui n’apprécie pas que les choses soient dites ». La photo est à nouveau mise en ligne le lendemain, et 154 variations de « La prochaine fois, dans les canons à eau, mettez de l’acide pour ces trous du cul », défilent en commentaire. L’administrateur de la page écrit à l’attention des antifas : « Les flics n'aiment pas se faire canarder de boulons, nous vous le prouverons par des réponses comme celle[-ci] (...) Nous ne communiquerons ni l’identité ni l'adresse [du blessé], [nous savons] que, tôt ou tard, les chemins se rejoignent ».

Commentaires Facebook
Screenshot de la page Facebook « Collectif Autonome de Policiers d’Île de France »

La page Facebook CAP IDF émane directement d’une association loi 1901 de « 500 policiers très en colère » crée à cette occasion. Elle-même appartient à l’Union policiers nationaux indépendants (UPNI) - 6 000 adhérents dans la vraie vie, des commissaires parmi les bénévoles actifs et 29 000 abonnés sur sa page Facebook recouverte de propos de la même teneur. « Il est de plus en plus dangereux d’être policier », résume le secrétaire national de l’UPNI joint par téléphone pour expliquer les raisons du mécontentement de ses troupes. Il cite « les véhicules inadaptés si on se fait tirer dessus [et] le nouveau risque terroriste. Si on ne peut plus se protéger nous-mêmes, qui va vous protégez vous ? » Les deux associations sont présidés par le même fonctionnaire de police du Val-de-Marne, selon les documents remis aux préfectures que VICE a pu consulter, et au moins un autre fonctionnaire administre simultanément les pages Facebook du CAP IDF et de l’UPNI. Bien sûr, il est difficile de certifier que les auteurs de tous ces commentaires sont des policiers.

Les deux groupes tendent aujourd’hui à remplacer les syndicats professionnels, qu’ils méprisent ouvertement. Sur Internet en tout cas, c’est en bonne voie : le principal syndicat, Alliance Police Nationale, ne compte comparativement que 30 000 likes sur le réseau social. En mars 2018, les représentants de l’UPNI étaient entendus par une commission d’enquête sénatoriale pour comprendre le malaise des forces de l’ordre. Fiers d’être soutenus par Nicolas Dupont-Aignan, le CAP IDF et l’UPNI brandissent des étendards populaires.

« On est en pleine jungle [...] les bonobos sont de sortie » – un commentaire Facebook sur la page Mobilisation des Policiers en Colère.

Un second groupe d’envergure affiche les mêmes ambitions. L’association Mobilisation des policiers en colère (MPC), crée en novembre 2016, revendique aujourd’hui plusieurs milliers d’adhérents, tous de la maison, avec un boum après chaque intervention télé. Officiellement apolitique, elle porte essentiellement des revendications traditionnellement soutenues par la droite la plus dure. « La Justice pour enfants est régie par une ordonnance de 1945, rappelait sa fondatrice Maggy Biskupski, jointe par téléphone il y a quelques jours. Or la société et les mineurs d’aujourd’hui sont beaucoup plus violents, donc la Justice ne doit plus les protéger et doit être beaucoup plus violente. » D’une manière générale, continuait la gardienne de la paix des Yvelines, « les gens doivent avoir peur d’aller en prison. Si c’est pour y avoir la télévision, que vont-ils retenir de leur peine ? ». Ce lundi 12 novembre, Maggy Biskupski s'est suicidée avec son arme de service.

Sur leur page Facebook, 23 000 likes « dont quelques civils », les gérants de MPC sont manichéens. Ils publient le 17 octobre une vidéo dans laquelle de jeunes gens insultent des policiers et conclut sa légende ainsi : « Nous [la police] sommes le dernier rempart, celui qui sépare le mal du bien ». On retrouve encore aujourd’hui, à sa suite, plus de 200 messages. Y figurent plusieurs « Ces sauvages [...] imaginez un instant nos enfants à leur contact » et autres « On est en pleine jungle [...] les bonobos sont de sortie ». « [Notre page Facebook] permet [aux usagers] d’exprimer une colère qui n’est pas portée par les syndicats, nous expliquait Maggy Biskupski avant son décès. Les commentaires sont un petit baromètre social qui fait peur ». L’équipe essaye de supprimer en priorité les commentaires violents. Et dans la vraie vie, le MPC ne travaille plus aussi étroitement avec le couple UPNI-CAP IDF qu’avant. « Nous avons des désaccords », commençait pudiquement la présidente de MPC avant d’expliciter. « Pour nous, il est hors de question de régler la violence [des quartiers] par la violence [de la police]. Je ne veux pas me battre au corps à corps avec des gamins. »

Commentaire Facebook
Screenshot de la page Facebook « Collectif Autonome de Policiers d’Île de France »

Autre son de cloche du côté du CAP IDF et de l’UPNI. Les appels à la « vengeance » sont légion sur leurs pages et semblent rester ad vitam dans les commentaires. Les guet-apens tendus en cité à la suite de débuts d’incendies déclenchent les passions. « Nous souhaitons un bon rétablissement à nos frères d'arme […] Les auteurs doivent payer », écrit le CAP IDF. Il faut « aller en ‘bande’ faire le vide des caves et autres en représailles » propose un commentateur de l’UPNI où a été partagée la publication, avant qu’un autre n’appelle à autoriser « les tirs à balles réelles » pour prendre part à la « guerre [contre] ces gens qui ne sont en rien français [...] dans les secteurs chauds ».

« Butez-moi cette merde »

Les personnalités qui s’opposent au travail des forces de l’ordre sont prises pour cibles individuellement. Jean-Luc Mélenchon vocifère sur Facebook lors de perquisitions menées le 16 octobre à son domicile : une abonnée de l’UPNI le traite de « merde qui salit la France », tandis que les sympathisants du CAP IDF préfèrent les GIF qui exigent « Butez-moi cette merde » et les photos de guillotine.

Quand Yann Moix insulte des policiers sur un plateau de télévision le 22 septembre, l’un des commentateurs de l’UPNI propose un traitement particulier. « Ne serait-il pas possible de [...] brûler [sa voiture] ? [Pour] le plaisir de le voir aller dans un commissariat pour y déposer plainte ! […] Alors qui se dévoue ? » L’administrateur du CAP IDF adresse directement à l’écrivain une solution plus mano-a-mano, le 25 du mois. « Aujourd'hui, certains de nos collaborateurs t'ont vu [à une heure et à une adresse précise], écrit-il en légende d’une photo du polémiste prise à la volée à la terrasse d’un café. Nous ne sommes jamais loin. » À LCI le lendemain de la publication, l’auteur de ces lignes affirme qu’il s’agit d’une invitation à discuter et dément toute menace.

Commentaire Facebook
Screenshot de la page Facebook « Collectif Autonome de Policiers d’Île de France »

Maître Tricaud est spécialiste de ce qui peut s’écrire ou non dans l’espace public. Pour lui, les propos cités dans cet article sont caractéristiques de plusieurs infractions pénales (incitations à commettre des violences, menaces, injures racistes…). Dans un groupe Facebook qui réunit de nombreux membres, « l’auteur des propos est évidemment responsable, explique le pénaliste. Mais aussi toute personne qui dispose du moyen technique de supprimer un message répréhensible et qui ne le fait pas [comme les administrateurs des pages Facebook] » Les autorités disposent de moyens techniques efficaces pour identifier jusqu’aux internautes les plus chevronnés, constate-t-il régulièrement dans les affaires qu’il plaide, donc a fortiori « les policiers de base qui postent depuis leur cuisine ».

Commentaire Facebook
Screenshot de la page Facebook « Collectif Autonome de Policiers d’Île de France »

La Direction générale de la police nationale (DGPN) estime que les propos incriminés « ne sont évidemment pas en adéquation avec les valeurs de l’institution ». Outre la possibilité pour les cibles des propos de porter plainte, la DGPN rappelle à VICE que n’importe quel internaute peut interpeller l’Inspection Générale de la Police Nationale ou la plateforme Pharos sur ces contenus répréhensibles. Le dispositif prévoit l’ouverture d’une enquête judiciaire, assortie d’une enquête interne si l’auteur est un fonctionnaire. L’institution ne donne pas de chiffres, mais confirme que des sanctions disciplinaires ont déjà été prononcées dans des cas similaires par le passé.

VICE a cherché plusieurs fois à rentrer en contact direct avec les dirigeants du CAP IDF puis a finalement envoyé des questions par écrit le 12 novembre. Dans la nuit, le CAP IDF nous a répondu, suite à la mort de Maggy Biskupski : « Nous ne craignons rien, ni une certaine presse, ni la hiérarchie […] Le drame de ce soir nous conforte dans nos desseins. Nous ne respectons pas ceux qui nous manquent de respect. Au diable la langue de bois ! […] Les mentalités changent et beaucoup en ont marre de se faire piétiner. Tenez vous le pour dit. »

Une policière retraitée depuis peu et rencontrée via le groupe Facebook CAP IDF explique que les fonctionnaires en service utilisent souvent des pseudonymes : « tout est surveillé sur Facebook [...] Il y a des personnes qui chassent les propos soi-disant malveillants ». Comme d’autres, elle dénonce le « devoir de réserve » auquel sont tenus en théorie les policiers, sous peine de sanctions. Une internaute de CAP IDF se désole qu’il soit considéré comme « hyper facho de dire qu’on hait [les parasites] et qu’on veut qu’ils dégagent dans leur pays d’origine ou celui de leurs parents ». Alors certains membres prennent leurs précautions. Un sympathisant de l’UPNI demande par exemple, le 23 octobre, l’envoie « des légionnaires dans les quartiers les plus sensibles [pour faire] le tri », mais précise : « attention rien de raciste ou quoi que ce soit ». L’UPNI et le CAP IDF n’ont pas encore souhaité réagir directement aux mises en cause concernant le contenu de leurs pages Facebook.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.